«Les allergies printanières ont atteint leur pic au début du mois, deux semaines environ avant la normale», estime le Dr Michel Petit, de la Clinique d'allergie de Rosemère.

Sophie Allard LA PRESSE

Les arbres en fleurs, tels le bouleau, l'érable, le frêne, l'orme et le chêne, produisent depuis mars (et environ jusqu'à la fin mai) le pollen tant redouté par les personnes allergiques.

«À cela s'ajoutent les allergies à la poussière et à la moisissure qui surviennent à chaque période de dégel. Le gazon sec, les feuilles mortes et la poussière des stationnements sont particulièrement allergènes», note le Dr Petit.

Picotement aux yeux, écoulement nasal, éternuements, larmoiement, gorge irritée sont les principaux symptômes des allergies saisonnières.