En plus d'être agréables, les galipettes sous la couette seraient un remède efficace pour garder son coeur en forme, maigrir et même réduire les épisodes de rhume. «Les gens actifs sexuellement ont moins le rhume, un meilleur contrôle urinaire, moins de problèmes de prostate et, on ne sait pas pourquoi, un meilleur sens de l'odorat», affirme Ariel Fenster, professeur de chimie à l'Université McGill. Ennuyés par le gym? Gardez plutôt le lit et faites... «la grasse matinée»!

Sophie Allard LA PRESSE

Perte de poids: «Pendant les ébats sexuels, on dépense entre 125 et 300 calories selon la ferveur qu'on y met», affirme Ariel Fenster. Pour un baiser, on perd 6 à 12 calories.

 

Antidouleur : Durant l'orgasme, le niveau d'ocytocine, liée au circuit de la récompense et au centre antidouleur du cerveau, est jusqu'à cinq fois plus élevé dans le sang. La douleur associée aux crampes menstruelles, à l'arthrite et aux migraines serait momentanément réduite. L'effet dure plus longtemps chez la femme que chez l'homme. Pendant l'orgasme, les femmes pourraient endurer 110% plus de douleur, selon Beverly Whipple de l'Université Rutgers.

Immunisation: Pour des étudiants qui ont une ou deux relations sexuelles par semaine, le taux d'immunoglobuline (anticorps) est jusqu'à 30% plus élevé que celui des abstinents, selon une étude de l'Université Wilkes (2004). Pour des rongeurs blessés, des injections d'ocytocine ont favorisé une cicatrisation des plaies deux fois plus rapide.

Anticancer : Un chercheur australien suggère que la stimulation des mamelons de la femme et l'orgasme (associés à une hausse d'ocytocine) réduiraient les risques de cancer du sein. D'autres études sur le lien entre la fréquence des rapports sexuels et le risque de cancer de la prostate sont moins concluantes.

Bon coeur: S'ils ont au moins deux relations sexuelles par semaine, les hommes de 45 à 59 ans ont un taux de mortalité deux fois plus bas que celui des hommes ayant une relation sexuelle par mois ou moins, révèle une étude publiée dans le British Medical Journal en 1997. Selon les chercheurs, qui ont suivi 900 sujets pendant 4 ans, l'ocytocine, la testostérone et l'hormone DHEA, toutes impliquées dans la libido, seraient liées à une baisse de crises cardiaques et d'AVC.

Cure de jouvence: Le psychologue et auteur David Weeks, du Royal Hospital d'Édimbourg, a interrogé des personnes qui faisaient 10 ans de moins que leur âge sur leurs habitudes de vie. La majorité d'entre eux avait au moins trois relations sexuelles par semaine. Soulignons qu'ils étaient aussi non fumeurs, avaient une bonne alimentation et ne faisaient pas d'embonpoint...