Monter sur la balance n'est peut-être pas un comportement anodin, surtout chez les adolescentes, suggère une étude longitudinale menée par des chercheurs de l'Université du Minnesota.

Publié le 11 nov. 2015
Catherine Handfield LA PRESSE

Les auteurs ont suivi près de 2000 adolescents et jeunes adultes pendant 10 ans. Ils ont constaté que les participants pour qui se peser était important avaient une moins bonne estime d'eux-mêmes tout en étant plus préoccupés par leur poids et plus susceptibles de souffrir de dépression.

Certes, notent les auteurs, le lien de causalité est difficile à établir. N'empêche, estiment-ils, les médecins devraient s'informer de la relation qu'entretiennent leurs patients avec la balance et considérer les possibles conséquences négatives de leurs habitudes.

Les campagnes de prévention de l'obésité devraient aussi en tenir compte.