Les femmes ayant recours à la fécondation in vitro (FIV) ont quatre fois plus de risques de donner naissance à un enfant mort-né que lors d'une grossesse spontanée ou faisant appel à un autre traitement de l'infertilité, selon une étude danoise.

Publié le 24 févr. 2010
AGENCE FRANCE-PRESSE

Les auteurs de cette étude publiée mercredi dans la revue de la Société européenne de reproduction humaine et d'embryologie (ESHRE) soulignent néanmoins que le risque réel d'avoir un bébé mort-né reste faible parmi les couples ayant recours à la FIV.Une équipe menée par Kirsten Wisborg (université d'Aarhus, Danemark) a analysé les données concernant 20.166 bébés (naissances simples issues d'une première grossesse) nés entre 1989 et 2006.

82% d'entre eux avaient été conçus dans un délai de 12 mois, le couple étant alors qualifié de fertile. 10% avaient été conçus après plus d'un an de tentatives, correspondant à la définition de la sous-fertilité.

Pour 4% d'entre eux, les parents avaient eu recours à la FIV ou à la FIV avec ICSI (injection d'un seul spermatozoïde dans l'ovocyte). Pour les 4% restant, un autre traitement de l'infertilité avait été utilisé, comme la stimulation ovarienne ou la chirurgie.

Le risque d'avoir un enfant mort-né était de 16,2 pour mille après FIV/ICSI, 2,3 pour mille après un autre traitement de l'infertilité et respectivement de 3,7 pour mille et 5,4 pour mille chez les couples fertiles ou sous-fertiles.

Une fois pris en compte d'autres facteurs comme l'âge maternel ou la consommation de tabac, alcool et café, Kirsten Wisborg a trouvé que le risque parmi les femmes ayant eu recours à la FIV ou l'ICSI était multiplié par quatre. Il n'y avait pas de différences entre les autres cas de figure.

Ces résultats ont été contestés par des chercheurs suédois qui ont indiqué ne pas avoir trouvé un tel lien entre FIV et naissances d'enfants mort-nés dans une autre étude sur 31.850 bébés nés en Suède.

«Je ne sais pas pourquoi les deux études ont donné des résultats aussi différents, mais les couples doivent être rassurés par le fait que le risque est faible», a déclaré Karl Nygren (Sofiahammet Hospital, Stockholm).