Les eaux de Crystal River, dans le nord-ouest de la Floride, regorgent de lamantins, mammifère marin emblématique du Sunshine State. Sous l’eau, sur l’eau ou sur la terre, La Presse vous convie à une rencontre inédite avec la créature à l’origine des légendes des sirènes.

Audrey Ruel-Manseau Audrey Ruel-Manseau
La Presse

L’air est frais. Environ 15 °C. Les premiers rayons du soleil ne devraient pas tarder et la pleine lune descend tranquillement dans la brume encore accrochée à la cime des arbres en bordure du canal menant à King’s Bay. Le moteur du bateau se met en marche. L’odeur d’essence se mélange à celle du néoprène des combinaisons que les passagers ont déjà enfilées, impatients de se glisser dans l’eau aux côtés des lamantins.

Le guide Lance Herring profite de la distance à parcourir jusqu’aux Three Sisters Springs de Crystal River pour s’assurer que tous ont compris les consignes à respecter avant de rejoindre le mammifère marin dans son habitat naturel.

PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

Le guide Lance Herring

« On fait de l’observation passive. Le plus important, c’est de rester calme et immobile, répète-t-il plusieurs fois. On ne veut pas les stresser. Et peut-être que si vous êtes assez calmes, ils viendront vers vous. Si c’est le cas, ne vous énervez pas et profitez du moment. »

Le bateau arrive à proximité de la source naturelle où la température de l’eau ne descend jamais sous les 21 °C — ce qui attire les lamantins par temps « froid ». Déjà, quelques observateurs sont à l’eau. Ils se compteront plus tard dans la journée par dizaines ; mieux vaut y aller très tôt. C’est le moment d’enfiler masque et tuba et d’entrer dans l’eau doucement. Une trentaine de lamantins se réchauffent à Three Sisters ce matin-là, la plupart dans la zone interdite aux humains délimitée par une ligne flottante infranchissable, bien gardée par les rangers. Ces sanctuaires sont agrandis selon le nombre de lamantins qui se réfugient dans la baie — ils sont parfois une centaine.

PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

La promenade permet aux visiteurs d’avoir une vue plongeante sur les lamantins qui se prélassent dans l’eau d’une sublime clarté.

Le mammifère, surnommé la vache de mer, peut mesurer jusqu’à 3 m de long et peser une demi-tonne. Flottant à la surface, les nageurs observent l’imposant herbivore dans son habitat et respectent les règles de savoir-vivre présentées dans la vidéo explicative avant l’excursion : ne pas entourer un lamantin, ne pas descendre sous l’eau, ne pas inciter un contact, etc.

Après quelque temps, un bébé sort du lot. Le petit curieux s’approche de notre petit groupe de nageurs et se glisse sous nos mains en donnant de petits coups de tête. Il tourne sur lui-même et, semblable à un chaton, semble insister pour se faire gratouiller en revenant à la charge. Ses petits cris audibles sous l’eau sont absolument charmants.

PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

Très tôt le matin, déjà quelques observateurs sont à l’eau.

« Les petits sont particulièrement curieux, ils veulent explorer, comme les bébés de toutes les espèces, y compris les humains. Celui-là était vraiment joueur. C’est rare ! », expliquera avec entrain le guide Herring, sur le chemin du retour vers le Plantation Adventure Center, où un autre groupe attend le prochain départ.

Des préoccupations légitimes

Le biologiste Jim Valade, sommité en matière de protection des lamantins, admet que la horde de touristes qui s’observe certains jours a soulevé des questions au fil des ans.

PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

Jim Valade, biologiste et directeur adjoint du refuge au U.S. Fish & Wildlife Service

Les lamantins viennent ici pour être au chaud, et notre préoccupation c’est que la présence des gens incite les lamantins à quitter l’endroit.

Jim Valade, biologiste et directeur adjoint du refuge au U.S. Fish & Wildlife Service

« En Floride, nous rescapons des lamantins qui ont été exposés au froid à longueur d’année. Mais ici, à Crystal River, c’est très rare, explique le spécialiste. Alors, nous sommes assez à l’aise avec l’idée que les lamantins sont bien dans la baie, malgré la présence des visiteurs. » Des bénévoles sur l’eau et sur les berges s’assurent de faire respecter les consignes, de même que les organisateurs d’excursions, qui veulent inévitablement protéger leur vache à lait.

