Au début du XXe siècle, la mode était aux teints de lait. Mais une portion importante de la population vivait de l'agriculture et était donc constamment exposée aux rayons du soleil. À partir des années 60, le nombre d'agriculteurs a connu une chute libre alors même que les canons de la beauté se tournaient vers les peaux cuivrées.

Mathieu Perreault LA PRESSE

Le lien entre soleil et mélanomes a en partie été établi par l'augmentation du nombre de cas depuis que le bronzage est à la mode. Mais il est très difficile de vérifier l'évolution de l'exposition au soleil.

«Il est très difficile d'avoir des statistiques exactes de l'exposition au soleil, particulièrement pour le passé, explique Scott Ernst, directeur de l'oncologie au Programme régional de cancer de London en Ontario. De plus, comme la population vit jusqu'à un âge plus avancé, il est difficile de comparer les taux de mélanomes et des autres cancers de la peau. On ne sait pas si, avant, les gens mouraient d'autres causes avant que ces cancers ne se déclarent.»

Par contre, à partir des années 90, l'âge auquel se déclare le mélanome a commencé à diminuer, souligne Marc Rhainds, dermatologue au Centre hospitalier de l'Université Laval. «On a vu une augmentation chez les gens dans la trentaine, alors qu'avant le mélanome apparaissait dans la cinquantaine et la soixantaine. Ça correspondait aux gens qui étaient enfants dans les années 60 et 70, avant les grandes campagnes de protection solaire, qui ont commencé à partir du milieu des années 90.»

Des chercheurs ont récemment rapporté que l'essor des jeux vidéo pouvait contrecarrer la tendance de manière encore plus marquée que la protection solaire. «Il ne faut pas faire comme certains messages des associations américaines de dermatologie et recommander que les enfants ne sortent pas dehors de 10h à 16h, dit le Dr Rhainds. Il faut aller jouer dehors, simplement se protéger.»

Dans les dernières années, des études ont avancé que l'obligation de porter un casque de vélo pouvait faire diminuer le nombre de cyclistes. Se pourrait-il que des parents soient découragés d'envoyer leurs enfants dehors à cause des recommandations de leur appliquer régulièrement de la crème solaire? «Non, je ne crois pas, dit le Dr Rhainds. Mettre de la crème solaire, ce n'est pas si compliqué.»