La liste:-1:liste; la boite:1322676:box; tpl:html.tpl:file
Source ID:379431; App Source:cedromItem

Dans la forêt amazonienne

  • L'Amazonie est facilement accessible depuis la capitale de l'Équateur. (Photo Frédérique Sauvée, collaboration spéciale)

    Plein écran

    L'Amazonie est facilement accessible depuis la capitale de l'Équateur.

    Photo Frédérique Sauvée, collaboration spéciale

  • 1 / 5
  • Le Rio Napo promet remous et sensations fortes! (Photo Frédérique Sauvée, collaboration spéciale)

    Plein écran

    Le Rio Napo promet remous et sensations fortes!

    Photo Frédérique Sauvée, collaboration spéciale

  • 2 / 5
  • Le lodge Cotocotcha se compose de charmants pavillons de bois. (Photo Frédérique Sauvée, collaboration spéciale)

    Plein écran

    Le lodge Cotocotcha se compose de charmants pavillons de bois.

    Photo Frédérique Sauvée, collaboration spéciale

  • 3 / 5
  • Une jeune fille de la communauté kichwa. (Photo Frédérique Sauvée, collaboration spéciale)

    Plein écran

    Une jeune fille de la communauté kichwa.

    Photo Frédérique Sauvée, collaboration spéciale

  • 4 / 5
  •  ()

    Plein écran

  • 5 / 5
Frédérique Sauvée

Collaboration spéciale

La Presse

L'Équateur, petit pays au nord-ouest de l'Amérique du Sud, est l'une des portes d'entrée les plus accessibles pour pénétrer dans la forêt amazonienne, à moins de quatre heures de route de Quito, capitale du pays. Un plan idéal pour une courte incursion en terre sauvage.

JOUR 1

9h

RAFTING SUR LE RIO NAPO

Après une demi-heure de jeep sur une route cahoteuse, notre canot pneumatique peut être mis à l'eau. C'est l'heure de goûter à l'eau tiède du Rio Napo et à ses rapides. Affluent direct du fleuve Amazone, la rivière Napo est surnommée « Jatunyacu », noble appellation signifiant « Grandes Eaux» en quechua, ancienne langue inca toujours parlée au sein des communautés amazoniennes. À peine embarqués, le débit de la rivière, autant que le paysage qui défile, force le respect. Entre deux séries de remous, on peut admirer les berges débordantes de végétation luxuriante. Ici et là, des familles de la région ont installé un campement sur une plage et y fouillent le sol à l'aide de batées, en quête de quelques paillettes d'or. L'Eldorado ne serait pas encore totalement épuisé

Rafting sur la rivière Jatunyacu, rapides de classe III, 25 km, 60$US www.riosecuador.com

13h

LUNCH SUR LA PLAGE

Environ la moitié de l'Équateur est recouverte de cette dense forêt tropicale qu'est la jungle amazonienne. Il y règne une humidité et une chaleur étouffantes à l'année. Une escale sur la plage est salutaire pour reposer nos bras, fatigués à force de pagayer. Pendant que les guides préparent un repas léger aux saveurs épicées, on en profite pour se mettre à l'ombre et badigeonner ses épaules de plusieurs couches de lotion solaire. Et pour cause : par sa position exacte sur l'équateur terrestre, le pays est situé au plus près de l'astre de feu.

16h

ARRIVÉE AU LODGE COTOCOTCHA

On pose pied à terre sur le quai flottant du Cotococha lodge composé d'une dizaine de superbes bungalows nichés au beau milieu de la jungle. Si les infrastructures tout confort détonnent avec le mode de vie simple des habitants de la région, elles ont toutefois été conçues dans un esprit écologique et respectueux de la nature environnante. Chaque pavillon de bois est composé d'une chambre sans électricité, aux fenêtres protégées par une simple moustiquaire, et d'une douche élémentaire avec vue sur la rivière tumultueuse. Du balcon, on peut observer les petits singes sautant de branche en branche, délogeant un majestueux toucan qui prend son envol au-dessus de la forêt.

