Mon fils de 4 ans met plus d'une demi-heure à s'endormir le soir. Toutes les raisons sont bonnes pour ne pas se coucher. Que faire?

Mis à jour le 19 oct. 2012
Nathalie Côté, collaboration spéciale LA PRESSE

La routine précédant l'heure du coucher est très importante pour favoriser le sommeil des enfants, estiment les experts. Une activité calme, suivie du bain puis d'une courte période dans la chambre avec le parent pour lire une histoire, par exemple, permet au bambin de se préparer à s'endormir. L'ambiance doit être relaxante, ce n'est pas le moment pour les chatouilles.

«Il faut contrecarrer toutes les raisons qu'il pourrait avoir de se relever. Le pipi et l'eau, c'est avant le dodo. On met au clair qu'il y aura un seul câlin et un seul bisou», indique Évelyne Martello, infirmière et auteure d'Enfin je dors... et mes parents aussi.

S'il s'amuse dans son lit, les jouets doivent être rangés (à l'extérieur de la chambre si nécessaire). Regarder la télévision ou un autre écran n'est pas non plus recommandé avant d'aller se coucher. La lumière de ces appareils a pour effet de réduire la production de mélatonine, hormone du sommeil.

L'importance du sommeil

Une ou deux mauvaises nuits sont sans conséquence. Mais le manque de sommeil à répétition peut s'avérer néfaste pour les petits. Bien dormir favorise le renforcement de la mémoire et, donc, les apprentissages, rappelle Reut Gruber, pédopsychologue. Des études ont démontré que le manque de sommeil diminue la capacité des enfants à gérer leurs émotions et joue sur l'attention. Ils sont également plus à risque de souffrir de troubles de l'humeur et de dépression. En cas de difficultés importantes, elle recommande fortement aux parents de consulter un expert.

Une sieste l'après-midi?

La sieste est souvent source de conflit entre les parents et les éducatrices en garderie. Les premiers plaident qu'elles empêchent les enfants de dormir le soir. Les secondes font valoir que les petits ont besoin de repos, elles aussi d'ailleurs. Les deux parties ont partiellement raison. Les spécialistes consultées insistent sur l'importance de la sieste (ou d'une relaxation si le bambin ne s'endort pas). «Mais elle ne doit pas être trop longue. Essayez de la réduire plutôt que de la supprimer», note Mme Martello. Un enfant d'âge préscolaire dort entre 11 et 12 heures par jour, mais chaque personne est différente.

Saviez-vous que?

Les enfants ayant un trouble de l'attention ont souvent des problèmes de sommeil. Ils auraient plus de difficulté à s'endormir et ressentiraient davantage de somnolence durant la journée.