Le New Hampshire est non seulement une destination à découvrir pour la qualité de son ski, mais aussi le parfait endroit pour décompresser comme il se doit après une journée sur les pentes. Quelques suggestions parfaites pour la relâche.

Textes : Pierre-Marc Durivage Textes : Pierre-Marc Durivage
La Presse

Photos : Martin Tremblay Photos : Martin Tremblay
La Presse

Où loger

  • Omni Mount Washington
À tout seigneur, tout honneur. L’Omni Mount Washington est la perle des grands hôtels qui ont marqué l’histoire des montagnes Blanches du New Hampshire. Il y avait ici, au début du XXe siècle, pas moins de 22 de ces luxueux établissements de plus de 200 chambres qui attiraient l’élite de Boston, de New York et de Montréal. Inauguré en 1902, l’hôtel Mount Washington a été le dernier de cette glorieuse époque, le seul qui a su maintenir ses activités sans interruption jusqu’à nos jours.

    PHOTO MARTIN TREMBLAY, LA PRESSE

    Omni Mount Washington
    À tout seigneur, tout honneur. L’Omni Mount Washington est la perle des grands hôtels qui ont marqué l’histoire des montagnes Blanches du New Hampshire. Il y avait ici, au début du XXe siècle, pas moins de 22 de ces luxueux établissements de plus de 200 chambres qui attiraient l’élite de Boston, de New York et de Montréal. Inauguré en 1902, l’hôtel Mount Washington a été le dernier de cette glorieuse époque, le seul qui a su maintenir ses activités sans interruption jusqu’à nos jours.

  • Monument historique
Consacré monument historique national en 1986, l’hôtel est aujourd’hui au cœur d’un complexe de villégiature de près de 810 hectares qui inclut non seulement le centre de ski alpin Bretton Woods, mais également 100 km de sentiers de ski de fond, de nombreux restaurants, deux auberges – le Lodge at Bretton Woods et le Bretton Woods Arms Inn –, de même que 36 trous de golf. Ce n’est toutefois qu’en 1999 que l’hôtel a accueilli ses premiers clients l’hiver – des travaux d’isolation à la toiture ont d’ailleurs coûté près 7 millions en 2010.

    PHOTO MARTIN TREMBLAY, LA PRESSE

    Monument historique
    Consacré monument historique national en 1986, l’hôtel est aujourd’hui au cœur d’un complexe de villégiature de près de 810 hectares qui inclut non seulement le centre de ski alpin Bretton Woods, mais également 100 km de sentiers de ski de fond, de nombreux restaurants, deux auberges – le Lodge at Bretton Woods et le Bretton Woods Arms Inn –, de même que 36 trous de golf. Ce n’est toutefois qu’en 1999 que l’hôtel a accueilli ses premiers clients l’hiver – des travaux d’isolation à la toiture ont d’ailleurs coûté près 7 millions en 2010.

  • Perle centenaire
Lors de la construction de l’hôtel, de 1900 à 1902, pas moins de 250 plâtriers et tailleurs de pierre sont venus d’Italie pour travailler sur les nombreuses ornementations que l’on peut encore aujourd’hui admirer. Les visiteurs, clients ou non, peuvent d’ailleurs en apprendre plus sur les lieux ; des visites guidées de l’hôtel sont offertes gratuitement tous les jours à 10 h et 15 h – rendez-vous à côté de l’horloge de parquet du grand hall.

    PHOTO MARTIN TREMBLAY, LA PRESSE

    Perle centenaire
    Lors de la construction de l’hôtel, de 1900 à 1902, pas moins de 250 plâtriers et tailleurs de pierre sont venus d’Italie pour travailler sur les nombreuses ornementations que l’on peut encore aujourd’hui admirer. Les visiteurs, clients ou non, peuvent d’ailleurs en apprendre plus sur les lieux ; des visites guidées de l’hôtel sont offertes gratuitement tous les jours à 10 h et 15 h – rendez-vous à côté de l’horloge de parquet du grand hall.