Forfait 2 nuitées " visites en anglais " repas : 235$US www.cotococha.com

19h

FONDUE AU CHOCOLAT

Trésor de la jungle amazonienne, la cabosse qui renferme les fèves de cacao semble ici pousser dans tous les jardins. La démonstration de la fabrication du chocolat est une expérience unique à vivre en pleine jungle, au sein même d'une plantation de cacaoyers. Fendue à la machette, la cabosse révèle des fèves que l'on fera sécher une semaine au soleil, dans des feuilles de bananiers. Torréfiées puis broyées, elles sont transformées en pâte de cacao. Mélangée délicatement à du lait chaud, la mixture se liquéfie et recouvre à merveille bananes, pommes et fraises à déguster en fondue, directement de la plantation à la fourchette !

21h

NUIT AUX SONS DE LA FORÊT ET DE L'ORAGE

C'est à la lueur d'une lampe à huile que l'on rejoint son bungalow, de la salle de restaurant du lodge. Avec la lune comme seule source de lumière, l'obscurité prend tout son sens et la nature entonne alors son concert nocturne. Au loin, les grondements sourds de l'orage avancent à pas mesurés, tandis que les oiseaux et les insectes ponctuent la mélodie du rythme de leurs chants répétitifs. L'orchestre chantera ainsi en choeur jusqu'aux petites heures du matin...

JOUR 2

11h

PIROGUE VERS LES COMMUNAUTÉS KICHWAS

L'Amazonie abrite une biodiversité incroyable, mais est aussi habitée par des peuples fascinants. La communauté kichwa est la plus importante des 13 nationalités indigènes d'Équateur. Un tour en pirogue dans la matinée et nous voilà accueillis par de jeunes enfants aux pieds nus vivant dans l'un des villages sommaires installés sur les berges de la rivière Napo. Tous les membres de la communauté nous font une démonstration de leurs arts ancestraux: chasse au perroquet à la sarbacane, fabrication de poteries, défilé de boa et d'alligators autour du cou ainsi que des danses traditionnelles envoûtantes qui mettent en valeur la beauté incroyable des femmes des villages.

14h

BAIGNADE À MONKEY TOWN

D'escale en escale, nous arrivons sur une plage sablonneuse où les familles de la région ont l'habitude de passer la journée à se baigner. Impossible de ne pas comprendre pourquoi on appelle ce lieu Monkey Town: des dizaines de petits singes jouent à courir les uns derrière les autres sur le sable et dans les branches des arbres autour de la plage. Certains fouillent minutieusement le sable à la recherche, non pas d'or cette fois, mais de restes de croustilles ou de fruits laissés par les baigneurs après leur passage.

16h

LE RITE DU VER

Un dernier rite incontournable et typiquement amazonien doit être accompli avant de reprendre la route pour quitter la jungle. Parmi les mets atypiques que l'on peut manger en Équateur (le cochon d'Inde, par exemple), le ver de palmier est sûrement le moins appétissant. Récoltés dans le tronc de grands palmiers, ces gros vers jaunes sont empalés sur un morceau de bois avant d'être rôtis sur le feu. Ils sont généralement dégustés en apéritif, car ils ne pas très nutritifs. Après avoir croqué leur peau grillée, le premier dégoût qui vous noue la gorge laisse place à une surprise moins désagréable. Ce ver a véritablement le goût du coeur de palmier et sa chair est assez digeste. En faire la dégustation dans un marché bruyant et coloré typique des villages amazoniens est une expérience assurément inoubliable!

19h

RETOUR VERS LA SIERRA

De quatre à cinq heures de route seront nécessaires pour retourner à Quito, selon la partie amazonienne de l'Équateur où l'on se trouve. Même si cette incursion de 48 heures dans la jungle est courte, elle permet de goûter à de nouvelles saveurs et de connaître des expériences uniques, à vivre absolument au cours d'un voyage en Amérique du Sud. Il serait dommage de s'en priver...

Les frais de déplacement et d'hébergement de ce reportage ont été payés par le ministère du Tourisme de l'Équateur.

Consultez notre dossier sur une foule de villes à découvrir en 48 heures sur www.lapresse.ca/48heures




la boite: 1600176:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Voyage

Tous les plus populaires de la section Voyage
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer