Un groupe de défense des droits de l'homme basé à New York critique l'obligation imposée en Indonésie aux femmes qui aspirent à une carrière dans la police de devoir se soumettre à un test de virginité.

Mis à jour le 3 févr. 2015
ASSOCIATED PRESS

L'imposition de ces tests serait appliquée depuis longtemps en Indonésie, un pays majoritairement musulman.

Les constatations de Human Rights Watch sont basées sur des confidences livrées dans six villes indonésiennes par des candidates à une carrière dans la police. Ces femmes ont dû se soumettre au test appelé «des deux doigts» qui sert à confirmer si leur hymen est intact.

Un porte-parole de la préfecture indonésienne, le major général Ronny Sompie, explique que les tests servent à déterminer si les candidates sont atteintes ou non d'infections transmises sexuellement (ITS).

Human Rights Watch signale que les attitudes patriarcales sont fréquentes dans l'administration publique indonésienne en général.