(Dubaï) Les compagnies aériennes des Émirats arabes unis, Emirates Airlines et Etihad Airways, ont repris un nombre limité de vols de passagers commerciaux, deux semaines après une suspension totale imposée pour limiter la propagation du nouveau coronavirus.

Agence France-Presse

Les Émirats arabes unis, qui ont officiellement annoncé plus de 2000 cas de contamination et 11 décès dus à la maladie COVID-19, ont restreint les déplacements et renforcé le contrôle du confinement.

Ils avaient également suspendu tous les vols de passagers le 23 mars pour deux semaines, mais continuaient de rapatrier les Émiratis bloqués à l’étranger et souhaitant retourner au pays.

Emirates, la compagnie de Dubaï et la plus importante du Moyen-Orient, a repris avec un vol vers Londres dimanche et un autre à destination de Francfort lundi.

Quatre vols par semaine vers Londres et trois vols hebdomadaires vers Francfort, Paris, Bruxelles et Zurich doivent être assurés, a déclaré la compagnie.

PHOTO ADAM SCHECK, ARCHIVES ASSOCIATED PRESS

Emirates, la compagnie de Dubaï et la plus importante du Moyen-Orient, a repris avec un vol vers Londres dimanche et un autre à destination de Francfort lundi.

À l’aéroport international de Dubaï, le plus important au monde pour les passagers étrangers, 212 voyageurs se rendant à Francfort ont observé une certaine distance dans des files d’attente, masque sur le nez et mains gantées, avant que leur température soit prise.

Etihad, la compagnie d’Abou Dabi, a annoncé sur son site internet un vol de passagers vers Séoul, le 5 avril. Sept « vols de rapatriement » vers Séoul, cinq vers Singapour, six vers Manille et deux vers Jakarta seront assurés en avril, selon la compagnie.

Emirates et Etihad ont annoncé avoir reçu l’approbation des autorités émiraties pour reprendre « un nombre limité de vols de passagers » à partir du 6 avril pour rapatrier les étrangers bloqués aux Émirats.

Environ 90 % de la population des Émirats, un État du Golfe riche en pétrole, sont des étrangers venus en majorité d’Asie. Les expatriés se trouvant actuellement à l’extérieur des Émirats sont en revanche interdits d’y retourner.