Avis aux passagers fauteurs de trouble : à partir du 1er janvier, leur comportement en avion pourrait leur coûter cher, voire les mener en prison.

Stéphanie Morin Stéphanie Morin
La Presse

En effet, le nouveau protocole MP14, qui entrera en vigueur au début de 2020, va changer les règles.

À partir de cette date, les États où atterrissent les avions auront le pouvoir de poursuivre un passager coupable de violence physique, de harcèlement sexuel, de tabagisme ou de refus de respecter les consignes de l’équipage.

Actuellement, seul l’État où l’avion est immatriculé détient l’autorité juridique pour inculper un passager. Résultat : la majorité des contrevenants s’en tire.

« Environ 60 % des infractions restent impunies en raison de problèmes de juridictions », a d’ailleurs déclaré par voie de communiqué le directeur général de l’IATA (Association internationale du transport aérien), Alexandre de Juniac.