  • Révolutionnaire
« Quand Joseph Stickney a construit cet hôtel, il voulait qu’il soit le plus opulent de tous », nous a dit Craig Clemmer, directeur du marketing de l’hôtel. On le remarque aussitôt en levant la tête vers les magnifiques lustres Tiffany originaux, mais c’est aussi fascinant de savoir que l’hôtel disposait non seulement de salles de bains dans chacune des chambres, mais aussi d’un réseau de gicleurs et d’un système électrique complet. « C’était révolutionnaire pour l’époque, a indiqué M. Clemmer. D’ailleurs, c’est Thomas Edison lui-même qui a inauguré le système d’éclairage électrique lors de l’ouverture officielle de l’hôtel. »

    PHOTO MARTIN TREMBLAY, LA PRESSE

    Révolutionnaire
    « Quand Joseph Stickney a construit cet hôtel, il voulait qu’il soit le plus opulent de tous », nous a dit Craig Clemmer, directeur du marketing de l’hôtel. On le remarque aussitôt en levant la tête vers les magnifiques lustres Tiffany originaux, mais c’est aussi fascinant de savoir que l’hôtel disposait non seulement de salles de bains dans chacune des chambres, mais aussi d’un réseau de gicleurs et d’un système électrique complet. « C’était révolutionnaire pour l’époque, a indiqué M. Clemmer. D’ailleurs, c’est Thomas Edison lui-même qui a inauguré le système d’éclairage électrique lors de l’ouverture officielle de l’hôtel. »

  • Aile présidentielle
Après avoir fait l’ajout en 2009 d’un vaste spa de 2325 m2 et d’un centre de congrès, la construction d’une nouvelle aile est en cours, si bien que 69 nouvelles chambres avec balcon privé seront offertes à partir du premier trimestre de 2021 pour répondre à la demande croissante. « Les deux dernières semaines de février, pendant la relâche américaine, sont les plus occupées de l’hiver, à tel point que nous pourrions vendre nos 200 chambres actuelles 10 fois », nous a expliqué Craig Clemmer.

    PHOTO MARTIN TREMBLAY, LA PRESSE

    Aile présidentielle
    Après avoir fait l’ajout en 2009 d’un vaste spa de 2325 m2 et d’un centre de congrès, la construction d’une nouvelle aile est en cours, si bien que 69 nouvelles chambres avec balcon privé seront offertes à partir du premier trimestre de 2021 pour répondre à la demande croissante. « Les deux dernières semaines de février, pendant la relâche américaine, sont les plus occupées de l’hiver, à tel point que nous pourrions vendre nos 200 chambres actuelles 10 fois », nous a expliqué Craig Clemmer.

  • Thayers Inn
Stratégiquement situé à moins de 30 minutes des centres de ski de Bretton Woods et de Cannon, Littleton est en quelque sorte le chef-lieu des montagnes Blanches. Son dynamique centre-ville vaut franchement le détour, notamment pour passer la nuit au Thayers Inn, le plus vieil hôtel encore en activité au New Hampshire – il figure au registre des sites historiques nationaux américain depuis 1982.

    PHOTO MARTIN TREMBLAY, LA PRESSE

    Thayers Inn
    Stratégiquement situé à moins de 30 minutes des centres de ski de Bretton Woods et de Cannon, Littleton est en quelque sorte le chef-lieu des montagnes Blanches. Son dynamique centre-ville vaut franchement le détour, notamment pour passer la nuit au Thayers Inn, le plus vieil hôtel encore en activité au New Hampshire – il figure au registre des sites historiques nationaux américain depuis 1982.

  • Voyage dans le temps
Le Thayers Inn témoigne de ses 170 ans avec des planchers de bois pas toujours droits, mais on l’a superbement entretenu. Le mobilier et la literie sont au goût du jour et très confortables, alors que les prix sont bien raisonnables. Ça vaut d’autant la peine de goûter à cet hôtel qui a assuré la transition entre les auberges américaines rustiques du début du XIXe siècle et les grands hôtels du tournant du XXe siècle.

    PHOTO MARTIN TREMBLAY, LA PRESSE

    Voyage dans le temps
    Le Thayers Inn témoigne de ses 170 ans avec des planchers de bois pas toujours droits, mais on l’a superbement entretenu. Le mobilier et la literie sont au goût du jour et très confortables, alors que les prix sont bien raisonnables. Ça vaut d’autant la peine de goûter à cet hôtel qui a assuré la transition entre les auberges américaines rustiques du début du XIXe siècle et les grands hôtels du tournant du XXe siècle.

