Une sélection d’adresses d’hébergement et de restaurants pour un séjour agréable à Virginia Beach.

Ève Dumas Ève Dumas
La Presse

Où dormir ?

Avec des dizaines d’hôtels sur la plage centrale et des centaines de maisons à louer, Virginia Beach ne manque pas d’hébergements. Dans cette marée de constructions qui finissent par se ressembler, l’historique Cavalier brille en solitaire.

Rarement a-t-on vu un hôtel aussi majestueux. Superbe bâtiment formant un Y de briques, le Cavalier s’élève au sommet d’une colline bien verte et nous ramène presque 100 ans en arrière. Ouvert à la fin des années 20, l’hôtel de villégiature a accueilli 10 présidents américains, les big bands les plus populaires de l’époque (Benny Goodman, Cab Calloway, Glenn Miller, etc.) et nombre de célébrités. Il a fait de Virginia Beach une station balnéaire très courue.

Mais son règne fut malheureusement d’assez courte durée. En 1942, l’armée américaine a réquisitionné l’édifice de 195 chambres (aujourd’hui 85) pour former des marins. L’armée est d’ailleurs encore très présente dans le coin, avec la Naval Air Station Oceana et d’autres bases militaires. Vous entendrez souvent les jets déchirer le ciel.

PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE

Ouvert à la fin des années 20, le Cavalier est un superbe bâtiment qui domine l’horizon.

Après la guerre, le Cavalier a commencé son déclin, pour finalement tomber en décrépitude et être mis en vente en 2012. Un seul groupe d’acheteurs, The Cavalier Associates, a promis de restaurer ce joyau architectural et historique plutôt que de le jeter à terre. Les investisseurs auront mis quatre ans et injecté plus de 80 millions US dans les rénovations. L’hôtel a rouvert ses portes en février 2018.

En plus de sa splendeur visuelle, le Cavalier offre un nombre de services impressionnant. Il y a d’abord son chic et iconique Beach Club, auquel on accède en deux minutes à pied (ou en voiturette !). Les installations sont dignes des plus beaux complexes balnéaires, avec piscine à débordement, bain à remous, palmiers et chaises longues. On peut aussi s’installer sous un parasol à la plage ou dans le resto-bar qui sert une cuisine acceptable, sans plus. La construction de l’hôtel voisin peut avoir ses petits désagréments sur le plan sonore, mais si on réussit à en faire abstraction, c’est le bonheur.

Dans l’hôtel même, c’est aussi le « gros luxe » : spa, vaste et élégante piscine, centre de conditionnement physique, restaurant (Becca), « taverne » (The Hunt Room) et lounge (The Raleigh Room). Il y a même une distillerie (Tarnished Truth) sur place ! En matière de restauration, on vous conseille de vous en tenir aux classiques (pâtes fraîches et plats principaux de viande) au Becca, et d’essayer les cocktails parfaitement exécutés du Hunt Room, comme l’old-fashioned fumé et le Black Manhattan.

Cette abondance a bien évidemment un prix ! En semaine, au mois d’octobre, les chambres commencent à 282 $ US la nuit. On a vu pire. Mais les tarifs montent à plus de 500 $ US les week-ends.

Consultez le site de l’hôtel (en anglais) : http://www.cavalierhotel.com/

Où manger ?

PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE

Assiettes de poissons frais au Restaurant Bubba’s, propriété d’un couple originaire du Québec.

Les spécialités que vous verrez le plus souvent sur les menus de Virginia Beach : crab cakes, soupe au crabe (she-crab soup), huîtres, une foule de poissons, clams (palourdes), fromage pimento, biscuits, grits (gruau de maïs), poulet frit.

Voilà un beau répertoire dans lequel on se doit de piger pour bien s’imprégner de la culture culinaire locale.

