L'automne s'annonce chaud pour Yann Perreau, alors que sa quatrième galette, À genoux dans le désir, atterrit dans les bacs cette semaine. En plus d'être un bon vivant et une bête de scène, l'auteur-compositeur-interprète de 36 ans adore les sports. Parmi ses favoris: le hockey sur glace.

Iris Gagnon-Paradis LA PRESSE

Est-ce que vous jouez au hockey depuis longtemps?

J'ai commencé à 5 ou 6 ans, sur la patinoire qu'on se faisait avec mes frères sur le fleuve à côté de chez moi. J'ai joué au hockey mineur jusqu'à midget. Mon rêve, c'était d'être dans la LNH, de faire le tour de l'Amérique et d'être populaire comme Wayne Gretzky! Puis, j'ai découvert le rock, les filles, les sorties... Peu à peu, mon rêve a changé, mais j'ai toujours continué à jouer pour le plaisir. Depuis quelques années, je joue dans une ligue.

Qu'est-ce qui vous allume dans ce sport?

J'aime bien les sports physiques et d'équipe. Avant, lorsque je faisais surtout du jogging, mon équipe, c'était mon band. Aujourd'hui, j'ai aussi une autre gang de gars! Le hockey, c'est ma catharsis: je fais le vide et je cours après une rondelle!

Quelle est votre position et à quelle fréquence jouez-vous?

Je suis défenseur et je joue une fois par semaine avec l'équipe du Piknic Electronik dans la Montreal Hockey League of the Arts. Lorsque mon horaire le permet, je fais des remplacements dans d'autres équipes.

Par quels autres moyens gardez-vous la forme?

Avant, la course était mon sport principal: j'ai couru cinq marathons. Aujourd'hui, je cours beaucoup moins, mais le jogging demeure ma méditation, ça me grounde. Je joue au soccer l'été, dans une ligue, et je fais aussi de la natation, du volley-ball, du baseball... Sans oublier que je me dépense énormément lorsque je donne des spectacles!

Pourquoi est-il important pour vous d'être actif?

Je suis quelqu'un qui aime la fête, mais je trouve mon équilibre dans le sport. J'en ai besoin pour me défouler, me détendre, être en forme... Pour la force mentale, aussi. Par exemple, courir des marathons m'a permis de me fixer un objectif et de l'atteindre. Lorsque je fais face à des défis dans la vie, c'est comme si j'avais conditionné mon être entier à me dire: je suis capable!

Quelle est votre inspiration, votre modèle?

Je ne sais pas s'il est sportif, mais j'admire l'artiste Armand Vaillancourt. À son âge vénérable, il est encore allumé, autant dans sa tête que dans son corps. Mon but serait de vivre longtemps, tout en restant jeune, comme lui!

Compléter la phrase: Pour moi, être en santé, c'est...

Être bien dans sa tête, car c'est de là que tout part!