Boston Pizza offre une pizza sans gluten dans ses restos. Le géant de l'agroalimentaire General Mills vend 250 aliments sans gluten. Quant aux supermarchés Métro, ils proposent une vingtaine de produits sans gluten sous leur marque maison Irrésistibles, une première au Canada.

Marie Allard LA PRESSE

«Il y a une croissance exponentielle du nombre de produits sans gluten sur le marché depuis 2008-2009», constate Isabelle Marquis, directrice de groupe affaires santé chez Enzyme communication.

Aux États-Unis, les ventes des boissons et aliments sans gluten ont atteint 2,6 milliards en 2010, selon une étude de Packaged Facts parue en février. «Il y a eu une augmentation extraordinaire de ce marché, sous l'impulsion de la demande des consommateurs», d'après le rapport. Ce boom n'est pas fini: les ventes «sans gluten» dépasseront 5 milliards en 2015, prévoit le groupe de recherche.

Mais... qu'est-ce que le gluten? C'est «un terme qui désigne certaines protéines du blé (y compris de l'épeautre et du kamut), de l'orge, du seigle et du triticale», explique Santé Canada. On en trouve dans les pâtes, le pain, les pâtisseries, les saucisses, les soupes ou sauces (farine et amidon y sont ajoutés comme épaississant ou stabilisant), la bière, etc.

La maladie coeliaque touche de 1% à 2% de la population

Pourquoi l'éviter? Parce qu'on souffre de divers maux... ou pour suivre une mode lancée par Gwyneth Paltrow.

À n'en point douter, les gens souffrant de maladie coeliaque réagissent mal au gluten, ce qui déclenche l'inflammation de la paroi de leur intestin grêle et peut mener à diverses complications. Jusqu'à 300 000 Canadiens pourraient en être atteints, d'après Santé Canada. Plus nombreux encore sont ceux se plaignant d'inconfort digestif en général, «qu'ils expliquent par une surconsommation de gluten», observe Mme Marquis.

Succès sans gluten

Patricia Libling souffre de maladie coeliaque. Il y a neuf ans, elle a commencé à vendre les biscuits sans gluten qu'elle cuisinait pour sa famille. Aujourd'hui, PatsyPie - c'est le nom de son entreprise et le surnom de la dame - commercialise 12 variétés de biscuits, muffins, biscottis et brownies sans gluten partout au Canada et aux États-Unis. Même Air Canada en sert en vol.

«Au cours de la dernière année, nos ventes ont crû de 50% à 60% et elles continuent d'augmenter», dit Mme Libling, dont les gâteries sont faites à la main dans une usine de Saint-Laurent.

Une «aura santé» est attribuée aux produits sans gluten par les consommateurs, selon Packaged Facts. «La première raison qui motive l'achat d'aliments sans gluten, c'est qu'ils sont considérés comme plus sains que les autres», souligne l'étude.

Présentés comme des produits pour tous

C'est pour «répondre aux exigences croissantes en matière de santé et de mieux-être de sa clientèle» que Métro a lancé des craquelins de riz sans gluten de marque maison, en septembre dernier. «Nous recevions de plus en plus de demandes d'information relativement à la présence de gluten dans les produits sur nos tablettes», indique Marie-Claude Bacon, porte-parole de Métro. Dix-huit autres produits Irrésistibles (pâtes, préparation pour gâteau blanc, tortillas, etc.) sans gluten ont rapidement suivi.

S'adressent-ils aux gens souffrant d'intolérance au gluten ou à tous? «À tous, répond Mme Bacon. Il y a un engouement entourant les produits sans gluten, une tendance qu'on remarque aussi pour les aliments fonctionnels ou santé», ajoute-t-elle.

Souvent peu nutritifs

Or, «les produits sans gluten ne sont pas nécessaires pour les gens qui n'ont pas la maladie coeliaque», affirme Julie Aubé, nutritionniste. Plusieurs sont de faible valeur nutritive, pauvres en fibres, vitamines et minéraux. Une barre tendre sans gluten Glutino aux baies sauvages ne contient qu'un gramme de fibre et un gramme de protéine. La barre tendre Frénésie de fruits de Quaker, avec gluten, en renferme le double... pour quatre fois moins cher.

Au Québec, «l'offre de produits sans gluten et sans ingrédients laitiers va certainement continuer de grandir au cours des prochaines années», estime Mme Marquis. La préoccupation des consommateurs pour la santé et le confort digestif est croissante et le «sans gluten» y répond. À son avis, donc, «il ne s'agit pas d'une tendance passagère ni de niche».