Un séjour en République dominicaine n'oblige pas nécessairement les voyageurs à fréquenter les hôtels tout-inclus où, bien souvent, la nourriture est loin de rimer avec gastronomie. Il est possible de consacrer une semaine à la découverte de ce pays des Caraïbes en s'offrant un mélange de culture, de bonne cuisine et de repos. Quand la République se visite autrement.

Nathaëlle Morissette LA PRESSE

La République dominicaine, vous pensez la connaître? Pourtant, après une semaine passée dans un hôtel tout-inclus, plusieurs touristes ignorent toujours l'existence des savoureux tostones et de la langoureuse danse dominicaine appelée bachata. La grande majorité d'entre eux n'auront pas mis les pieds dans un colmado, ces dépanneurs que l'on trouve à tous les coins de rue dans chaque ville et village, où les clients peuvent consommer de l'alcool et se déhancher sur les airs de Fernando Villanola, le chanteur de merengue le plus populaire au pays.

Pour découvrir les attraits cachés et les secrets de «la République» tout en profitant d'un temps de repos sur les magnifiques plages de sable blanc qui bordent la mer des Caraïbes, rien ne vaut une semaine «à la carte». Un séjour où le voyageur dormira dans différents hôtels et découvrira des endroits dont les noms évoquent malheureusement encore peu de chose pour les touristes québécois.

Jour 1

Arrivée à La Romana

La République dominicaine dispose de plusieurs aéroports, dont un à La Romana. Cette province est située à environ 1h40 de route de Punta Cana. Une fois à destination, il faut suivre les indications pour se rendre à Casa de Campo. Temps de déplacement: sept minutes. Une fois passée la barrière de sécurité, une route étroite sillonne un territoire de 28 km2 caractérisé par une végétation luxuriante, une marina et une petite plage de sable blanc. Le chemin est bordé de luxueuses villas dont certaines sont coiffées d'un toit de palmes. En plus des maisons, de petits bâtiments joliment construits abritent un total de 180 chambres d'hôtel spacieuses. Bienvenido à Casa de Campo, un lieu enchanteur, paradis des golfeurs, parfait pour relaxer seul ou en famille.

S'il est fréquenté par plusieurs personnalités comme Shakira ou Bill Clinton, ce domaine n'est pas un club fermé. Louer ou acheter une villa n'est évidemment pas à la portée de toutes les bourses, à partir de 295$ la nuit. On demeure quand même dans de l'hébergement de luxe.

En arrivant sur place, ne soyez pas surpris de voir une multitude de voiturettes de golf en circulation. Le domaine est tellement vaste que, pour aller prendre son café matinal ou pour se rendre jusqu'aux terrains de tennis, il est préférable de se déplacer à bord de ces petits véhicules. Chaque client se voit attribuer sa voiture. Devant les chambres, des stationnements miniatures ont été aménagés.

En plus d'offrir une foule d'activités comme le golf (six terrains), la plage, le spa, les promenades à cheval, l'endroit permet aussi à ses visiteurs de sortir de ses murs et de connaître la culture dominicaine.

Jour 2

L'Italie... en plus petit

Après une journée à la plage, au spa ou au golf, il est temps de voir du pays. À 10 minutes en voiture de Casa de Campo se trouve Altos de Chavon. C'est l'Italie... en plus petit. L'endroit est en quelque sorte une réplique d'un petit village italien typique du XVIe siècle: rues pavées, bâtiments de pierre, arcades, sans oublier une église de style sicilien. Fait intéressant: lors de notre passage, plusieurs groupes de touristes italiens visitaient les lieux.

L'histoire de ce lieu, devenu un véritable musée à ciel ouvert, est pour le moins originale. Le village a été construit en 1976 par un homme fortuné qui souhaitait offrir l'endroit en cadeau à sa fille pour son 18e anniversaire. Il avait aussi une autre motivation. Ce dirigeant de Paramount Pictures caressait le rêve de voir débarquer en ces lieux des équipes de tournage. Son souhait ne s'est réalisé qu'à moitié, puisque aucun film n'a été tourné en entier à Altos de Chavon. Toutefois, quelques scènes d'Apocalypse Now et de Rambo 3 y ont été tournées. Aujourd'hui, le village, toujours entretenu par une armée de décorateurs et de jardiniers italiens, a davantage une vocation touristique.

