Dès que l'on s'approche de ses côtes de sable immaculé, on se sent comme aspiré par l'île. Sans relief, discrète, dotée d'une architecture basse et contrôlée pour ne pas menacer son aspect sauvage et brut, Djerba la douce, malgré son fort côté touristique, conserve son caractère typique et tranquille.

LE SOLEIL

Bien que l'on soit en Tunisie, plus précisément à 500 km de Tunis, la capitale du pays, on est d'abord et avant tout à Djerba, qui possède sa propre culture, ses coutumes, ses costumes et sa façon de vivre.

 

L'île compte environ 140 000 habitants et possède un million de palmiers et 500 000 oliviers dont quelques-uns ont 2000 ans!

Et ce climat. Quel climat! «À Djerba, l'air est si doux qu'il empêche de mourir», disait Flaubert. Il y a cette brise marine, omniprésente, une douceur dans l'air et ce soleil, complice, installé.

Règle générale, si on réussit à repartir de Djerba, c'est toujours pour y revenir.

Houmt-Souk

Capitale de l'île, Houmt-Souk compte plus de 40 000 habitants. Son centre est des plus coquets. Son souk est rempli de trésors puisque l'artisanat est des plus vivants dans l'île avec ses potiers et ses tisserands qui fabriquent des tissus traditionnels et luxueux, dont s'habillent encore les Djerbiennes. En traversant l'île, vous verrez les femmes vêtues de tissus aux couleurs éclatantes, le tout brodé d'or et d'argent.

Ici, tout est beauté. Les côtes de sable blanc, les demeures blanches, nettes et dépouillées, baptisées menzels et les simples mosquées. Tout est pur, sans artifice. Partout où s'arrête notre regard, nous sommes frappés par la beauté. Celle d'une barque de pêche endormie jusqu'à l'aube, celle d'une femme parée de mille couleurs, celle des épices rayonnantes et des céramiques multicolores.

En fouillant bien, on trouve chez les antiquaires de Houmt-Souk de véritables trésors plus difficiles à dénicher à Tunis.

Ces bijoux sont typiques du Sud tunisien, par exemple, ces énormes bracelets de chevilles que l'on accroche aux pieds des jeunes mariées ou ces immenses broches de forme triangulaires, les fibules berbères, qui servent de fermoir ornant les tissus d'apparat dont se drapent les femmes.

Si vous ne vous sentez pas l'âme d'un archéologue, la boutique Michèle Traditions regorge de trouvailles parfaitement sélectionnées, dont les coussins et tapis en margoum et les poteries naïves originaires du Nord du pays.

Criée animée

Une des activités typiques les plus exotiques de l'île est la «criée» au marché des poissons. Tous les matins, un crieur public, genre d'encanteur magnifique, solennel et sérieux, officie en montrant les poissons du jour qu'il vend à l'encan au plus offrant. Cette tradition, qui existait à travers l'île, ne se retrouve maintenant qu'à Houmt-Souk.

Cette cérémonie, courante pour les habitants, est comme un chant enivrant pour le visiteur. Les prix montent par de simple clin d'oeil ou signe de tête de la part des acheteurs.

Vous salivez devant ces pêches fraîches? Impossible de résister à l'appel de cette sole encore vivante?

Pas de problème puisque le petit resto collé au marché grillera vos choix et les accompagnera de salades tunisiennes, de pains délicieux et d'autres harissa maison pour un gueuleton abordable et semi-improvisé.