Ses concepteurs assurent que, chez eux, il n'y a «pas besoin de mettre de serviette sous la porte pour que la fumée ne sorte pas». L'hôtel Normandie de Los Angeles est devenu le premier hôtel auto-proclamé «pour fumeurs de cannabis» des États-Unis.

AGENCE FRANCE-PRESSE

«C'est logique. Nous sommes dans une grande ville. On avait besoin de moi, et j'avais besoin de changement», a expliqué au Los Angeles Times Dennis Peron, instigateur du projet et défenseur de longue date de la distribution de marijuana à des fins médicales, autorisée en Californie.

Construit dans les années 1920, l'hôtel Normandie se trouve en plein coeur du quartier coréen de la mégapole californienne et fonctionnait jusqu'à maintenant comme un hôtel normal.

Il en coûte 420 dollars pour deux nuits aux fumeurs de marijuana pour se loger au Normandie. Pour cette somme, ils n'ont pas à «mettre de serviette sous la porte pour que la fumée ne s'échappe pas» de la chambre et alerte les voisins, a observé M. Peron.

Mais il ne dit pas si l'hôtel fournit l'«herbe» ou si les hôtes doivent apporter leur propre stock, comme l'exige la loi.

Richard Eastman, chargé de faire la promotion de l'hôtel, a lancé: «oubliez Amsterdam. On se voit au croisement de la Sixième rue et de la rue Normandie (où se trouve l'hôtel). Tu n'auras pas besoin de passeport pour aller au Normandie. Tu n'auras pas besoin de billet d'avion pour aller au Normandie. Tous les chemins mènent au Normandie. En métro, en bus, en taxis, nous sommes au milieu du centre de l'univers».

En novembre, les habitants de Californie doivent se prononcer par référendum sur un texte qui autoriserait l'usage de la marijuana à des fins récréatives. Ses promoteurs estiment que cette nouvelle législation permettrait à l'État, dont le déficit est abyssal, de récolter un peu plus d'impôts.