(Paris) Air France va distribuer des masques aux passagers qui n’en possèdent pas déjà « dans les cas où la distanciation n’est pas possible » dans l’avion en raison de son fort taux de remplissage, a annoncé la compagnie aérienne lundi.

Agence France-Presse

« Sur la quasi-totalité de nos vols, les faibles taux de remplissage actuels permettent la mise en place d’une distanciation sociale », a précisé la compagnie dans un tweet intitulé « informations COVID-19 ».

« Dans les cas où la distanciation n’est pas possible, nos équipages distribuent désormais à la porte de l’avion des masques aux clients qui n’en possèdent pas déjà », a-t-elle ajouté.

Cette mise au point intervient à la suite de la publication samedi d’une photo sur Twitter montrant des passagers installés côte à côte à bord d’un vol Paris-Marseille.

« Paris-Marseille ce matin. Après avoir fait la queue en respectant la distanciation sociale, les passagers se retrouvent assis côte à côte. Le vol est complet. Apparté : aucun contrôle d’attestation pour vérifier les motifs de déplacement », a commenté la journaliste auteure du tweet.

« J’ai vu les images et j’ai demandé à la compagnie Air France de mettre en œuvre les mesures nécessaires pour que ce type de situations ne se reproduise plus à compter d’aujourd’hui », avait déclaré lundi à la mi-journée le secrétaire d’État aux Transports, Jean-Baptiste Djebbari, sur Europe 1.

« Air France m’a dit être en capacité à compter d’aujourd’hui et jusqu’aux annonces des dispositions nationales relatives au déconfinement progressif de doter de masques au cas par cas les passagers qui en ressentiraient le besoin », a-t-il ajouté.

Air France a précisé que « l’air en cabine est renouvelé toutes les trois minutes par un système équipé de filtres identiques à ceux utilisés dans les blocs opératoires qui extraient les plus petits virus, dont [celui responsable de] la COVID-19 ».

« Nous avons également généralisé des procédures de désinfection spécifique des cabines avec notamment la pulvérisation régulière d’un produit virucide », ajoute la compagnie.

Les taux de remplissage des avions sont « parfois supérieurs à ce qu’ils devraient être en raison de la difficulté de les anticiper, un grand nombre de passagers ayant des réservations de longue date ne se présentant finalement pas à l’embarquement », a expliqué à l’AFP un professionnel du secteur sous couvert de l’anonymat.

Dans l’Hexagone, Air France n’assure plus actuellement qu’un vol par jour entre la capitale et trois métropoles régionales : Nice, Marseille et Toulouse.