Le James est un hôtel boutique conçu par et pour des amoureux d'architecture contemporaine.

Marie-Claude Lortie LA PRESSE

Même s'il est installé dans un immeuble datant des années 20, l'aménagement signé par l'architecte new-yorkaise Deborah Berke est totalement actuel, avec sa façade vitrée, son hall de bois blond minimaliste, son roulement d'oeuvres d'art audacieuses - dont une installation de valises dans l'entrée, au moment où j'y suis allée, et une projection vidéo dans la cour - et ses chambres confortables mais épurées. Cela dit, même si des magazines comme Wallpaper ou Interior Design en ont fait grand cas, ce n'est pas un hôtel froid ni d'avant-garde. Tout le monde peut aisément s'y sentir à l'aise. Ce que ses créateurs ont voulu faire, disent-ils, c'est tout simplement moderniser, rafraîchir un certain luxe hôtelier. Alors le soir, si le hall devient à la fois resto et lounge - comme si le restaurant attenant le Primehouse débordait -, on y voit autant des couples de baby-boomers que des jeunes trentenaires appréciant les martinis aux saveurs originales, en train de manger et de parler, assis dans des canapés rectilignes autour de tables basses.SITUATION

L'hôtel est situé à un pâté de maisons de la célèbre avenue Michigan, le Magnificent Mile, artère principale de Chicago, connue autant pour son magasinage de luxe que pour ses gratte-ciels historiques. On peut donc se rendre, à pied, vers le sud, dans toute la zone touristique centrale, celle qui borde la rivière Chicago, et même aller jusqu'au parc Millenium qui longe le lac Michigan. Ou alors, on peut marcher vers le nord pour atteindre les rues commerciales - ou le Musée d'art contemporain - qui alignent toutes les grandes maisons américaines, que ce soit Barneys ou Coach.

CHAMBRES

Ma chambre était d'une taille tout à fait standard pour un hôtel américain, assez grande pour accueillir un très grand lit, une table de travail et un petit canapé, une chaise longue pour relaxer et un bar. Décorée dans des tons de terre très doux et adoucie par beaucoup de bois chocolat, elle frappait plutôt par son calme que par l'originalité de son aménagement, contrairement au hall (et contrairement aux chambres plus luxueuses où l'on a installé ici une chaise Eames, là un bol décoratif Patricia Urquiola...). On y retrouvait toutes les gâteries typiques des hôtels d'un certain luxe à l'américaine: télé à écran plat affichée sur le mur, mini-bar avec boissons énergisantes et chocolat noir, robe de chambre ultra-douillette. La salle de bains était en outre équipée de produits de marque Kiehl aux parfums de pamplemousse.

SERVICES

Le James offre tous les services d'un hôtel d'affaires au centre d'une grande ville américaine: salles de réunion, spa, gym (on fournit gratuitement les écouteurs pour pouvoir regarder la télé sur les différentes machines), bar, service aux chambres, restaurant assez bien coté (le Primehouse Grill), guichet automatique, accès gratuit à quelques ordinateurs Apple, accès internet (inclus dans le prix de la chambre) par fil dans les chambres mais wi-fi ailleurs dans l'hôtel. Détail intéressant: le café (cappuccino, espresso, etc.) est excellent sur place. Nul besoin d'aller le chercher ailleurs.

PRIX

Cette semaine, le meilleur tarif pour une chambre double était de 203$ par jour. Attention au tarif de 50$ par jour supplémentaire pour pouvoir garer l'automobile avec le service de voiturier!

___________________________________

Hôtel James CHICAGO 

55 East Ontario, à l'angle de la rue North Rush Chicago. 312-337-1000

www.jameshotel.com