  • Glen House
Outre les hôtels historiques, la région propose une offre d’hébergement variée pour tous les budgets. Du côté de la station Wildcat, on a tout récemment ressuscité le Glen House, en référence aux quatre hôtels qui ont successivement été construits juste à côté de l’entrée de la route qui monte jusqu’au sommet du mont Washington. L’hôtel tout neuf n’a pas le raffinement des illustres grands hôtels du New Hampshire d’antan, mais peut se targuer de proposer des tarifs très abordables en plus d’un chaleureux bar qui offre l’une des plus belles vues qui soient sur le mont Washington.

    PHOTO MARTIN TREMBLAY, LA PRESSE

    Glen House
    Outre les hôtels historiques, la région propose une offre d’hébergement variée pour tous les budgets. Du côté de la station Wildcat, on a tout récemment ressuscité le Glen House, en référence aux quatre hôtels qui ont successivement été construits juste à côté de l’entrée de la route qui monte jusqu’au sommet du mont Washington. L’hôtel tout neuf n’a pas le raffinement des illustres grands hôtels du New Hampshire d’antan, mais peut se targuer de proposer des tarifs très abordables en plus d’un chaleureux bar qui offre l’une des plus belles vues qui soient sur le mont Washington.

1/8
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Où boire

  • Schilling Brewing Co.
Installée dans un ancien moulin à blé de la fin du XVIIIe siècle, au cœur du coquet centre-ville de Littleton, la brasserie Schilling est l’une des meilleures du New Hampshire. On s’y spécialise dans les bières classiques de style européen – la pilsner d’inspiration tchèque Alexandr 10o est d’ailleurs l’une des références dans sa catégorie selon Rate Beer. Idéalement située en porte-à-faux de la rivière Ammonoosuc, la terrasse de l’établissement donne envie d’y revenir par beau temps !

    PHOTO MARTIN TREMBLAY, LA PRESSE

    Schilling Brewing Co.
    Installée dans un ancien moulin à blé de la fin du XVIIIe siècle, au cœur du coquet centre-ville de Littleton, la brasserie Schilling est l’une des meilleures du New Hampshire. On s’y spécialise dans les bières classiques de style européen – la pilsner d’inspiration tchèque Alexandr 10o est d’ailleurs l’une des références dans sa catégorie selon Rate Beer. Idéalement située en porte-à-faux de la rivière Ammonoosuc, la terrasse de l’établissement donne envie d’y revenir par beau temps !

  • Salon de dégustation
Quand la salle de brassage de Schilling a été déménagée dans un bâtiment tout neuf construit juste à côté, on en a profité pour aménager une superbe salle de dégustation, où il est possible de goûter les produits de la brasserie bien assis près d’un feu de bois. On en profite aussi pour siroter les bières vendues sous l’étiquette Resilience – le maître brasseur John Lenzini s’est ainsi permis de tricher pour élaborer des bières du Nouveau Monde –, notamment des IPA bien juteuses ou des stouts infusées au café.

    PHOTO MARTIN TREMBLAY, LA PRESSE

    Salon de dégustation
    Quand la salle de brassage de Schilling a été déménagée dans un bâtiment tout neuf construit juste à côté, on en a profité pour aménager une superbe salle de dégustation, où il est possible de goûter les produits de la brasserie bien assis près d’un feu de bois. On en profite aussi pour siroter les bières vendues sous l’étiquette Resilience – le maître brasseur John Lenzini s’est ainsi permis de tricher pour élaborer des bières du Nouveau Monde –, notamment des IPA bien juteuses ou des stouts infusées au café.

  • Rek’Lis Brewery
Située à Bethlehem, à quelques minutes seulement de Littleton et des centres de ski Cannon Mountain et Bretton Woods, la brasserie Rek’Lis était remplie en ce petit lundi de janvier pour la soirée « pinte et pizza ». L’ambiance y est chaleureuse et décontractée, le chansonnier, talentueux, la bière et la bouffe sont fort convenables – on évite toutefois la poutine, qui n’a pas grand-chose à voir avec la nôtre. On y croise des habitués et nombre de skieurs, c’est très propice aux échanges et, en prime, les enfants sont les bienvenus.

