Source ID:; App Source:

Benjamin Giraudon, ébéniste restaurateur au château de Versailles

Benjamin Giraudon, ébéniste restaurateur au château de Versailles... (PHOTO MAXIME DUMONT (URBANIA))

Agrandir

Benjamin Giraudon, ébéniste restaurateur au château de Versailles

PHOTO MAXIME DUMONT (URBANIA)

Judith Lussier / URBANIA

Alors que les touristes qui défilent au Château de Versailles n'ont le droit de toucher à rien, Benjamin, lui, est payé pour le faire.

Qu'est-ce que ça fait, un ébéniste, dans un château?

Je suis en charge de la restauration de tout ce qui est mobilier au château de Versailles. En ce moment, par exemple, on vient de recevoir un tabouret. C'est le seul qui reste de l'époque, mais on sait qu'il y en avait une série de douze. On fabrique donc les onze autres.

Qu'est-ce qui est arrivé aux onze que vous n'avez pas, ils se sont brisés?

On aimerait bien savoir où ils se trouvent, mais ils ont été pillés durant la Révolution. Par contre, on ne crée pas des faux pour tromper le visiteur. On crée du visuel pour qu'il puisse s'imaginer l'époque, mais sous les housses, on voit très bien que ce ne sont que des reproductions.

Comment pouvez-vous savoir ce qui se trouvait dans le château si une grande partie du mobilier a été pillée?

On le sait grâce à des inventaires de l'époque. Chacune des pièces du château avait été répertoriée. C'est un travail de recherche historique qui a été fait au département de la conservation.

Vous, en tant qu'ébéniste, devez-vous être au courant des techniques de l'époque?

Oui, on utilise des outils modernes, mais des matériaux d'époque, par exemple des colles animales. Par contre, le but n'est pas de remettre le mobilier comme il était lorsqu'il a été commandé par le roi, mais de donner une lecture de la pièce qui inclut l'effet du temps et de l'usure.

Combien de pièces restaurez-vous par année?

On ne compte pas vraiment, puisque pour nous, l'important, ce n'est pas la quantité, mais la qualité, donc on peut se permettre de prendre un peu plus de temps.

Sur quoi êtes-vous appelés à travailler?

On restaure n'importe quelle pièce de mobilier, des armoires aux chaises en passant par les lits ou les cabinets. On a même déjà réparé une harpe.

Y a-t-il un mobilier sur lequel vous fantasmez de travailler?

Le bureau du roi. Sa dernière restauration date de la Seconde Guerre mondiale. C'est probablement la pièce la plus prestigieuse du château, mais ça serait extrêmement difficile, car le niveau d'usure est extrême... Je ne suis pas sûr que ce soit un fantasme, à bien y penser!

Avez-vous un peu l'impression de travailler pour le roi?

Eh eh, non! Comme la monarchie a été abolie, je ne travaille pas pour le roi, mais c'est vrai que c'est prestigieux, de travailler au château de Versailles.

Qu'est-ce que vous aimez le plus de votre travail?

Le fait de détenir un trousseau de clés qui me permettent de visiter des pièces du château qui ne sont pas accessibles au public, dont le cabinet de Marie-Antoinette, qui est la pièce la plus inaccessible. Pour y arriver, c'est vraiment un parcours du combattant de clés et d'alarmes, mais ça vaut le détour!

>>> Abonnez-vous à Urbania! 

 

 

-30-

 




À découvrir sur LaPresse.ca

Les plus populaires : Société

Tous les plus populaires de la section Société
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer