Avec un nom comme le sien, Josée Lebrun était presque prédestinée à jouer les coloristes.  Depuis 25 ans, elle transforme des brunes et des blondes en rousses, jouant avec la riche palette des teintes orangées, rouge flash, ambre automnal et cuivre de cenne. Passez au salon.

Publié le 15 nov. 2013
Marjolaine Arcand / URBANIA

Est-ce que c'est un statement de devenir rousse?

Oui, et pour plusieurs raisons. D'abord parce que c'est une couleur moins appréciée des hommes que le blond, par exemple. Contrairement à la blonde, qu'on perçoit comme plus sexy, et à la brunette, plus caractérielle, la rousse est plus mystérieuse. Je vois ça comme les sorcières écossaises avec leurs longues crinières couleur de feu. On dirait qu'on est un peu effrayés par les rousses! En plus, dans les livres ou les films, on attribue souvent ce coloris aux personnages niais, bizarres ou différents. Alors la femme qui opte pour le roux décide de se foutre de ce que les autres pensent! Elle n'a pas envie de se fondre dans la masse et s'assume complètement. D'ailleurs, une fois que la couleur est appliquée, il y a souvent quelque chose qui change dans la posture de la cliente, comme si elle devenait fière de se démarquer.

Qu'est-ce que ça prend pour obtenir un roux qui torche?

Un cheveu relativement en santé, pas trop poreux, question de garder la couleur le plus longtemps possible. Les pigments rouges et orangés ont tendance à se délaver plus rapidement que les blonds ou les bruns, donc la cliente doit s'engager à entretenir sa teinture. Cependant, le roux reste une couleur difficile à cacher ou à enlever. Il faut que ce soit un choix très réfléchi. Je pose plusieurs questions à mes clientes qui veulent se faire teindre en roux, pour m'assurer qu'elles ne le regretteront pas.

Parce que ça arrive, des clientes qui s'en mordent les doigts?

Oui, ça m'est arrivé dans le passé, alors que je manquais un peu d'expérience. Lorsqu'une blonde me demandait de la transformer en rousse, je m'emballais et je disais «let's go»! Et ça arrivait qu'elle rappelle en pleurant parce que son entourage trouvait ça laid. C'est pour ça que je m'assure maintenant que mes clientes sont vraiment prêtes à faire le move.

Est-ce qu'il y a beaucoup de clientes qui veulent devenir rousses?

Le quart de la clientèle, je dirais. Surtout à l'automne; ça doit être les feuilles!

 

À l'inverse, y a-t-il beaucoup de rousses qui souhaitent changer de couleur?

Il y en a, mais ce sont plutôt des filles dans la vingtaine, plus jeunes, qui ont encore peur d'être différentes. En vieillissant, les rousses naturelles s'attachent à leur couleur.

 

Est-ce que le roux fait bien à tout le monde?

Oui, car il y a beaucoup de nuances possibles. Il faut toutefois faire attention aux gens qui ont la peau très rouge, qui font de la couperose, par exemple. Avec eux, on va plutôt encadrer le visage d'une base brune, sur laquelle on ajoutera de petites mèches, de petits reflets cuivrés.

 

Et y a-t-il des gars qui se font teindre en roux?

Non. Je n'ai jamais vu ça. C'est certain que les hommes qu'on colore ne veulent pas avoir l'air « colorés », donc il faut éviter à tout prix le reflet roux, parce que ça paraît. Je ne sais pas si tu te souviens de Serge Laprade...?!

 Malheureusement oui!

 

Remerciements au Tonic Salon Spa Aveda (3613, boulevard St-Laurent, Montréal).