    PHOTO MARTIN TREMBLAY, LA PRESSE

    Rek’Lis Brewery
    Située à Bethlehem, à quelques minutes seulement de Littleton et des centres de ski Cannon Mountain et Bretton Woods, la brasserie Rek’Lis était remplie en ce petit lundi de janvier pour la soirée « pinte et pizza ». L’ambiance y est chaleureuse et décontractée, le chansonnier, talentueux, la bière et la bouffe sont fort convenables – on évite toutefois la poutine, qui n’a pas grand-chose à voir avec la nôtre. On y croise des habitués et nombre de skieurs, c’est très propice aux échanges et, en prime, les enfants sont les bienvenus.

  • The Cave
On accède au bar de l’hôtel Mount Washington par un corridor en pierre, comme si l’on entrait dans une caverne. En fait, l’endroit abritait un court de squash à l’ouverture de l’hôtel, en 1902, mais il a été converti quelques années plus tard en bar illégal au moment de la prohibition aux États-Unis. Sa vocation n’a pas changé depuis, The Cave a même fait brasser sa propre bière chez Tuckeman Brewing Co., à Conway.

    PHOTO MARTIN TREMBLAY, LA PRESSE

    The Cave
    On accède au bar de l’hôtel Mount Washington par un corridor en pierre, comme si l’on entrait dans une caverne. En fait, l’endroit abritait un court de squash à l’ouverture de l’hôtel, en 1902, mais il a été converti quelques années plus tard en bar illégal au moment de la prohibition aux États-Unis. Sa vocation n’a pas changé depuis, The Cave a même fait brasser sa propre bière chez Tuckeman Brewing Co., à Conway.

  • Speakeasy
À l’intérieur du bar, ouvert seulement en soirée, on peut encore voir où l’on cachait à l’époque les barils de whiskey achetés en contrebande au Canada. On nous indique même où se trouvaient les trous dans le mur qui permettaient d’apercevoir la rue. On est donc dans un véritable speakeasy. En nous montrant les tasses accrochées derrière lui, le barman nous explique d’ailleurs d’où vient l’expression consacrée : on servait à l’époque les cocktails dans des tasses de thé et, quand la police arrivait, les clients jetaient l’alcool au sol et continuaient de parler bien tranquillement…

    PHOTO MARTIN TREMBLAY, LA PRESSE

    Speakeasy
    À l’intérieur du bar, ouvert seulement en soirée, on peut encore voir où l’on cachait à l’époque les barils de whiskey achetés en contrebande au Canada. On nous indique même où se trouvaient les trous dans le mur qui permettaient d’apercevoir la rue. On est donc dans un véritable speakeasy. En nous montrant les tasses accrochées derrière lui, le barman nous explique d’ailleurs d’où vient l’expression consacrée : on servait à l’époque les cocktails dans des tasses de thé et, quand la police arrivait, les clients jetaient l’alcool au sol et continuaient de parler bien tranquillement…

1/5
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Où manger

  • Freehouse Taproom
À partir du centre-ville de Littleton, on se rend au Freehouse Taproom en traversant la rivière Ammonoosuc par la jolie passerelle piétonne couverte, construite en 2004. Comme le veut son nom, la Freehouse n’est associée à aucune brasserie et sert donc certains des meilleurs produits de la Nouvelle-Angleterre. Dans l’assiette, on a affaire à un menu de pub diversifié et bien fait qui laisse une belle place aux produits locaux. Enfin, le décor soigné est celui d’un bar sportif rehaussé d’accents rappelant qu’il y avait ici un garage, autrefois.

