De nombreuses études ont montré que «l'hormone de l'amour et de la confiance», l'ocytocine, agissait sur les femmes et leurs liens avec les hommes et les enfants. Une nouvelle étude montre qu'elle explique aussi le rôle distinct des parents, selon leur sexe.

RELAXNEWS

Pour les besoins de cette étude publiée dans la revue Biological Psychiatry, (août, volume 68, n°4), les chercheurs ont étudié «160 parents pour la première fois, deux fois après la naissance de leur enfant, à six semaines et six mois, en mesurant les taux d'ocytocine de chaque parent, et en enregistrant puis codifiant leur comportement en tant que parent».

L'étude conclut que «les styles d'interaction spécifiques aux parents» sont liés à la hausse d'ocytocine.

Les mères sont plus aimantes, ce qui est décrit comme «regardant davantage leur enfant, exprimant un affect positif, et ayant des gestes d'affection», tandis que la hausse du taux d'hormone chez le père se traduit par «un contact plus stimulatoire, un encouragement à l'exploration, et la direction de l'attention du bébé vers des objets».

Ruth Feldman, professeur de psychologie à l'université Bar-Ilan en Israël, et co-auteur de l'étude, ajoute que ces nouvelles découvertes «soulignent l'importance de fournir des occasions d'interaction père-enfant immédiatement après la naissance afin de déclencher le système neuro-hormonal qui sous-tend la formation de liens chez les humains.»

«Ces différences peuvent refléter l'impact des attentes culturelles quant aux rôles spécifiques «des parents», mais elles peuvent également indiquer les effets des circuits distincts de l'ocytocine dans les cerveaux masculin et féminin», commente le Dr John Krystal, éditeur de Biological Psychiatry dans un communiqué publié le 20 août.

Par ailleurs, des chercheurs ont découvert qu'un niveau faible en ocytocine peut inciter à homme à tromper sa femme, et qu'une mère peut «dégager de l'ocytocine» par téléphone pour aider son enfant en détresse.



Etude «Oxytocin and the Development of Parenting in Humans»: https://www.biologicalpsychiatryjournal.com/article/S0006-3223%2810%2900120-4/abstract

Etude «Social vocalizations can release oxytocin in humans»: https://rspb.royalsocietypublishing.org/content/firstcit