« On délivre des permis seulement aux entreprises qui répondent à tous les critères mis en place par le refuge [Crystal River National Wildlife Refuge]. Les centres de plongée prennent leur rôle très au sérieux et expliquent à leurs clients comment interagir avec les lamantins. Il y a beaucoup d’éducation », expose M. Valade, confirmant que l’activité se compare davantage à l’observation des tortues en plongée sous-marine qu’aux baignades lors desquelles des touristes nagent avec des dauphins en captivité.

PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

Un Anhinga observé au Crystal River National Wildlife Refuge

PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

Un hibou confortablement perché dans un arbre au Crystal River National Wildlife Refuge

Le biologiste explique que dans les années 60, quand les chercheurs ont commencé à étudier sérieusement les lamantins et à avoir du plaisir avec eux dans l’eau, les coordonnateurs des centres de plongée ont flairé la bonne affaire. L’État a « reconnu que c’était une chance unique de permettre aux gens de se familiariser avec les lamantins, de les éduquer et de favoriser leur conservation ». Plutôt que d’interdire les excursions, le gouvernement a encadré l’observation par des lois : toute violation peut valoir au contrevenant une sanction allant d’une amende de 500 $ US jusqu’à l’emprisonnement.

« Les gens protègent ce qu’ils aiment, et ils aiment ce qu’ils connaissent », rapporte M. Valade, faisant référence à la célèbre citation de Jacques-Yves Cousteau. L’explorateur marin avait d’ailleurs étudié les lamantins — créatures à l’origine de la légende des sirènes — dans l’épisode The Forgotten Mermaids, tourné en Floride dans les années 70.

PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

Jessica Ingalls, guide chez Paddles Outdoor Rentals, à planche à pagaie à King’s Bay, Crystal River.

Les observer sans se mouiller

Les lamantins s’observent aussi à partir de la terre ferme en accédant aux Three Sisters Springs via le Crystal River National Wildlife Refuge. La promenade en bois entièrement aménagée permet aux visiteurs d’avoir une vue plongeante sur l’environnement des mammifères marins qui se prélassent dans l’eau d’une sublime clarté. Les ornithologues amateurs seront eux aussi servis, puisque des sentiers aménagés dans le refuge permettent l’observation d’une centaine d’espèces d’oiseaux qui se donnent rendez-vous durant l’année. Aucun stationnement n’est possible sur place, sauf pour les personnes à mobilité réduite. Il faut y accéder à pied ou par le trolleybus qui assure la navette à partir du Three Sisters Springs Center.

PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

Plusieurs choisissent de prendre place à bord d’un kayak afin d’observer les lamantins venus se réchauffer à Three Sisters Springs.

Finalement, les plus sportifs peuvent opter pour la location d’un kayak ou d’une planche à pagaie (stand-up paddle board ou SUP) pour observer l’emblématique animal. La deuxième option permet une meilleure observation vu la hauteur du pagayeur, quoique des kayaks transparents soient aussi disponibles. Un guide rendra l’activité beaucoup plus instructive et vous aidera à repérer les lamantins. Si cette activité n’est pas la plus concluante pour l’observation des lamantins, elle permet de découvrir King’s Bay, sa faune, sa flore, et d’explorer les multiples canaux bordés de maisons parfois majestueuses dans un cadre plus zen et éloigné de l’ambiance parfois chaotique des Three Sisters Springs.

Carnet de notes

> Quand : des excursions sont offertes à l’année, mais la saison officielle est du 15 novembre au 31 mars.

PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

Crystal River National Wildlife Refuge, Three Sisters Springs, Crystal River

> Quelle entreprise : une trentaine de voyagistes offrent des excursions pour nager avec les lamantins avec des forfaits variant de 40 à 65 $ US, équipement inclus. Assurez-vous que le que vous choisissez soit accrédité et respectueux dans sa pratique.

> Meilleur moment : pour éviter les foules, optez pour une activité très tôt le matin. Pour maximiser votre expérience, choisissez la journée la plus froide possible ; plus il fait froid, plus les lamantins sont nombreux. Ajoutez à cela un ciel ensoleillé et vous avez tous les éléments pour une observation réussie !

> S’y rendre : Crystal River est situé à moins de 150 km à l’ouest d’Orlando, au nord de l’aéroport international de Tampa et au nord de l’aéroport international St. Pete–Clearwater, notamment desservi par la compagnie Allegiant Air, qui offre des vols directs et bon marché à partir de Plattsburgh, dans l’État de New York.

Les frais de ce voyage ont été payés par Visit Florida et Discover Crystal River, qui n’ont exercé aucun droit de regard sur le contenu du reportage.