Le campus Vitra, près de Bâle, là où la Suisse rencontre l'Allemagne et la France, a profité du talent de certains des plus grands architectes des XXe et XXIe siècles. Depuis la construction d'un musée spectaculaire consacré au design domestique, le VitraHaus, le campus n'attire plus que les férus d'architecture. Familles et touristes le prennent d'assaut le week-end, et profitent ainsi des nombreux atouts d'un endroit exceptionnel.

Lucie Lavigne LA PRESSE

Impossible de le rater. L'édifice VitraHaus, couvert de stuc gris charbon, se démarque par sa composition surréaliste. Il est formé de 12 maisons imbriquées les unes dans les autres. De fait, cette réalisation, qui a reçu ses premiers visiteurs en mars 2010, constitue une véritable prouesse structurale.

Cette impressionnante construction est devenue le fleuron du Campus Vitra, qui attire chaque année des milliers de touristes en quête d'un endroit dépaysant.

Vitra est une marque suisse connue des amateurs de meubles. Depuis 1957, l'entreprise produit des classiques du XXe siècle, dont ceux du couple américain Charles et Ray Eames. Elle s'est ensuite démarquée par son mobilier de bureau. Maintenant, ses nouveautés conçues par des designers cotés sont très convoitées.

En 1981, un incendie a ravagé une grande partie de ses usines construites dans les années 50 dans la bourgade allemande de Weil am Rhein, située aux frontières de la Suisse et de la France. Rapidement, il a fallu reconstruire le parc industriel et, aujourd'hui, l'ensemble des nouveaux bâtiments forme le Campus Vitra.

Bijoux d'architecture

Une poignée d'architectes, dont plusieurs vedettes, ont fait renaître les lieux en créant au fil des ans de véritables bijoux de l'architecture contemporaine. Parmi eux, il y a l'Américain d'origine canadienne Frank Gehry, qui a réalisé le musée Vitra Design en 1989. Entre 1993 et 1994, l'architecte anglo-irakienne Zaha Hadid a réalisé une étonnante caserne de pompiers. Dans la foulée, le Japonais Tadao Ando a dessiné un pavillon de conférences et le Portugais Alvaro Siza a érigé une des usines de l'endroit.

Ensuite, de petits bâtiments ont été installés, dont une tente de Richard Buckminster Fuller, celui-là même qui a conçu le pavillon des États-Unis (la sphère) à l'Exposition universelle de 1967, à Montréal. Enfin, en 2006, le designer britannique Jasper Morrison a dessiné un abribus transparent, quasi fantomatique.

12 maisons empilées

Bien sûr, l'édifice VitraHaus vaut à lui seul le détour. Impressionnants, les porte-à-faux atteignent jusqu'à 15 m (49 pi) de longueur. Les architectes de l'agence Herzog&de Meuron, de Bâle, ont volontairement créé une atmosphère domestique afin de mettre en valeur la collection de Vitra consacrée à l'habitat. Par la même occasion, un lien avec la forme des maisons à toit à deux pentes des environs est créé. D'immenses ouvertures vitrées offrent des vues saisissantes, tantôt en direction de la Suisse, de la France ou de l'Allemagne. Le soir, de l'extérieur, ces fenêtres «à pignon» brillent comme des lanternes géantes.

Répartie sur cinq étages, la VitraHaus permet à toute la famille de parcourir un pan de l'histoire du design. Chaque espace est meublé et aménagé grâce à un savant mélange de pièces classiques (dont les sièges de Charles et Ray Eames, les accessoires de George Nelson ou d'Isamu Noguchi) et de nouveautés contemporaines. Impression générale? On se croirait dans un magazine de décoration en 3D. Lors de mon passage dans la section où se trouvait le mobilier de Verner Panton, les enfants s'en donnaient à coeur joie dans les méandres du fauteuil psychédélique Pantower.

Le design en famille

«Au départ, c'étaient principalement des amateurs d'architecture contemporaine qui nous rendaient visite, se souvient Carol Ann Bandmann, l'une des guides du circuit architectural du Campus. Mais depuis l'inauguration de la VitraHaus, les touristes et les familles qui passent dans les environs s'arrêtent pendant une journée, observe-t-elle. Les dimanches, avec le café-bistro et la terrasse, le campus est bondé.»

