Après la course au luxe illustrée par des projets de plus en plus extravagants, la crise économique oblige Las Vegas à se lancer dans une course aux clients. Pour les appâter, la «ville du péché» (Sin City) utilise la bonne vieille recette : la pluie d'aubaines.

André Désiront, collaboration spéciale LA PRESSE

C'est que les taux d'occupation des hôtels qui, depuis des années se maintenaient à plus de 90% ont chuté de plus de 15% cet hiver, tombant même à 72% en janvier. Un résultat plus digne de Montréal que de Las Vegas dont le parc hôtelier affiche habituellement les plus hauts taux d'occupation du monde.Le Trump propose ses chambres à 89$. Le Harrah's les annonce à 45$ et le Cortez, un établissement récemment rénové de Las Vegas Downtown brandit même un tarif de 14$ la nuit pour séduire une clientèle qui se fait désirer.

Même le Cirque du Soleil brade ses billets et c'est une première. Des réductions de 40% sont proposées sur le spectacle Love et le site d'aubaines Travelzoo.com offrait dernièrement des billets pour Ka à moitié prix.

>>> Lire la suite sur le blogue d'André Désiront