Plus de la moitié des Torontois sont nés à l'étranger. Et la Ville reine embrasse avec fierté cette incroyable richesse multiculturelle qui la rend si unique. Une richesse qui rejaillit sur le paysage gastronomique de la métropole, influencé autant par les saveurs de l'Amérique du Sud, de l'Asie, de l'Europe ou de l'Afrique. Tour d'horizon du Toronto multiethnique.

Mis à jour le 13 nov. 2013
Étienne Fortin-Gauthier, collaboration spéciale LA PRESSE

La reine du pâté jamaïcain

Hôte du plus grand carnaval caribéen en Amérique du Nord, Toronto compte bon nombre de restaurants où l'ambiance des îles est à l'honneur. Le Caribbean Queen of Patties (1279, rue Bloor O., station de métro Landsdowne 1) est l'une de ces adresses où l'on a l'impression d'être catapulté dans les pays chauds. En entrant dans le minuscule restaurant, vous tomberez sous le charme de Georgia Hamilton, Jamaïcaine d'origine et reine des lieux. Chaque jour, elle prépare ses fameux pâtés jamaïcains, soit végétariens, soit au boeuf. Assaisonnés à souhait, ils se dégustent sous l'oeil attentif de Bob Marley, dont l'immense portrait domine les lieux. Toronto est aussi reconnu pour la qualité de ses « rôtis «, un pain plat plié sur lui-même dans lequel on retrouve un mélange de viandes et de légumes, le tout savamment épicé. Populaire à Trinité-et-Tobago, le rôti caribéen est préparé dans une soixantaine de commerces un peu partout dans le Grand Toronto.

Photo Étienne Fortin-Gauthier, collaboration spéciale

Pâtés jamaïcains de Georgia Hamilton, chez Caribbean Queen of Patties.

Comme en Éthiopie

Toronto offre plusieurs expériences gastronomiques dépaysantes. C'est notamment le cas dans l'un des nombreux restaurants éthiopiens de la Ville reine, où comme en Éthiopie, on mange avec ses mains. Au menu : différents plats de viande et de légumes épicés à souhait et couchés sur un lit d'injera, le pain traditionnel éthiopien. Le restaurant Nazareth (969, rue Bloor O, station de métro Ossington 2) est l'un des meilleurs endroits où se familiariser avec cette cuisine. L'assiette végétarienne, la préférée de la clientèle, est assez grande pour deux et ne coûte que 10$. Mais ne vous risquez pas à demander une fourchette, car elle vous sera refusée. Chaque soir, les clients font la queue parfois pendant une heure pour déguster les merveilles culinaires du restaurant, alors arrivez tôt.

Photo Étienne Fortin-Gauthier, collaboration spéciale

Plat offert au restaurant éthiopien Nazareth.

Festin indien et petites douceurs à l'eau de rose

Aucun quartier de Toronto ne compte une concentration aussi importante de buffets qu'Indian Bazaar 3, le quartier indien de Toronto. Sur moins d'un kilomètre, vous en croiserez une dizaine. Tous offrent une riche sélection de plats indiens authentiques et offrent une occasion en or de découvrir d'un seul coup plusieurs des incontournables de la cuisine du pays de Gandhi. Pour clore le repas, rendez-vous au BJ supermarket (1449, rue Gerrard Est, station de métro Coxwell), qui offre une riche sélection de pâtisseries indiennes, à la fois colorées et savoureuses. Outre les traditionnels jalebis, découvrez leurs rasgullas (boule de fromage aromatisé à l'eau de rose), leurs kaju katli (fait de noix d'acajou) et leurs barfis aux saveurs multiples (mangue, carottes...). Indian Bazaar est un quartier singulier où se côtoient restaurants, bijouterie et boutiques de robes indiennes. Prenez le temps de découvrir ses secrets, particulièrement pendant le Diwali - la fête de la lumière, le 13 novembre cette année - alors que les enfants s'amusent dans les rues avec pétards et feux d'artifice.

Photo fournie par The Globe And Mail

Le quartier indien de Gerrard Street est.

Photo Étienne Fortin-Gauthier, collaboration spéciale

Mandeep Jajj montre quelques douceurs indiennes au BJ supermarket, dans le quartier Indian Bazaar.

Bibimbap et beignets coréens

Les haut-parleurs diffusent les derniers succès de la K-Pop, pas de doute vous êtes bel et bien arrivés à Koreatown 4! Le quartier coréen de Toronto, campé entre les stations de métro Bathurst et Christie, est le royaume du karaoké et on y mange aussi très bien. L'une des spécialités du quartier est le bibimbap. Servi dans un grand bol, ce plat traditionnel coréen est composé de riz, de différents légumes, de viandes et d'épices, le tout surmonté d'un oeuf. Pour le dessert, faites un arrêt chez Hodo Kwaja (656, rue Bloor O., station de métro Bathurst). Depuis 20 ans, ce petit commerce prépare quotidiennement des beignets coréens remplis d'une généreuse garniture de noix de Grenoble ou de haricots rouges. « Lentement, je réussis à faire comprendre aux Nord-Américains que les haricots peuvent aussi être utilisés pour les desserts! «, confie avec humour le propriétaire, Jong Sik Lee. Assistez à la fabrication des beignets préparés grâce à un impressionnant système automatisé, tous les jours, en matinée et en fin d'après-midi.

Photo Étienne Fortin-Gauthier, collaboration spéciale

Beignets coréens de chez Hodo Kwaja, dans Koreantown.

Les secrets de la « mamma » italienne

Impossible de trouver une expérience italienne plus authentique que chez Marinella (640, rue College, station de métro Christie). En cuisine, une « mamma » prépare avec amour et en compagnie de ses deux fils une cuisine italienne inspirée de la région de Calabre. Presque tout ce que vous trouverez dans votre assiette est fait maison, qu'il s'agisse des pâtes, du prosciutto, des saucisses, du pain et même du fromage! Le restaurant fait figure d'exception dans le quartier italien de la rue College 5. Pour terminer en beauté votre soirée, rendez-vous à la pâtisserie Riviera (576, rue College) qui prépare chaque jour des cannoli siciliens remplis d'une généreuse et onctueuse garniture à base de ricotta.

Photo Étienne Fortin-Gauthier, collaboration spéciale

Les cannoli siciliens de la pâtisserie Riviera.

Gyros, loukoumades et baklava

Tous les Torontois connaissent Messini (445, rue Danforth, station de métro Chester), où l'on fait la queue pour savourer ses fabuleux gyros. Véritable institution de la rue Danforth, coeur du quartier grec 6, le restaurant se vante de préparer ses gyros comme on le fait en Grèce, c'est-à-dire en ajoutant une portion de frites à même le sandwich. Pour le dessert, précipitez-vous à la pâtisserie Athens (509, rue Danforth) située à quelques pas de là. Dans ce petit commerce, les loukoumades sont rois. Ces beignets trempés dans le miel et saupoudrés de sucre ou de cannelle sont divins. Ceux qui ne sont toujours pas comblés n'ont qu'à traverser la rue et pénétrer dans l'antre d'Athena (598, rue Danforth, station de métro Pape). Cette autre pâtisserie se spécialise dans les baklavas maison. Mais le lieu est aussi un véritable petit musée, où l'on trouve nombre de sculptures en hommage aux dieux grecs.

Photo Étienne Fortin-Gauthier, collaboration spéciale

Les fabuleux gyros du Messini.

Photo Étienne Fortin-Gauthier, collaboration spéciale

Eleni Lampropovlos et les loukoumades de la pâtisserie Athens.

Le petit Portugal, paradis des churrascarias

Le Petit Portugal 7 est le lieu de célébration et de rassemblement de l'importante communauté portugaise de Toronto. Le quartier est ceinturé par les rues Ossington, Queen West, Lansdowne et College. Ce quadrilatère est le paradis des churrascarias, temples des grillades portugaises. Pour moins de 10$, on vous offre un demi-poulet et une énorme portion de petites pommes de terre et de riz. Une aubaine! Même si les portions sont très généreuses, ce serait fou de se priver de dessert. Optez pour les pastéis de nata, savoureux flans à la pâte feuilletée originaire de Belém dans le sud-ouest du Portugal. Vous en trouverez un peu partout dans le quartier.

Photo Étienne Fortin-Gauthier, collaboration spéciale

Joao Pereira, propriétaire d'une churrascaria traditionnelle en plein coeur du Petit Portugal.

Nostalgie soviétique et gastronomie russe

À quelques pas du quartier des finances de Toronto, un hommage est rendu au rêve de l'Union soviétique. Pravda (44, rue Wellington E., station de métro King 8) propose un retour dans le temps en faisant revivre l'atmosphère des bars de l'ex-URSS. L'espace décoré d'immenses portraits des grands personnages du communisme offre une large sélection de vodka et une cuisine de type fusion, inspirée légèrement par la gastronomie russe. Pour une expérience plus authentique et moderne, dirigez-vous dans le quartier de North York 9, où habite la majorité des quelque 100 000 Torontois ayant des racines russes. Prenez le temps de faire quelques emplettes au Yummy Market (4400, rue Dufferin) et de vous aventurer dans leur spectaculaire section de bonbons et chocolats. Terminez votre parcours en beauté en visitant Red Square (1027, av. Finch O.), qui abrite à la fois un restaurant et un sauna traditionnel russes.

Photo Étienne Fortin-Gauthier, collaboration spéciale

Pravda propose un retour dans le temps en faisant revivre l'atmosphère des bars de l'ex-URSS.

Sortir du traditionnel quartier chinois

Il y a le quartier chinois de la rue Spadina 10, mais aussi un tout autre monde où la majorité de la communauté chinoise de Toronto vit et évolue maintenant. Pacific Mall 11, le plus grand centre commercial asiatique en Amérique, est l'un de ces épicentres. Vous trouverez là-bas plus de 200 boutiques offrant des produits chinois, mais aussi de toute l'Asie. La visite de Pacific Mall se révèle fascinante par la diversité des produits rares que l'on y trouve. Le centre compte des dizaines de restaurants et petits comptoirs alimentaires où vous ferez de nombreuses découvertes culinaires. L'immense centre commercial est situé à Markham, considéré comme le nouveau coeur de la vie chinoise torontoise. Si vous préférez rester à proximité du centre-ville de Toronto, pensez à aller explorer le quartier chinois de l'est de la ville (East Chinatown 12), dans la rue Gerrard E., près de l'avenue Broadview.

Pour se rendre au Pacific Mall (4300, rue Steeles E.) prendre l'autobus 54 vers Markham à partir de la station de métro Finch.

Photo Étienne Fortin-Gauthier, collaboration spéciale

Le Quartier chinois de Toronto.