Source ID:; App Source:

De fausses excuses pour éviter un rapport sexuel

Près d'un quart des Français (24%) a déjà imaginé une fausse excuse pour éviter... (Photo: RelaxNews)

Agrandir

Photo: RelaxNews

RelaxNews

Près d'un quart des Français (24%) a déjà imaginé une fausse excuse pour éviter ou retarder un rapport sexuel, selon une étude menée par l'Ifop pour l'Institut Lilly. Les résultats de cette enquête révèlent que les femmes sont plus nombreuses à mentir que leurs homologues masculins pour esquiver une relation sexuelle puisqu'elles sont 33% à affirmer pratiquer cette stratégie, contre seulement 15% des hommes.

Le sondage rapporte également que la fatigue apparaît comme l'excuse la plus fréquente pour éviter une relation sexuelle (45% des personnes ayant déjà menti à ce sujet). Suivent la proximité des enfants (35%), les préoccupations financières et professionnelles (33%), le mal de tête (28%), ou encore l'excès d'alcool (25%).

Autre enseignement de l'étude, près d'une personne interrogée sur deux (49%) déclare avoir déjà rencontré un problème sexuel associé à un manque de désir au sein du couple. Les Français sont également confrontés à des problèmes d'éjaculation précoce (31%) ou des troubles de l'érection (29%).

À ce titre, la majorité des personnes interrogées (57%) estiment que le stress et certaines préoccupations du quotidien peuvent être responsables des problèmes d'érection ou du manque de désir dans un couple. En outre, 50% des Français ayant déjà été confrontés à un problème d'éjaculation précoce approuvent cette idée.

La plupart des Français pensent que la communication «directe'« peut permettre d'arranger certains problèmes d'ordre sexuel. Ainsi, 64% des personnes interrogées l'envisagent pour remédier aux troubles sexuels survenus dans leur couple. Néanmoins, plus d'un quart du panel (26%) privilégient l'intervention d'un médecin, alors que 18% affirment qu'il n'y a aucun moyen de régler ce type de troubles.

Dernier constat de l'étude, plus des trois quarts des Français (76%) considèrent que les «pannes sexuelles» peuvent avoir des conséquences sur leur vie amoureuse. Parmi eux, 36% estiment qu'elles peuvent avoir un impact sur l'harmonie et l'entente du couple. Toutefois, 24% des personnes interrogées affirment tout de même que ces troubles sexuels n'ont aucune conséquence sur leur vie de couple.

L'étude a été menée par questionnaire auto-administré en ligne, du 16 au 18 juin 2010, auprès de 1 035 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.




Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer