Tous les vendredis soirs de l'hiver, des fondeurs et des marcheurs se rendent au parc-nature de la Pointe-aux-Prairies pour une promenade sous les étoiles, à la lueur des flambeaux.

Mis à jour le 24 févr. 2009
Martine Bouliane, collaboration spéciale LA PRESSE

J'ai décidé de faire partie du lot de skieurs le week-end dernier. La température clémente aidant à ma motivation, je suis partie seule en direction de ce parc situé à l'extrémité est de l'île de Montréal.

 

C'est dans la Maison Héritage que les participants, inscrits au préalable, reçoivent leur lampe frontale. Ils peuvent aussi y louer des skis pour la modique somme de cinq dollars, pour les deux heures que dure l'activité.

À 19h, les premiers skieurs partent sur le sentier illuminé de flambeaux. Large, il est à la fois damé pour la randonnée pédestre et tracé pour le ski de fond. Il traverse la plupart du temps un boisé. Aux endroits les plus venteux où les flammes risqueraient de s'éteindre, les flambeaux laissent la place à des stroboscopes rouges. Moins pittoresques mais plus efficaces.

Le sentier, où circulent des patrouilleurs, totalise près de trois km. C'est donc dire qu'on peut faire deux fois le tour dans les deux heures que dure la randonnée.

Puisque les départs se font au gré des participants, il n'y a pas de congestion même si les fondeurs et marcheurs sont nombreux - une soixantaine la dernière fois. «Certaines personnes qui connaissent le parc s'aventurent aussi sur d'autres sentiers. Par exemple, pour les familles avec de jeunes enfants, nous avons un sentier plus court, de 1,4 km», dit Stéphane Morin, chef animateur au parc.

Plusieurs enfants marchent et courent même sur le sentier illuminé. Des traîneaux sont en location sur place pour les petites jambes qui ne pourraient parcourir la totalité du trajet.

Au départ du chalet, les étoiles apparaissent. Eh oui, il y en a quelques-unes, même en ville. «Ici, puisqu'on est à une extrémité de l'île, on est moins touchés par la pollution lumineuse», observe M. Morin.

On entend en bruit de fond sourd les voitures sur l'autoroute. Le circuit s'en rapproche et elles deviennent visibles pendant une partie du trajet. Puis, le sentier éclairé bifurque pour suivre l'ancienne voie ferrée.

Après une fin de balade agréable, on revient à la Maison Héritage où les sympathiques employés du parc nous accueillent. Du chocolat chaud et du café attendent les skieurs ou marcheurs, qui peuvent prendre le temps de relaxer, en regardant les flammes bouger dans le foyer. «On essaie de recréer un après-ski. Je prends les demandes spéciales que je chante. Et quand je ne les sais pas, je les apprends pour la semaine suivante», dit celui qui s'accompagne à la guitare. Une bonne façon d'aller chercher des habitués.

Plusieurs parcs montréalais offrent une activité de randonnée sous les étoiles. Dans les parcs-nature du Cap-Saint-Jacques et de l'Île-de-la-Visitation, on peut faire de la randonnée, de la raquette et du ski de fond. Au parc-nature du Bois-de-l'Île-Bizard, c'est le ski et la raquette qui sont proposés. Au Bois-de-Liesse et à la Pointe-aux-Prairies, c'est le ski et la marche sur la neige.

La formule varie selon le lieu, de même que les jours de la semaine où elle est offerte. «Ce qui revient partout, c'est le prêt de la lampe frontale, la possibilité de louer l'équipement et une boisson chaude offerte après le trajet», note Patricia Guilbard, du service des communications de la Ville de Montréal.

Le coût de l'activité est de six dollars par personne. Il faut un minimum de douze participants inscrits pour que la randonnée ait lieu. Il est donc conseillé d'appeler pour réserver sa place plutôt que de se présenter au parc.

Les randonnées sous les étoiles, qui en sont à leur troisième année, se déroulent selon le parc jusqu'au 7 mars. Une excellente occasion de troquer le téléviseur pour le ciel hivernal sans aller très loin.

www.ville.montreal.qc.ca/grandsparcs