Les classiques

Un peu comme le lobster roll dans le Maine, le crab shack est une institution à Virginia Beach. Aussi a-t-on mis au programme quelques restaurants réputés pour leurs produits de la mer. Les crab cakes sont exceptionnels au Leaping Lizard Cafe, un favori des gens du coin qui s’y retrouvent en famille et entre amis le dimanche après-midi. Ici, les options plus « santé » abondent aussi. Chez Bubba’s, on a mangé une sole façon cajun à la chair tendre et floconneuse. Mention à la délicieuse salade de chou ! Blue Pete’s, dans la région agricole de Pungo, nous transporte en plein bayou. Notre poisson gratiné à la sauce au crabe était divin. Après une séance dans l’eau, rien ne vaut Pelon’s Baja Grill, qui ne paie pas de mine de l’extérieur, mais propose de bons tacos de poisson et de crevettes dans une ambiance surf.

Consultez la page du Leaping Lizard (en anglais) : https://www.facebook.com/LeapingLizardCafe/

Consultez le site de Chez Bubba’s (en anglais) : https://bubbasseafoodrestaurant.com/

Consultez le site de Blue Pete’s (en anglais) : https://www.bluepetes.com/

Consultez le site du Pelon’s Baja Grill (en anglais) : http://pelonsbajagrill.com/

Les nouveautés

PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE

Commune sert d’exceptionnels petits-déjeuners et dîners qui font honneur aux fermes environnantes.

Pour déguster une cuisine plus actuelle, mieux vaut se rendre dans le ViBe Creative District, l’un de ces quartiers revitalisés où œuvres murales et commerces indépendants attirent une clientèle plus jeune et artsy.

Commune sert d’exceptionnels petits-déjeuners et dîners faisant honneur aux fermes environnantes. Quelques exemples : sandwich au beurre d’arachides fumé et confiture de figue, bol de grits (gruau de maïs) débordant de légumes, beignets de courgettes et aïoli. Son voisin, Esoteric, est ouvert le soir. Son approche est semblable, mais les plats sont un peu plus complexes et les bières de microbrasserie sont bien représentées. Entre les sections Snacks, Smalls et Salads + Soups, on peut facilement se bâtir un repas de petits plats. Sinon, il est possible de choisir entre une dizaine de plats principaux.

En face de ces deux restaurants, Prosperity Kitchen and Pantry est une boulangerie où l’on veut tout acheter, de la pizza al taglio aux biscuits en passant par les brioches et les pains. Envie d’une crème glacée typiquement américaine ? Lolly’s Creamery propose des parfums comme Cookie Monster, bleuets du Maine, menthe et pépites de chocolat, etc. Le café est particulièrement bon chez Three Ships Coffee Roasters, à deux rues au nord.

PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE

La Commonwealth Brewing offre des bières pour tous les goûts.

Amateurs de bières artisanales, vous serez bien servis. Nous avons aimé l’ambiance très décontractée de la Commonwealth Brewing Company, à 10 minutes de marche de la plage de Chesapeake, dans le nord de la ville. Entre les pale ales, la sour IPA au lactose, les saisons, les lagers, les bières au vin et les stouts, il y en a pour absolument tous les goûts ! Ceux et celles qui cherchent un cadre plus raffiné pourront essayer The Porch on Long Creek, nouveauté très « South Beach rencontre Tulum ». Il n’y a pas grand-chose de bon à boire ici, mais le décor du porch (véranda) en question et la vue sur l’eau compensent.

Consultez le site du Commune (en anglais) : https://www.communevb.com/

Consultez le site de l’Esoteric (en anglais) : http://esotericvb.com/

Consultez le site du Prosperity Kitchen and Pantry (en anglais) : https://prosperitykitchenva.com/

Consultez le site du Lolly’s (en anglais) : https://www.lollys.online/

Consultez le site du Three Ships Coffee (en anglais) : https://threeshipscoffee.com/

Consultez le site de la Commonwealth Brewing Company (en anglais) : https://www.commonwealthbrewingcompany.com/

Consultez le site du Porch on Long Creek (en anglais) : https://www.facebook.com/ThePorchonLongCreek/