    PHOTO MARTIN TREMBLAY, LA PRESSE

    Freehouse Taproom
    À partir du centre-ville de Littleton, on se rend au Freehouse Taproom en traversant la rivière Ammonoosuc par la jolie passerelle piétonne couverte, construite en 2004. Comme le veut son nom, la Freehouse n’est associée à aucune brasserie et sert donc certains des meilleurs produits de la Nouvelle-Angleterre. Dans l’assiette, on a affaire à un menu de pub diversifié et bien fait qui laisse une belle place aux produits locaux. Enfin, le décor soigné est celui d’un bar sportif rehaussé d’accents rappelant qu’il y avait ici un garage, autrefois.

  • Crumb Bar
On sert au Crumb Bar de très bons cafés et de très belles viennoiseries – on évite toutefois de les faire chauffer, car le micro-ondes gâche le joli travail de la pâtissière. Du jeudi au samedi, la boulangerie et pâtisserie établie à Littleton il y a trois ans ouvre aussi ses portes le soir ; on peut y manger de gourmands sandwichs en assistant aux spectacles d’artistes du coin. Sympathique.

    PHOTO MARTIN TREMBLAY, LA PRESSE

    Crumb Bar
    On sert au Crumb Bar de très bons cafés et de très belles viennoiseries – on évite toutefois de les faire chauffer, car le micro-ondes gâche le joli travail de la pâtissière. Du jeudi au samedi, la boulangerie et pâtisserie établie à Littleton il y a trois ans ouvre aussi ses portes le soir ; on peut y manger de gourmands sandwichs en assistant aux spectacles d’artistes du coin. Sympathique.

  • The Coffee Pot
L’établissement est établi depuis près de 40 ans au cœur de Littleton. C’est ici que se retrouvent les gens de la place pour le déjeuner. On y vient pour le service avenant, mais aussi pour le pain de ménage, les muffins et les crêpes faits maison.

    PHOTO MARTIN TREMBLAY, LA PRESSE

    The Coffee Pot
    L’établissement est établi depuis près de 40 ans au cœur de Littleton. C’est ici que se retrouvent les gens de la place pour le déjeuner. On y vient pour le service avenant, mais aussi pour le pain de ménage, les muffins et les crêpes faits maison.

  • Inkwell
Voisin de la brasserie Schilling dans le district riverain de Littleton, Inkwell sert d’excellents cafés, de même que des déjeuners santé. Pour les plus gourmands, on y cuisine aussi des muffins, des scones ou des barres granolas – on a quant à nous mis quelques boules d’énergie maison dans notre poche, idéales après une froide journée sur les pentes. On propose bien sûr de nombreuses options végétaliennes et sans gluten.

    PHOTO MARTIN TREMBLAY, LA PRESSE

    Inkwell
    Voisin de la brasserie Schilling dans le district riverain de Littleton, Inkwell sert d’excellents cafés, de même que des déjeuners santé. Pour les plus gourmands, on y cuisine aussi des muffins, des scones ou des barres granolas – on a quant à nous mis quelques boules d’énergie maison dans notre poche, idéales après une froide journée sur les pentes. On propose bien sûr de nombreuses options végétaliennes et sans gluten.

  • Stickney’s Pub
L’offre de restauration du complexe entourant l’hôtel Mount Washington est vaste et diversifiée, avec une bonne demi-douzaine de restaurants situés dans l’hôtel ou tout près. Ça vaut certainement le coût de déjeuner dans la prestigieuse salle à manger principale – le buffet est savoureux et généreux –, alors que le Stickney’s Steak & Chop Pub est plus convivial après une journée de ski. Le menu est néanmoins à la hauteur du statut de l’hôtel – les croquettes de crabe saisies à la poêle étaient notamment délicieuses.

    PHOTO MARTIN TREMBLAY, LA PRESSE

    Stickney’s Pub
    L’offre de restauration du complexe entourant l’hôtel Mount Washington est vaste et diversifiée, avec une bonne demi-douzaine de restaurants situés dans l’hôtel ou tout près. Ça vaut certainement le coût de déjeuner dans la prestigieuse salle à manger principale – le buffet est savoureux et généreux –, alors que le Stickney’s Steak & Chop Pub est plus convivial après une journée de ski. Le menu est néanmoins à la hauteur du statut de l’hôtel – les croquettes de crabe saisies à la poêle étaient notamment délicieuses.

1/5
  •  
  •  
  •  
  •  
  •