Des mythes à déboulonner et des questions qui trouvent réponse dans l’univers du voyage et de l’aviation. 

Éric Clément
Éric Clément La Presse

« Même quand on est sur pilotage automatique, il faut surveiller tous les systèmes pour voir si tout va bien, explique Yves Masse, qui a été pilote 40 ans dans l’aviation civile, dont 25 ans chez Air Transat.

« Tous les 10 degrés de longitude, il faut vérifier notre position, le carburant, et envoyer le compte rendu de position à la compagnie aérienne, où les répartiteurs suivent notre plan de vol informatisé en continu.

PHOTO FRANÇOIS ROY, LA PRESSE

Yves Masse

« Pour les vols de six heures et plus, on a le droit de faire un somme d’une vingtaine de minutes, au besoin. Tu te mets un cache-yeux pour éviter d’éteindre la lumière du cockpit, sinon le copilote pourrait s’endormir ! »