Le projet des «Routes de l'eau» du Lac-Saint-Jean se concrétise plus rapidement que prévu. Si les différents intervenants touristiques et municipaux parlaient, il y a quelques mois, d'un échéancier de plusieurs années, les "Routes de l'eau" devraient être lancées officiellement en juin 2011.

Laura Lévesque LE QUOTIDIEN

À l'image des «Routes bleues» qui longent le Saint-Laurent, le projet consiste à mettre en valeur les services et produits qui sont liés aux activités nautiques et à sécuriser la pratique de tels loisirs pour les petites embarcations, dont les kayaks.

Comme la Véloroute des Bleuets, plusieurs tronçons composeraient les «Routes de l'eau» (nom encore provisoire) et une toute nouvelle signalisation pointerait les différents lieux de mise à l'eau et l'hébergement. Des cartes permettraient aux visiteurs de planifier des virées de quelques heures ou de plusieurs jours sur l'immense plan d'eau.

Un projet évalué en ce moment à moins de 100 000 $, mais qui pourrait engendrer d'importantes retombées économiques dans la région.

«Les «Routes de l'eau» c'est un peu comme une véloroute, mais dans le lac, sans les importants investissements toutefois. Car toutes les infrastructures existent déjà. Il faut maintenant les commercialiser. Une demande d'aide financière a été déposée cette semaine au créneau d'excellent Accord. Il est par contre trop tôt pour dire combien exactement le projet va coûter. Des entreprises privées pourraient se joindre à ce circuit en annonçant par exemple leurs services dans cette nouvelle signalisation», confirme Emmanuel Côté, coordonnateur du comité Aventure Écoutoursime Lac-Saint-Jean (CAÉL), organisation mise sur pied par les trois MRC du territoire en 2009.

Un lac inaccessible

Soulevée constamment par la clientèle touristique, l'inaccessibilité du lac a été identifiée en 1974 par le Conseil Régional des Loisirs du Saguenay-Lac-Saint-Jean et reprise en 1994 par l'Association touristique régionale (ATR). Cette faiblesse a de nouveau été pointée en 1997 et 2002 comme un handicap au développement de la région.

«Le Lac-Saint-Jean possède un énorme potentiel avec son réseau hydrographique. Il n'est pourtant toujours pas exploité touristiquement à son maximum. On fait rapidement le tour du lac, mais on n'y goûte pas. Les «Routes de l'eau» permettront de vendre la région comme destination nautique par excellence», plaide Emmanuel Côté.

Le comité devrait terminer l'inventaire des produits et services existants sur le territoire cet automne. Les outils de commercialisation seront développés au cours de l'hiver.

Le projet s'inspire de deux concepts qui ont faire leurs preuves ailleurs au Québec et en Europe. En effet, plusieurs portions du sentier maritime du Saint-Laurent sont exploitées en ce sens, sous l'appellation «Routes bleues du Québec». En France, on désigne «Station nautique» les entités regroupant sur son territoire les intervenants en sport et loisir nautiques.

«Les «Routes de l'eau» du Lac-Saint-Jean combineraient ces deux concepts. Le projet serait très complet. Il reste toutefois encore du travail à faire. Mais nous demeurons confiants quant à l'avenir d'un tel circuit. Les «Routes bleues du Québec» ça marche déjà très fort», rappelle M. Côté.

Illustration(s) :

Emmanuel Côté est le coordonnateur du comité Aventure Écotourisme Lac-Saint-Jean, l'organisation responsable du projet des «Routes de l'eau». (Photo Steeve Tremblay)

Avec leurs petites embarcations, les touristes comme l'Américain Paul Asmuth pourront profiter du nouveau sentier maritime dès 2011. (Photo Steeve Tremblay)