(Lima) La citadelle inca du Machu Picchu, qui avait rouvert partiellement après des mois de fermeture en raison de la pandémie de coronavirus, va à nouveau fermer pour au moins deux semaines, alors que le Pérou est confronté à une deuxième vague épidémique, a annoncé mercredi le gouvernement.

Agence France-Presse

Selon un décret paru au Journal officiel, tous les sites archéologiques du pays « recevront zéro visite » entre le 31 janvier et le 14 février.

Un tiers du pays, soit 16 millions de Péruviens, va être strictement confiné pendant ces deux semaines pour tenter de freiner la deuxième vague de contaminations à la COVID-19.

Le système de santé péruvien, déjà asphyxié pendant la première vague, est à nouveau sous pression. Le pays de 32 millions d’habitants ne compte que 500 lits en unités de soins intensifs.

Le Machu Picchu, patrimoine de l’humanité depuis 1983, avait rouvert aux visiteurs en novembre, avec une jauge réduite, après une fermeture totale de près de huit mois.

« Les conséquences économiques sont difficiles pour l’ensemble du district, les mesures sont très restrictives », a réagi Darwin Baca, le maire de Machu Picchu, village situé non loin de la citadelle, évoquant notamment les 6000 personnes qui sont directement employées dans le secteur du tourisme.

Le Pérou, comme de nombreux autres pays d’Amérique latine, est confronté à une deuxième vague épidémique depuis fin décembre.

Mardi, le Pérou a franchi la barre des 40 000 morts, après avoir enregistré 220 décès au cours des dernières 24 heures, un plus haut depuis le pic de la première vague épidémique entre juillet et septembre.

Au total, le pays a enregistré 1,1 million de cas déclarés.