Selon Mme Bandmann, plus de 300 000 visiteurs ont afflué la première année qui a suivi l'ouverture de la VitraHaus. «Alors qu'auparavant, 100 000 visiteurs passaient par ici annuellement», précise-t-elle.

Cuisine locale

Le café du VitraHaus offre différentes spécialités régionales. Dès que le soleil apparaît, la clientèle se précipite sur la terrasse extérieure. Au menu, il y a des plats sans prétention, comme une salade de saucisse et une assiette de pâtes «spaetzle» (savoureux, mais riche). Du vin et de la bière sont aussi proposés.

Magasinage de marque

Visiter la VitraHaus donne envie... d'acheter. Normal, direz-vous, c'est une salle d'exposition dont l'objectif est essentiellement de vendre des produits et d'inspirer les visiteurs dans l'aménagement de leur intérieur. Mais les meubles et accessoires Vitra - d'une grande qualité - affichent des prix élevés. Consolation? Il est possible d'aller se rincer l'oeil à la boutique du Vitra Design Museum ou d'y dépenser (une bonne somme) pour un objet emblématique, comme l'oiseau noir laqué Eames House Bird (environ 200$), l'horloge Ball de George Nelson (318$) ou un plateau d'Alexander Girard (près de 70$). Détail: c'est Herman Miller et non Vitra qui a les droits de production et de commercialisation du mobilier de Charles et Ray Eames et de George Nelson, en Amérique du Nord.

HUIT BÂTIMENTS D'EXCEPTION EN DEUX HEURES

La visite guidée des édifices du Campus Vitra permet, en deux heures, de découvrir plusieurs réalisations avant-gardistes conçues par des architectes mondialement connus. Parmi ceux-ci, il y en a six qui détiennent un prix Pritzker, une récompense comparable à un Oscar dans le milieu de l'architecture.

Voici les principaux bâtiments à voir

1. Le VitraHaus des architectes Jacques Herzog et Pierre de Meuron (prix Pritzker 2001).

2. Le musée Vitra Design, construit en 1989, constitue la première réalisation en Europe de Frank Gehry (prix Pritzker 1989).

3. La caserne de pompiers de Zaha Hadid (prix Pritz ker 2004) est une «sculpture» faite de béton, d'acier et de verre.

4. Le Pavillon de conférences par Tadao Ando (prix Pritzker 1995).

5. L'usine d'Alvaro Siza (prix Pritzker 1992) érigée en 1994.

6. La première usine construite à la suite de la destruction des installations de production de Vitra dans un incendie en 1981. Elle est signée Nicholas Grimshaw.

7. Le dôme de l'Américain Richard Buckminster Fuller.

8. L'ancienne station-service conçue par l'architecte et designer français Jean Prouvé.

REPÈRES

Y aller

Le trajet de l'aéroport EuroAirport Bâle-Mulhouse-Fribourg, en Suisse, jusqu'au Campus Vitra, en Allemagne, dure une vingtaine de minutes en taxi. Il est aussi possible de prendre les transports en commun, car le bus numéro 55 s'arrête devant les lieux (arrêt Vitra). En voiture, de l'Allemagne et la Suisse, il faut emprunter l'autoroute A5 et prendre la sortie Weil am Rhein.

Quoi faire

L'édifice VitraHaus dans lequel se trouvent la salle d'exposition, le café et la boutique du Vitra Design Museum ouvre ses portes tous les jours de 10 h à 18 h. Même horaire pour le musée Vitra Design, qui propose des expositions liées au design et à l'architecture. Tarif d'entrée: 8 euros (près de 11dollars).

Où dormir

Bâle est la ville la plus près du Campus Vitra. Elle est non seulement reconnue pour ses laboratoires pharmaceutiques, mais aussi pour ses multiples musées et ses firmes d'architecture, dont Herzog&de Meuron. Autre caractéristique: elle accueille chaque année la célèbre foire d'art contemporain Art Basel. Bâle compte plusieurs hôtels, dont l'historique hôtel-boutique Krafft Basel. Les chambres y sont relativement petites, mais aménagées dans un style soigné, avec du mobilier signé Vitra. Prix pour une chambre: à partir 230 francs suisses (environ 266dollars CAN).

www.design-museum.de

www.vitra.com

www.kraftbasel.ch