(Abidjan) Le Burkina Faso, jadis très prisé par les touristes, mais en proie depuis 2015 à des attaques djihadistes récurrentes, est désormais entièrement « déconseillé sauf raison impérative » ou « formellement déconseillé » par le ministère français des Affaires étrangères.

Agence France-Presse

Le Quai d’Orsay a actualisé sa carte de conseils aux voyageurs sur le Burkina et désormais la zone rouge (formellement déconseillée) a été étendue, couvrant tout le Nord, l’Est et les frontières ouest alors que le reste du pays est désormais orange (déconseillé sauf raison impérative).

Jusqu’à récemment le centre du pays et la capitale étaient encore en jaune (vigilance renforcée).

Les attaques attribuées aux groupes djihadistes, certains affiliés à Al-Qaïda, d’autres au mouvement État islamique, ont fait près de 700 morts depuis début 2015, selon un comptage de l’AFP, et environ 500 000 déplacés internes et réfugiés, selon l’ONU.

« La détérioration sécuritaire au Sahel est très préoccupante. L’épicentre de l’insécurité était auparavant au Mali, aujourd’hui le Burkina Faso est désormais au cœur du conflit », a estimé mardi Patrick Youssef, directeur adjoint du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) pour l’Afrique, lors d’une conférence de presse au Forum de Dakar sur les questions de sécurité.

« Depuis le début de l’année, le nombre de déplacés internes a augmenté en flèche. Rien qu’entre juillet et septembre, leur nombre est passé de 280 000 à 485 000 », a-t-il rappelé, pointant que la situation s’est particulièrement dégradée dans la province du Soum (nord du Burkina, à la frontière avec le Mali), où « des groupes armés prennent progressivement le contrôle territorial de la zone ».

Ces derniers mois au Burkina, « plus de 100 centres de santé ont cessé de fonctionner, ils ne reçoivent plus d’assistance médicale pour aider les populations ou ont été la cible d’attaques », s’est inquiété le représentant du CICR.

Au Burkina comme au Mali et au Niger, « l’émergence de nouveaux groupes armés et leur fragmentation rendent de plus en plus difficile l’obtention de garanties pour se déplacer dans les zones affectées par les violences », a-t-il déploré en enjoignant les États du Sahel à « œuvrer pour garantir un accès à l’aide humanitaire ».