(Miami) Les Bahamas vont interdire à partir de mercredi l’entrée sur leur territoire des voyageurs en provenance des États-Unis et d’Amérique latine en raison de l’augmentation des cas de coronavirus dans cet archipel touristique des Caraïbes, a annoncé dimanche le premier ministre Hubert Minnis.

Agence France-Presse

Seuls les vols en provenance du Royaume-Uni, du Canada et d’Europe pourront désormais atterrir aux Bahamas, a précisé M. Minnis.

Les voyageurs de ces pays devront demander un « visa de santé » et présenter l’attestation d’un test de coronavirus négatif datant de moins de dix jours à leur arrivée. En l’absence de cette preuve, les Bahaméens et résidents légaux devront s’isoler pendant deux semaines à leurs frais alors que les visiteurs étrangers pourraient être renvoyés, selon le premier ministre.

« Dans les pays voisins, les hôpitaux sont saturés et les décès augmentent », a expliqué M. Minnis, sans mentionner les États-Unis, qui comptent près de 4 millions de cas et plus de 140 000 décès.

Le sud et l’ouest des États-Unis connaissent une explosion de nouveaux cas, en particulier dans l’État de Floride, nouvel épicentre du coronavirus, à seulement 80 km des côtes des Bahamas.

« Dans certains endroits, il n’est pas clair quand ou comment ils contrôleront le virus », a poursuivi le premier ministre.

Les navires commerciaux avec passagers ne seront pas autorisés à accoster non plus, mais les bateaux et les avions privés restent autorisés.

De nombreux pays interdisent l’entrée sur leur territoire aux ressortissants américains depuis le début de la pandémie.

Washington a également fermé ses frontières à plusieurs pays dont la Chine, berceau de l’épidémie, ainsi qu’à ses voisins canadien et mexicain.

L’archipel de moins de 400 000 habitants, une destination touristique mondiale qui ne s’est pas encore remise des dégâts subis lors du passage de l’ouragan Dorian l’an dernier, a comptabilisé 49 nouveaux cas de coronavirus depuis la réouverture de ses frontières le 1er juillet.