La Grèce a gagné en 2011 près d'un demi-million de croisiéristes supplémentaires, portant à quelque 6,1 millions le nombre d'arrivées, sur fond de libéralisation du secteur, a indiqué vendredi l'Union des ports grecs.

AGENCE FRANCE-PRESSE

Au total, 4937 bateaux de croisière ont jeté l'ancre en 2011 dans 17 ports grecs, la spectaculaire île volcanique de Santorin, dans le sud de l'Égée, se taillant la part du lion, avec près d'un million de visiteurs, derrière le port central du pays, le Pirée, qui a compté 2,5 millions d'arrivées.

Cette embellie, dont l'industrie touristique grecque attend un nouveau souffle, fait suite à de premières mesures de libéralisation partielle du secteur en 2010 pour les bateaux non-européens, jusque-là soumis à de strictes règles pour pouvoir faire escale sur les côtes grecques.

Le Parlement grec doit prochainement adopter un projet de loi abolissant les dernières restrictions maintenues, ce qui devrait permettre aux bateaux battant pavillon non-européens d'entamer leurs périples au départ d'un port grec.

Les retombées de cette mesure, qui ne sont pas attendues avant 2014 du fait du temps nécessaire aux croisiéristes pour programmer et commercialiser leurs itinéraires, pourraient ajouter 4% au PIB du pays d'ici trois ou quatre ans, estime le ministère du Tourisme.