Le patron de la compagnie aérienne irlandaise à bas coûts Ryanair, Michael O'Leary, a défendu mardi à Madrid son idée d'installer des toilettes payantes à bord de ses avions, assurant qu'il s'agissait là d'une évolution tout à fait «logique».

AGENCE FRANCE-PRESSE

M. O'Leary avait annoncé le mois dernier que Ryanair, connue pour sa recherche d'économies à tout prix et ses coups de pub à répétition, cherchait à installer des portes de toilettes s'ouvrant après l'insertion d'une pièce d'une livre (1,10 euro).«Au cours de nos conversation avec (le fabricant d'avions américain) Boeing, il s'est avéré qu'ils n'ont pas encore pu fabriquer de portes de toilettes acceptant des pièces», a déclaré mardi le patron de Ryanair dans une conférence de presse.

«Mais je pense que c'est un développement logique, car par exemple, lorsque vous utilisez des toilettes dans des gares en Grande-Bretagne, vous payez. Je ne vois pas pourquoi les passagers d'un avion ne paieraient pas pour aller aux toilettes», a-t-il affirmé.

Selon lui, cette mesure obligerait les passagers à utiliser davantage les toilettes des aéroports et moins celle des avions, ce qui causerait «moins de désagréments pour les passagers, une fois à bord de l'appareil».

«La moindre chose que nous pourrons rendre payante le deviendra», a-t-il ajouté, soulignant que le «choix final de payer ou pas reviendra toujours au passager».

La compagnie à bas coûts a même ouvert une boîte à idées, sous la forme d'un concours en ligne, pour découvrir ce qui pourrait encore devenir payant à bord des avions.

«La proposition qui me séduit le plus pour l'instant est celle d'un passager en Suède qui a suggéré de fabriquer du papier toilette à mon effigie», a lancé M. O'Leary.