Jour 3

L'Île Saona

Un séjour dans les environs ne peut être complet sans une excursion dans l'île Saona. Ce coin de paradis fait partie du parc national de l'Est, un territoire protégé de 400 km . L'endroit, bordé par une eau turquoise, abrite plus d'une centaine d'espèces d'oiseaux. Et le trajet à parcourir pour s'y rendre est aussi amusant et impressionnant que l'endroit lui-même. Pour atteindre cet îlot de sable blanc, il suffit de monter à bord d'un catamaran à partir d'un village de pêcheurs appelé Bayahibe. Un équipage souriant accueille les visiteurs. Une fois en mer, le catamaran se transforme vite en piste de danse où le rhum coule à flots. Même à 10 h du matin. Le merengue et la bachata jouent à fond la caisse. En route, le bateau s'arrête en pleine mer au beau milieu de ce qui ressemble à une véritable piscine naturelle. L'eau claire et peu profonde est idéale pour la plongée en apnée. Ceux qui ne sentent pas le besoin d'explorer les fonds marins peuvent barboter tranquillement. Au final, cette minicroisière à la sauce dominicaine dure environ une heure et demie.

Une fois à Playa Catuano, dans l'île Saona, c'est l'heure du farniente: sieste, lecture, baignade.... Le tout est accompagné, comme toujours, d'une musique des tropiques et... de rhum. Le retour sur la terre ferme est plus rapide puisqu'il se fait à bord d'un petit bateau à moteur. En 25 minutes, les passagers regagnent Bayahibe. Les voyageurs qui ont encore de l'énergie devraient prendre le temps d'aller se perdre dans les rues pavées de ce petit village. Et pour vivre pleinement l'expérience, il faut absolument s'arrêter dans un colmado, un dépanneur dans lequel se trouve un grand comptoir faisant office de bar. Comme partout ailleurs, les rythmes latins que crachent les haut-parleurs rendent toute discussion quasi impossible. Autour du comptoir, les gens dansent et chantent, peu importe l'heure du jour ou de la nuit. Une fois sur place, ne boudez pas votre plaisir et commandez-vous une bière, une Presidente. Elle sera servie extrêmement froide, à la limite du point de congélation. Et le contraste avec la température ambiante est si grand que la bouteille est enveloppée de plusieurs couches de serviettes en papier. ¡Salud!

Jour 4

Sur la route de SantO Domingo

Il est temps de quitter La Romana. À seulement deux heures de route, une autre destination s'impose: Saint-Domingue. En chemin, un arrêt à la Cueva de las Maravillas (grotte des merveilles) plaira aux férus d'histoire. Ouverte au public depuis 2003, elle a été découverte accidentellement en 1926. En descendant jusqu'à 25 m de profondeur (135 marches), on découvre des formations géologiques et des pictographies datant d'il y a plus de 1000 ans, héritage laissé par les Taïnos. À peine le tiers de la grotte est accessible. À l'intérieur, l'éclairage rend le spectacle fort intéressant. En plus, la température ambiante (19°C) tranche agréablement avec l'humidité ressentie lorsqu'on se trouve sous le soleil de la République.

En reprenant la route en direction de la capitale, il peut être agréable de s'arrêter à la plage. À 31 km de Santo Domingo, la plage de Boca Chica s'offre à nous. Certains visiteurs pourraient être portés à lever le nez sur cette station balnéaire, malheureusement connue pour ses problèmes de prostitution. Toutefois, en plein jour, l'endroit est tranquille. De nombreux policiers sillonnent les plages pour assurer la sécurité. Fait intéressant, Boca Chica est majoritairement fréquentée par les locaux, ce qui peut être un atout lorsque l'on veut en savoir davantage sur les Dominicains. Une fois sur place, il faut absolument s'attabler au Boca Marina, un restaurant qui, avec sa magnifique terrasse en bois construite sur pilotis, donne littéralement l'impression d'être assis dans la mer des Caraïbes. Il vous prend une soudaine envie, entre votre ceviche et votre poisson à la noix de coco, de vous tremper le gros orteil dans l'eau? Rien de plus simple. Une échelle donne accès à la mer, histoire de permettre aux clients du restaurant de se rafraîchir.

Jours 5 et 6

Santo Domingo

Les dernières journées d'un séjour d'une semaine en République dominicaine doivent absolument être consacrées à la découverte de Saint-Domingue, la capitale du pays. Histoire, terrasses et musique vous attendent...

Deux bonnes adresses

Casa de Campo: hôtel, spa, marina, plage et terrains de golf

La Romana casadecampo.com.do

Restaurant Boca Marina Prolongación Duarte no 12A, www.bocamarina.com.do