Source ID:40db22e2-3b15-4be5-9177-b2f3278809de; App Source:alfamedia

Santé mentale: la vie après la tempête

Vanessa Beaulieu, auteure de Mes tempêtes intérieures... (Photo Same Ravenelle, fournie par Les éditions Guy Saint-Jean)

Agrandir

Vanessa Beaulieu, auteure de Mes tempêtes intérieures

Photo Same Ravenelle, fournie par Les éditions Guy Saint-Jean

Choc post-traumatique. Anorexie. Dépression. Bipolarité. Anxiété. Avec le livre Mes tempêtes intérieures, l'auteure Vanessa Beaulieu aborde les problèmes de santé mentale à travers le parcours de 25 personnalités. Pas question toutefois de sombrer: elle souhaite au contraire démontrer aux lecteurs que même après les pires épreuves, le ciel se dégage.

«Je voulais montrer que même si on est malade, même si ça ne va pas, il y a toujours une voie positive», explique l'auteure. Au cours de la dernière année, elle a recueilli les confidences de Biz, Ingrid Falaise, P-A Méthot, Florence K, Jean-Marie Lapointe, Saskia Thuot et une vingtaine d'autres personnes. Elles ont toutes dû surmonter un ou plusieurs épisodes difficiles.

C'est d'ailleurs parce qu'elle a elle-même vécu avec la maladie mentale que Vanessa Beaulieu s'est lancée dans ce projet. «Mon frère est décédé quand j'avais 19 ans. Deux ans plus tard, mon père a fait un AVC. Puis il y a eu des séparations, et des trucs de la vie, et tout ça accumulé, on dirait que ça a explosé», raconte-t-elle. J'ai commencé à faire de l'anxiété, et ça s'est transformé en crises de panique. Quand ça t'arrive et que tu n'as jamais vécu ça, tu te demandes ce qui se passe!» «J'avais honte. Je m'enfonçais de plus en plus, et une journée, je pensais que ça n'irait plus jamais bien. Quelqu'un l'a vu, et il m'a reconduite à l'hôpital. Ç'a été mon déclic.»

L'auteure et assistante-réalisatrice au cinéma et à la télévision explique qu'avec une aide professionnelle, elle a réussi à surmonter un choc post-traumatique, un épuisement et la dépression. Elle ajoute toutefois que de lire sur le cheminement de personnes qui ont vécu des situations semblables peut être bénéfique. D'où la rédaction de Mes tempêtes intérieures.

«Ce qui ressort du livre, c'est que ce n'est pas parce que tu as cet obstacle-là dans ta tête que tu ne peux pas faire quelque chose de ta vie. Par exemple, il y a dans le livre une entrevue avec une femme qui a été agressée dans l'armée et qui a eu un choc post-traumatique. Et Linda, c'est la personne la plus drôle que je connaisse ! C'est sûr qu'il y a des moments plus difficiles, mais elle peut être tellement pétillante aussi. [...] Même si certaines histoires sont difficiles à lire, ça finit presque toujours de manière positive.»

Mes tempêtes intérieures, de Vanessa Beaulieu... (Image fournie par Les éditions Guy Saint-Jean) - image 2.0

Agrandir

Mes tempêtes intérieures, de Vanessa Beaulieu

Image fournie par Les éditions Guy Saint-Jean

Trois extraits de Mes tempêtes intérieures

Florence K, auteure-compositrice-interprète

«Apprendre que j'étais malade m'a fait tomber d'encore plus haut, car j'avais honte. Me sentir comme une loser a empiré ma dépression. Je me sentais coupable d'être malade parce que la société ne valorise pas ça. C'est un sujet tabou. C'est être une personne faible. Je ne voulais pas être cette personne. [...] Il y a tellement de choses que j'ai apprises avec cette expérience! Premièrement, il faut arrêter de dissocier bonheur et maladie mentale. Ce n'est pas vrai que ces deux mots sont en opposition. En général, je suis heureuse.»

François Imbeau-Dulac, plongeur

«Ne pas manger me donnait le sentiment que j'étais capable de finalement gérer quelque chose dans ma vie. Je me sentais mieux parce que j'avais un pouvoir sur mon poids, sur mon apparence. Je sais maintenant que ce n'est pas normal. [...] On dit souvent qu'un garçon, c'est tellement orgueilleux qu'il ne peut pas parler de ces choses-là. Moi je dis ceci: peu importe ton sexe, peu importe le problème que tu as, si tu souffres, mets ton orgueil de côté, puis ose parler.»

Véronique Bannon, actrice et animatrice

«J'ai appris que je suis ma pire ennemie parce que je me juge tellement trop! Je ne suis jamais assez bien. Je dois apprendre à m'aimer comme je suis et à me respecter. [...] Lorsqu'il y a un moment de rechute, tu ne dois pas avoir honte ni te taper sur la tête. Il faut aller de nouveau chercher de l'aide. Tu ne dois pas te laisser atteindre par les jugements des autres, même s'ils te disent que tu as tout pour être heureuse.»

________________________________________________________________________

Mes tempêtes intérieures. Vanessa Beaulieu. Les éditions Guy Saint-Jean. 288 pages.




Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer