Néophobie alimentaire: terrorisés de goûter

Notre alimentation n'a jamais été aussi variée. Les médias ne cessent de nous... (PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE)

Agrandir

PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE

Notre alimentation n'a jamais été aussi variée. Les médias ne cessent de nous faire découvrir de nouveaux ingrédients. Les foodies courent les restaurants pour tester leur menu. À l'opposé, des personnes ne mangent que deux ou trois fruits, car elles ont peur de goûter aux autres. D'autres évitent des catégories entières d'aliments. Incursion dans le monde intime et méconnu des adultes souffrant du trouble de l'alimentation sélective et évitante.

Plus que des caprices

Des pommes et des bananes. Des petits pois, du brocoli et des pommes de terre. Du poulet et du boeuf. Deux fromages. Des féculents. Aucun condiment. Aucune sauce. Aucun fruit de mer. Des oeufs, seulement s'ils sont cuits d'une certaine manière. Voilà de quoi se compose essentiellement l'alimentation de Julie Dawson. Qui, pourtant, n'est pas difficile. Ni capricieuse.

Pourquoi ne mange-t-elle pas de fraises, de bacon, de sauce BBQ? Elle n'y a jamais goûté. Et l'idée de le faire l'effraie, comme d'autres ont peur des araignées, des foules ou de l'avion. Sa phobie porte un nom: néophobie alimentaire, un trouble qui touche une bonne proportion d'enfants d'âge préscolaire et certains adultes. Une réalité méconnue, taboue, peu documentée.

«Ce n'est pas juste "je n'aime pas ça, ça me lève le coeur". Ça va beaucoup plus loin que ça. [...] Ce n'est pas que tu ne veux pas goûter. C'est que tu n'es pas capable de le faire. Il se passe quelque chose dans ton corps», explique la psychologue Chantal Bournival, directrice de la Clinique des troubles de l'alimentation. La personne peut paniquer, recracher, vomir...

Malgré les préjugés et l'incompréhension, Julie Dawson a accepté de témoigner pour venir en aide à d'autres néophobes en démystifiant ce trouble. Car s'il existe de nombreux écrits sur les enfants qui refusent de goûter les légumes, la science n'a rien à dire ou presque sur les plus grands.

En fait, la recherche sur le sujet est tellement embryonnaire que le taux de prévalence chez l'adulte, même approximatif, est inconnu, rapporte la Dre Mimi Israël, spécialiste de la question à l'Institut universitaire en santé mentale Douglas. Le trouble de la restriction ou évitement de l'ingestion d'aliments (une nomenclature qui regroupe divers troubles, dont la néophobie) n'est entré dans la bible des troubles mentaux, le fameux DSM-5, qu'en 2013.

Incompréhension de l'entourage

«Les amis que j'ai depuis longtemps et ma famille comprennent, confie Julie Dawson. Mais si je rencontre quelqu'un de nouveau, c'est dur d'expliquer pourquoi je ne mange pas quelque chose. Ça me fait toujours angoisser.» Ainsi, au lieu d'admettre qu'elle n'a jamais goûté à un aliment, elle dit qu'elle ne l'aime pas, pour simplifier.

Malgré tout, on lui pose parfois des questions aux réponses évidentes. «Mon père me demande encore si je veux du ketchup! Je ne sais pas s'il oublie ou s'il a espoir», raconte la femme de 40 ans qui a déjà goûté au condiment une fois «par accident dans un hamburger».

La psychologue Chantal Bournival constate qu'il y a «beaucoup d'incompréhension chez l'adulte», et précise que la néophobie peut engendrer des tensions dans les couples - lorsque vient le temps d'aller souper dans la belle-famille, par exemple - ainsi qu'à l'arrivée d'un enfant. Les néophobes pourront se faire accuser d'être responsables de la néophobie de leur progéniture pourtant normale dans leur développement. Ils vont aussi se mettre beaucoup de pression pour que leur enfant mange de tout.

Robin Belley ne mange aucun fruit. Il en... (Photo Olivier Jean, La Presse) - image 2.0

Agrandir

Robin Belley ne mange aucun fruit. Il en est incapable.

Photo Olivier Jean, La Presse

«C'est très complexe, plus chez l'adulte que chez l'enfant. Et ça provoque de l'isolement social. La personne se sent jugée, ce qui crée de l'anxiété à manger avec d'autres personnes.»

«C'est pire de manger chez des gens qu'au restaurant, où on peut faire un choix», poursuit la psychologue, en ajoutant que le trouble provoque aussi des carences nutritionnelles.

Hypersensibilité aux odeurs et aux textures

Louise Nadeau n'est pas très attirée par les fruits, elle non plus. Elle mange des fraises, des framboises, des pêches. Pas de porc, d'agneau, de veau, de gibier, d'abats, de fruits de mer. Le boeuf ne doit présenter aucun gras, aucun os, idem pour le blanc de poulet.

«Tout le monde est pâmé sur les sushis. Moi, vous ne réussirez jamais à me faire manger ça. Je ferais une syncope. Pourquoi ? Je ne le sais pas», explique la femme de 60 ans qui n'a pris conscience de son trouble que l'an dernier, et qui rêve de «retrouver sa liberté alimentaire».

