(Vienne) La compagnie hongroise à bas coût Wizz Air, à l’arrêt depuis plus d’un mois en raison de la crise du coronavirus, compte reprendre ses vols le 1er mai depuis Vienne et Londres, visant la desserte d’une vingtaine de destinations dans les prochaines semaines, a-t-elle indiqué mardi.

Agence France-Presse

Cinq destinations sont au programme du redémarrage prévu vendredi au départ de la capitale autrichienne : Thessalonique, Dortmund, Lisbonne, Oslo et Eindhoven.

La compagnie entend élargir courant mai sa reprise d’activité à une vingtaine de liaisons en Europe, dont l’Italie et l’Espagne, pays les plus touchés par la pandémie de nouveau coronavirus, en adaptant son activité aux règles sanitaires en vigueur.

Les dessertes de Milan, Rome, Valence, Tenerife, mais aussi Varsovie, Chypre et Tel-Aviv sont notamment au programme, selon un communiqué transmis à l’AFP.

L’entreprise prévoit notamment de désinfecter ses avions toutes les nuits, limiter les contacts à l’embarquement, équiper ses personnels de protections, les former dans le repérage et la prise en charge des passagers infectés.

Wizz Air justifie le redécollage de ses avions par une reprise de la demande et une levée partielle des restrictions. Depuis la fin mars, le trafic est quasiment nul à destination de l’Europe au départ de l’aéroport de Vienne.

Plusieurs des destinations annoncées par Wizz Air sont considérées comme à « haut risque » sanitaire par les autorités autrichiennes.

Austrian Airlines et Laudamotion, deux autres compagnies basées à l’aéroport de Vienne, n’ont pas annoncé de date de reprise de leurs vols réguliers.

La compagnie dit qu’elle adaptera quotidiennement ses rotations aux décisions gouvernementales liées à l’évolution de la pandémie de nouveau coronavirus.

Wizz Air avait annoncé ce week-end une réouverture à partir du 1er mai de ses liaisons au départ de sa base de Luton, au nord de Londres. Huit pays seront desservis, essentiellement en Europe centrale.

Une quinzaine de liaisons vont également être rétablies depuis Budapest, en Hongrie, où la compagnie est basée.

Wizz Air, qui se présente comme la plus grande compagnie à bas coût en Europe centrale et orientale, couvrait avant la crise 151 destinations dans 44 pays et a connu un fort développement ces dernières années dans des pays comme la Hongrie, la Pologne, l’Ukraine, la Roumanie, l’Autriche ou la République tchèque.

La compagnie à bas coût avait annoncé mi-avril la suppression de 1000 postes et des baisses de salaire pour l’ensemble du personnel, afin d’affronter la crise.

Le transport aérien international fait face à des difficultés sans précédent et en appelle à des renflouements publics considérables pour éviter la faillite des compagnies.