• Accueil > 
  • Vivre > 
  • Santé 
  • > Un collant non toxique pour repousser les moustiques 
Source ID:; App Source:

Un collant non toxique pour repousser les moustiques

Le Kite Patch... (Photo fournie par Kite Patch)

Agrandir

Le Kite Patch

Photo fournie par Kite Patch

RelaxNews

Juste à temps pour la saison des moustiques, voici un nouveau autocollant qui rendrait «invisible» aux moustiques pendant 48 heures, ce qui aiderait à combattre la malaria dans les régions en voie de développement.

Kite Patch, un projet supporté par la Bill and Melinda Gates Foundation et le National Institutes of Health, a lancé une campagne Indiegogo cette semaine dans le but de collecter 75 000 $, un montant atteint en seulement quatre jours. Le 23 juillet, soit 38 jours avant la fin de la campagne, 150 000 $ avaient été obtenus.

Ce «patch» fonctionne en bloquant la capacité des moustiques à détecter le dioxyde de carbone qui émane de notre souffle et qui est leur moyen principal de nous repérer. Et le mieux dans tout ça, c'est que le patch n'est pas toxique: l'entreprise explique que l'ingrédient actif est considéré sûr par la US Food and Drug Administration et peut être utilisé sur les jeunes enfants et les femmes enceintes - qui représentent les populations les plus affectées par la malaria dans de nombreux pays.

Grey Frandsen, directeur marketing chez ieCrowd (la plateforme derrière Kite) a expliqué dans un communiqué: «Ce ''patch'' procurera un niveau de protection sans précédent pour les enfants d'Ouganda, les jeunes familles d'Afrique du Sud et même pour les randonneurs dans le Wyoming ou en Floride voire même à Seattle qui recherchent une solution sécurisée et socialement responsable». Il a ajouté: «Nous avons créé Kite pour qu'il soit simple et abordable: il s'agit d'un petit collant de couleur qui attirera les enfants comme les adultes et qui survivra à la rigueur des climats extrêmes, aux jeux et aux récréations extérieures».

Les détails sur le prix et la date de sortie du patch dans la grande distribution ne sont pas encore connus, mais devraient varier suivant les marchés, rapporte le blogue techno Gigacom.

Par ailleurs, des chercheurs australiens ont annoncé ce mois-ci qu'ils allaient peut-être trouver un vaccin contre la malaria, d'après une étude révélant que leur traitement avait protégé des souris contre plusieurs effets de la maladie.

Info: www.kitepatch.com




Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer