Tous les parents savent que les enfants qui lisent beaucoup font moins de fautes d'orthographe. Mais cette association se renforce encore plus avec l'âge, selon une méta-analyse néerlandaise de 99 études totalisant 7700 sujets.

Publié le 25 sept. 2012
Mathieu Perreault LA PRESSE

Avant l'école primaire, la lecture explique 12 % des différences dans la qualité de vocabulaire, de syntaxe et de compréhension de texte entre les enfants qui aiment la lecture et ceux qui ne lisent pas. Ce chiffre augmente à 30% au secondaire, selon les chercheurs de l'Université de Leyde.

Ils avancent que cette progression s'explique par l'apprentissage accéléré de la minorité qui lit beaucoup. L'effet est qualifié de « boule de neige », ou de « spirale ». Ils précisent que leurs résultats signifient que la lecture n'est pas un « remède miracle » contre les problèmes de compréhension de texte, parce qu'elle met plusieurs années à établir ses puissants effets.

Il s'agit d'un bon argument pour essayer des magazines pour enfants, comme par exemple le nouveau Sport Débrouillards, orienté vers les garçons généralement moins portés vers la lecture.