De Buenos Aires, on met plus de 20 heures pour atteindre le sud de la Patagonie en autocar (les chemins de fer sont quasiment inexistants en Argentine). On peut aussi simplement prendre l'avion. Le choc n'en est que plus violent: il y a un univers entre le rythme incessant de la capitale et les immenses espaces de la Pampa.

Jour 1 - El Calafate

Arrivée au Calafate

En haute saison, El Calafate et son petit aéroport bouillonnent d'activité; ils sont pris d'assaut par les campeurs, randonneurs et skieurs de tout acabit en quête de paysages hors du temps et d'une nature à couper le souffle. Entre octobre et décembre, avant que la région ne soit envahie de touristes, le temps est suffisamment doux pour les excursions les plus aventureuses. On atterrit à la tombée du jour. Quelques icebergs égarés flottent sur le lac Argentin, le soleil couchant dessine les montagnes environnantes sur un ciel déjà étoilé. On se rend au centre-ville en taxi ou par l'une des navettes qui desservent la station d'autocars.

7 h

Départ pour Perto Bandera

L'entreprise Marpatag (www.crucerosmarpatag.com) propose une croisière d'une journée complète entre les glaciers Spegazzini, Upsala et Mayo. Il faut certes délier les cordons de la bourse (compter environ 300$ par personne, repas et prise en charge intégrale depuis l'hôtel compris), mais cela en vaut largement le prix.

Depuis Puerto Bandera, on met d'abord le cap sur l'Upsala, derrière le «Brazo Norte» (littéralement, le Bras du Nord) du lac Argentin. Le trajet dure quelques heures. La présence d'icebergs, en basse saison, et les conditions atmosphériques variables rendent le périple à la fois périlleux et spectaculaire. L'effet produit est saisissant; l'alternance entre ciel couvert et dégagé donne l'impression de découvrir des parcelles de globe encore inexplorées à chaque détour. Le personnel de bord, experts navigateurs et guides touristiques, même s'il ne perd jamais la parfaite maîtrise de la situation, se plaît manifestement à entretenir le doute sur la faisabilité réelle de l'entreprise...

Cette croisière se distingue par la qualité de son offre gastronomique: repas six services, véritable panorama de la cuisine argentine contemporaine, et vins de Mendoza au menu.

14 h

Descente à terre

Si le temps le permet, un arrêt est fait vers le glacier Mayo, après un détour par le Spegazzini, dont on s'est dangereusement approché! On mouille dans une petite baie, siège de l'ancienne demeure du dernier authentique «gaucho» du parc national des Glaciers. Engagé par les autorités locales pour «encadrer» l'importante population de bovins sauvages du parc, ce cowboy a vécu jusqu'en 1996 dans la plus aride frugalité, à des années-lumière de toute civilisation, sur une terre enchanteresse, mais inhospitalière. Limitées en nombre, les vaches peuplent toujours les environs, tout comme les condors des Andes, dont elles sont des proies rares et convoitées.

19 h

Souper chez Don Pichón

Le grand air creuse l'appétit, et cela, les restaurateurs l'ont bien compris. On optera pour l'agneau braise de Don Pichón, incomparable, servi avec salade et légumes frais, oeuf frit (!) et une montagne de pommes de terre. Portions généreuses. Végétariens s'abstenir.

Jour 2 - El Chaltén

8 h

Départ vers El Chaltén

Seconde étape essentielle de notre itinéraire, El Chaltén est le camp de base des excursions vers le Cerro Torre et le Fitz Roy. Le village en lui-même est une contradiction moderne: il n'y a pas de couverture cellulaire, très peu de guichets automatiques, et les cartes de crédit n'y sont généralement pas acceptées. Environ 220 km séparent la bourgade du Calafate. Il faut compter trois bonnes heures de trajet en autocar avant d'entreprendre, si le temps est compté, une ascension plus modeste vers la Laguna Capri.

9 h 30

Arrêt à La Leona

À mi-chemin et semblant surgir de nulle part, l'hôtel La Leona, modeste «roadhouse» qui accueille les voyageurs depuis 1894 et fait aujourd'hui figure de monument historique. www.hoteldecampolaleona.com

12 h

Début de la randonnée

À partir du village, plusieurs trajets sont possibles. Nous optons pour un parcours de durée moyenne (environ cinq heures), qui permet de redescendre dormir sur place. Au nord de la route principale, prendre à l'ouest (à gauche), puis suivre les indications jusqu'à l'observatoire du Fitz Roy, puis continuer, par temps clair, jusqu'à la Laguna Capri, au pied du Cerro Torre. Point culminant d'un voyage «aux confins de la Terre» et communion parfaite avec une nature demeurée vierge, une faune bigarrée, loin du bruit du monde.

19 h

Souper au Resto Patagonicus

On prétend y servir la meilleure pizza de Patagonie, ce qui n'est possiblement pas faux. Ambiance paysanne, décor rustique, service amical: on y savoure jusqu'à 20 différents types d'empanadas, des vins argentins triés sur le volet et d'excellents desserts.

Où loger

El Puma (El Chaltén) Hôtel comptant 12 chambres, intimes et sans prétention. Bar convivial, salon avec cheminée et vue panoramique. www.hosteriaelpuma.com.ar

Hotel Michelangelo (El Calafate) Charmant hôtel de type chalet suisse, récemment rénové. Décoration à l'ancienne, petit-déjeuner exceptionnel. www.michelangelohotel.com.ar

Photo Renaud Loranger, collaboration spéciale