Les résultats d'une étude publiée dans la revue Personality and Social Psychology Bulletin par David Neal, professeur de psychologie à l'University of Southern California, montrent que le grignotage incontrôlé serait motivé par l'association entre un lieu et une habitude alimentaire.

Publié le 9 sept. 2011
RELAXNEWS

Le chercheur américain et son équipe affirment avoir découvert le fond du problème du grignotage incontrôlé: d'après eux, tout est question d'association.

«Lorsque l'on mange régulièrement un certain type de nourriture dans un certain environnement, le cerveau associe cette nourriture à l'environnement en question. Cela incite à manger tant que les signaux propres à l'environnement sont toujours présents», explique dans un communiqué David Neal.

Pour réaliser leur expérience, les scientifiques ont fourni des seaux de pop-corn à 98 personnes avant une séance de cinéma. Certains des participants ont reçu du pop-corn fraîchement préparé, d'autres du pop-corn vieux d'une semaine, décrit comme «froid, humide, spongieux». Les personnes qui avaient indiqué avoir pour habitude de manger du pop-corn au cinéma ont consommé des quantités équivalentes de popcorn, qu'il soit vieux ou fraîchement préparé.

La solution pour éviter de succomber à la tentation du grignotage intempestif, selon les chercheurs? Employer la main non dominante -- droite pour les gauchers et inversement.

Lors de l'expérience, les adeptes du grignotage ayant employé leur main non dominante pour puiser dans le seau de pop-corn en ont mangé moins que ceux qui employaient leur main dominante.

Il ne faut cependant pas sous-estimer le pouvoir de certains aliments: une expérience menée à Yale, examinant l'activité cérébrale de femmes à qui l'on présentait un milkshake au chocolat, a permis de montrer que la simple vue de l'objet de la tentation activait les zones du cerveau qui sont à l'oeuvre chez un cocaïnomane dès lors que celui-ci est confronté à sa drogue.