Dans l'Ouest, il y a Whistler... et les autres. Vraiment? Deux stations de Colombie-Britannique font pourtant des pieds et des mains pour se distinguer dans ce paradis des skieurs que sont les Rocheuses. Et si on allait y faire un tour...

Mis à jour le 10 janv. 2012
Ariane Lacoursière LA PRESSE

Le ciel est sombre. La pluie tombe en fines gouttelettes. Le stationnement de l'hôtel est parsemé de flaques d'eau et de boue.

Le paysage est déprimant en cette première journée à Revelstoke, station de ski située à cinq heures de Calgary qui se développe à la vitesse grand V et qui est même décrite par plusieurs comme LA montagne qui pourrait un jour devenir plus populaire que l'incontournable Whistler.

Malgré le temps maussade, le réceptionniste de l'hôtel est confiant. «Allez-y! Le ski est beau. Il neige à plein ciel en haut!» On l'écoute. Et c'est tant mieux.

À peine arrivés à mi-montagne, la pluie se transforme en neige épaisse. Assis dans la chaise qui mène au sommet, des cris de skieurs euphoriques se font entendre: «Powder!» On comprend aussitôt que la surface de glisse est exceptionnelle.

Ouverte depuis cinq ans, Revelstoke est la montagne au plus fort dénivelé au Canada (1713 mètres). Au sommet, le choix de pistes est plus limité qu'à Whistler: 54 pistes ici contre plus de 200 à Whistler. Mais la qualité est au rendez-vous.

Les pistes situées près des sommets sont abruptes et fortement enneigées. Des kilomètres de neige poudreuse sont facilement accessibles: la station reçoit annuellement autour de 1100 cm de neige. Seul hic: si on veut profiter des pistes expertes du North Bowl, il faut ensuite parcourir de longs bouts plats pour revenir à la remontée la plus proche.

Pour apprécier pleinement Revelstoke, il faut aimer skier entre les arbres. Dans plusieurs secteurs, les sous-bois sont denses. Très denses. Il faut se frayer un chemin à travers des arbres plantés serré, si bien qu'il est facile de perdre le groupe avec lequel on descend. Les skieurs débutants ou même intermédiaires ne tireront aucun plaisir à s'aventurer dans ces bois touffus. Mais pour les skieurs plus avancés, voilà un magnifique terrain de jeu.

Seules une dizaine de pistes sont de niveau intermédiaire ou débutant à Revelstoke. Toutes les autres s'adressent aux skieurs expérimentés. La station est toutefois encore en plein développement.

Lors de notre passage en avril dernier, un grand hôtel était en construction au pied de la montagne. Quelques chambres y sont déjà disponibles. Mais si on recherche une vie nocturne, mieux vaut séjourner dans l'un des hôtels du village, situé à une quinzaine de minutes des pentes, en voiture.

Les bicoques décrépites sont encore majoritaires dans le village de Revelstoke, qui semble figé à l'époque de la ruée vers l'or. Mais le développement accéléré de la montagne au cours des dernières années fait naître de nouveaux projets hôteliers.

Outre le village de Revelstoke qui est appelé à grandir, il faudra encore plusieurs travaux sur la montagne pour atteindre l'envergure de Whistler. Pour l'instant, une seule remontée part du bas des pentes. Lors des journées de fort achalandage, l'attente peut devenir pénible.

Kicking Horse

À deux heures de route de Revelstoke (trois heures de Calgary), une autre station tente elle aussi de s'imposer parmi les plus populaires de l'Ouest. Ouverte depuis une dizaine d'années, Kicking Horse offre un terrain skiable de 120 pistes. La montagne s'adresse aussi aux skieurs avancés. Mais ceux qui s'estiment débutants ou intermédiaires peuvent facilement y trouver leur plaisir, 48 pistes leur étant destinées.

En haut de la montagne, le terrain réservé aux skieurs experts est vaste et offre des descentes variées. Pour avoir accès aux meilleures pistes, il faut toutefois descendre de longues minutes au sommet de crêtes aux pans abrupts.

La montagne de Kicking Horse est située à une quinzaine de minutes en voiture de Golden. Ce village compte plusieurs restaurants et offre une vie nocturne enviable.

Contrairement à Revelstoke où les services au pied des pentes sont quasi inexistants, on trouve à Kicking Horse beaucoup de condos, quelques hôtels et une poignée de restaurants. Le Peak Grill propose notamment des «5 à 7» à l'ambiance survoltée. Mais dès 20h, tout redevient tranquille.

Avis aux skieurs qui logeront dans des condos au pied des pentes: faites votre épicerie à Golden avant de monter. Sinon, soyez prêts à payer 10$ pour une boîte de pâtes alimentaires à l'unique magasin général situé au bas des pentes...

Catski et héliski

De nombreuses entreprises offrent de faire de l'héliski ou du catski, tant à Revelstoke qu'à Kicking Horse. En héliski, un hélicoptère pose les skieurs au sommet de montagnes enneigées pour leur permettre de dévaler des pistes autrement inaccessibles. Le catski offre la même possibilité, mais l'ascension se fait en chenillette plutôt qu'en hélicoptère. Dans les deux cas, des guides accompagnent les skieurs pour la journée. Si la neige se fait rare pendant votre séjour, il peut être intéressant de tenter d'aller profiter de quelques pistes fraîches en se payant une excursion avec l'une des entreprises offrant ces services. Mais attention, il faut y mettre le prix: entre 400$ et 800$ par jour pour le catski et entre 700$ et 1500$ par jour pour l'héliski.