Louise Nadeau refuse divers aliments en raison de leur texture ou de leur température, ce qu'on appelle le trouble de l'alimentation sélective (TAS). «Je ne peux pas manger de pain avec des graines. Je ne peux pas mélanger le mou et le dur.» La crème glacée, c'est non. «Je n'aime pas le froid.» La variété d'une seule marque de yogourt passe le test. «Du grec, ce serait impossible: c'est granuleux!»

«Le pire, c'est la pomme»

Robin Belley est encore plus sensible à l'acidité des fruits. Il n'en a jamais mangé un seul. Même bébé, sa mère ne réussissait pas à lui en faire manger en purée. «Je criais, je pleurais, je vomissais, je ne voulais rien savoir», relate-t-il. Adulte, il a réussi à intégrer le jus d'orange à son alimentation. Mais c'est tout.

Quel fruit le rebute le plus? «Le pire, c'est la pomme. Je ne suis pas capable. Mais je ne sais pas pourquoi, je n'ai pas investigué.» Il n'est pas dégoûté, mais les fruits lui font faire «des faces». C'est comme si sa langue était trop sensible, le goût trop intense pour être supportable, décrit-il.

Les odeurs (poissons, fromages, oeufs) et des aversions provoquées par un événement anxiogène sont également à l'origine de certains TAS, explique Chantal Bournival, qui précise que deux troubles - néophobie et TAS - se confondent facilement et que plusieurs personnes souffrent des deux à la fois.

«Moi, je me considère comme quelqu'un de joyeux, qui aime la vie et qui est ouvert d'esprit. Et je me retrouve avec un secret comme celui-là... Ça clashe!», lance Louise Nadeau.

Julie Dawson souffre d'un trouble de l'alimentation, la... (Photo Olivier Jean, La Presse) - image 3.0

Agrandir

Julie Dawson souffre d'un trouble de l'alimentation, la néophobie alimentaire.

Photo Olivier Jean, La Presse

L'angoisse au menu

À l'université où Julie Dawson travaille, ses collègues sont des foodies qui se précipitent chaque jour de paie dans un resto à la recherche d'expériences culinaires excitantes. Julie les accompagne «pour parler», pour faire partie du groupe. Mais chaque fois, «c'est difficile».

«Mes amis ne me jugent pas. Mais ils me poussent un peu. L'autre jour, j'ai pris un taco. Seulement la coquille et le boeuf dedans.»

Lorsque nous lui avons parlé, ses collègues venaient de lui apprendre que leur prochaine destination était le LOV, un resto végétarien à la mode à Montréal. «Je vais prendre des frites et manger autre chose en revenant au bureau», prévoyait-elle.

Car évidemment, elle regarde toujours les menus d'avance pour voir si elle pourra commander quelque chose (en demandant un changement, généralement) ou si elle devra s'organiser en mangeant avant ou après. Un comportement que la psychologue Chantal Bournival voit chez tous ses patients néophobes ou souffrant d'un TAS.

«En regardant d'avance le menu, je sais ce que je vais manger. J'ai l'air relaxe et personne ne se doute de rien», explique Louise Nadeau, atteinte de néophobie alimentaire.

La Dre Israël, qui a traité depuis cinq ans une cinquantaine de cas extrêmes (des personnes présentant un important sous-poids et des carences nutritionnelles), dit que ses patients «ne vont jamais au restaurant» tant cela les angoisse.

Le confort italien

Comme bien d'autres néophobes, Julie Dawson ne fréquenterait dans un monde idéal que les restaurants italiens. «La vie serait plus simple s'il y avait juste des restaurants italiens et du blanc de poulet», concède Louise Nadeau, qui se limite généralement à manger de la soupe ou des salades au resto.

Évidemment, pour un néophobe, les repas chez les connaissances ou la famille éloignée, ainsi que les cocktails dînatoires avec de petites bouchées composées de plusieurs ingrédients (fruits de mer, poisson, fromages, sauces) et les buffets gastronomiques sont de véritables sources de stress. Et de mise en place de stratégies: manger avant ou après, prétendre ne pas avoir faim, se bourrer de pain en cachette, s'inventer des allergies, etc.

«On a un problème si l'anxiété est assez présente pour être en anticipation», note la Dre Israël.

Et les voyages?

Tandis que Mme Nadeau s'empêche de voyager à certains endroits comme le Mexique et l'Asie parce qu'elle sait qu'elle n'aimera pas la nourriture, Julie Dawson, elle, ne s'en priverait pas même si son niveau d'angoisse «serait très élevé». «En France, il y a des Subway et des McDo partout. Je ne suis pas foodie, alors je me fiche de ce que je mange. Je veux juste trouver quelque chose pour survivre.»

La question des voyages lui rappelle une anecdote survenue en Australie. «Je mange des Cheerios ordinaire tous les matins. Mais en Australie, ça goûtait un peu différent, un peu plus le miel. Je ne pouvais pas en manger.»

Louise Nadeau est encore marquée par un repas en France. «À Lyon, quand j'ai vu la carte d'un restaurant gastronomique avec du cerveau, de la langue et des rognons, je ne pouvais pas croire que des humains mangeaient ça!»

Qu'est-ce qu'un bon resto? «Un resto qui sert quelque chose que j'aime», répond Julie Dawson.

Merci à Anderson Cooper

Le journaliste vedette de CNN Anderson Cooper a beaucoup contribué à faire connaître la néophobie alimentaire chez l'adulte en abordant le sujet sur diverses tribunes. Il a déjà dit à un magazine qu'en voyage, il commande sa nourriture dans le menu pour enfants des hôtels puisqu'il a «le palais d'un jeune de 7 ans». Il a aussi révélé à Jerry Seinfeld qu'il n'avait jamais goûté à une gaufre, même s'il aime les crêpes.

Notre alimentation n'a jamais été aussi... (Photo Evan Sung, The New York Times) - image 4.0

Agrandir

Photo Evan Sung, The New York Times

Des féculents du matin au soir

Certains blogues tenus par des néophobes et des études menées sur des enfants rapportent que ce sont les fruits qui provoquent le plus d'angoisse. Viendraient ensuite les légumes et les viandes. Ainsi, certaines personnes racontent n'avoir mangé que des féculents toute leur vie. La Dre Mimi Israël, de l'Institut universitaire en santé mentale Douglas, ne peut dire si ce palmarès est véridique ou pas, faute d'études sérieuses sur le sujet. De son côté, la psychologue Chantal Bournival a déjà effectivement rencontré des patients qui ne mangent que des féculents et constate dans sa pratique que les fruits, les légumes et la viande sont les trois catégories d'aliments les plus souvent rejetées par ses patients. C'est le cas de l'auteure du site phobie-alimentaire.fr, Marie Perchey, une jeune femme de 29 ans qui travaille à Paris. Pendant 20 ans, raconte-t-elle, elle n'a mangé pratiquement que des frites, du riz, des pâtes au beurre, des pommes de terre, du pain et des bananes. Elle a réussi à varier son alimentation au moyen de diverses stratégies qu'elle détaille et explique sur son site rempli de références intéressantes. 

Les caractéristiques du trouble de la restriction ou évitement de l'ingestion d'aliments selon le DSM-5

- Perte de poids importante

- Carences nutritionnelles importantes

- Dépendance envers les suppléments nutritionnels

- Perturbation du fonctionnement psychosocial (incapacité à manger avec d'autres, anxiété à aller au restaurant ou chez des amis)

- Aucune volonté de perdre du poids, aucun lien avec l'image corporelle

Les problèmes nutritionnels ne s'expliquent pas par un accès insuffisant aux aliments ou une pratique culturelle (tel le jeûne religieux)

Il n'est pas nécessaire d'avoir tous les symptômes pour avoir un diagnostic. La perturbation du fonctionnement psychosocial, par exemple, suffit, note la Dre Mimi Israël.

Source: Programme canadien de surveillance pédiatrique

Notre alimentation n'a jamais été aussi variée. Les médias... (Photo Thinkstock) - image 5.0

Agrandir

Photo Thinkstock

Les solutions

Il y a de l'espoir pour les adultes qui rêvent de varier leur alimentation et d'être capables de manger n'importe quels entrée et plat principal au restaurant.

La thérapie cognitivo-comportementale

Cette thérapie expose graduellement la personne à ce qui lui fait peur. Ce traitement permet d'obtenir «de bons résultats», dit la psychologue Chantal Bournival. On commence par faire la pyramide des aliments angoissants en plaçant les plus phobiques au sommet. Et on apprivoise d'abord ceux à la base. «Certaines personnes ne peuvent même pas s'imaginer ouvrir un pot de yogourt, alors on ne leur en donnera pas une bouchée!», dit Mme Bournival. L'exposition progressive peut commencer par le fait de regarder une image de l'aliment, l'entrer dans la pièce, le toucher, le couper et finalement y goûter. Souvent, le thérapeute mange l'aliment avec le patient.

L'enchaînement alimentaire

Cette méthode consiste à essayer de nouveaux aliments similaires à ceux qui sont déjà aimés. Par exemple, une personne qui mange des pâtes et des pommes de terre bouillies pourrait tester les gnocchis. Les pépites de poulet pourraient mener aux poitrines de poulet, la trempette au yogourt. Le rapprochement avec les aliments jugés sûrs peut se faire en se basant sur la couleur, la texture, la forme ou l'odeur. Pensez aussi à piger dans le même groupe alimentaire. Il peut être astucieux de tester l'aliment sous différentes formes et textures : râpé, en tranches, en cubes, bouilli, grillé.

Le pairage des aliments

Cette technique consiste à s'habituer à un aliment non toléré en l'associant à un autre qui est aimé. Par exemple, une personne qui n'aime pas le fromage pourrait en mettre un peu sur du pain. «Il faut éviter l'évitement, explique la Dre Mimi Israël, de l'Institut Douglas. Il faut réentraîner le cerveau à ne pas avoir peur en lui montrant qu'il n'y aura pas les conséquences désagréables auxquelles il croit.»




Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer