(Berlin) La compagnie aérienne allemande Lufthansa, qui négocie une aide publique, a prolongé de deux semaines mercredi son plan de vol d’urgence qui implique la suppression de la quasi-totalité des vols, même s’il prévoit quelques liaisons supplémentaires à partir du 18 mai.

Agence France-Presse

En raison des « restrictions nationales et internationales persistantes en matière de voyage », l’écrasante majorité des vols entre le 18 mai et le 31 mai est supprimée, alors que le précédent plan de vol d’urgence courait jusqu’au 17 mai, indique la compagnie.

Toutefois, Lufthansa prévoit désormais sur cette période chaque semaine 330 vols reliant les aéroports de Francfort et Munich aux principales villes d’Allemagne et d’Europe, contre 280 actuellement, et « 15 vols long-courriers ».

Le groupe, qui détient les compagnies aériennes Austrian et Brussel Airlines, Eurowings, et Swiss, va notamment ajouter trois nouvelles destinations : Athènes (Grèce), Porto (Portugal), et Göteborg (Suède), desservis depuis Francfort. En outre, les vols intérieurs à partir de l’aéroport de Munich « sont doublés », ajoute Lufthansa.

Ses filiales Austrian Airlines (AUA) et Brussels Airlines vont elles aussi prolonger leur plan de vol d’urgence jusqu’au 31 mai.

Pour AUA, qui n’effectue plus de vols depuis mi-mars, « une reprise lente est imaginable au plus tôt en juin », selon un communiqué distinct.

Premier groupe européen du transport aérien, Lufthansa est touché de plein fouet par la pandémie de coronavirus qui paralyse le secteur et entraîne l’arrêt quasi total du trafic aérien dans plusieurs régions.

Avec une baisse de jusqu’à 99 % du nombre de passagers quotidiens, l’entreprise perd actuellement un million d’euros « par heure » en raison du coronavirus selon son patron, Carsten Spohr et dit avoir besoin de soutien public pour éviter la faillite.

Pour « assurer sa solvabilité », le groupe est en discussion avec les pouvoirs publics des quatre pays où il est implanté, l’Allemagne, l’Autriche, la Belgique, et la Suisse.

En Allemagne, où les discussions se prolongent, Lufthansa pourrait recevoir des aides de l’État allemand à hauteur de 9 à 10 milliards d’euros, selon différents médias.

Austrian Airlines a demandé 767 millions d’euros d’aide au gouvernement autrichien.