Source ID:; App Source:

Coup de jeune, mode d'emploi

Même si hommes et femmes subissent les effets... (Photo Masterfile)

Agrandir

Même si hommes et femmes subissent les effets du temps d'une manière assez similaire, les premiers ne s'inquiètent pas autant des rides qui apparaissent.

Photo Masterfile

Aline Pinxteren

Collaboration spéciale

La Presse

Paraître 10 ans de moins, perdre son air fatigué, retrouver une peau sans taches ni rougeurs... Tout est possible aujourd'hui! Et le plus souvent, sans même devoir passer sous le bistouri.

Jamais les hommes n'ont été aussi soucieux de leur apparence! C'est d'ailleurs une tendance à la hausse à l'échelle nord-américaine: ils font de plus en plus attention à leur alimentation, à leur forme et à leur corps, pour que leur image extérieure reflète leur vitalité intérieure.

Même si hommes et femmes subissent les effets du temps d'une manière assez similaire, les premiers ne s'inquiètent pas autant des rides qui apparaissent.

«Ils cherchent avant tout à avoir l'air reposé, détendu, et à inspirer confiance. Or, avec des traits tirés et sévères, c'est tout le contraire qu'on projette!»

Dr Jean-François Tremblay
dermatologue et directeur médical de la clinique MédIME

Par exemple, s'il paraît trop vieux ou trop fatigué, un vendeur aura plus de mal à convaincre ses clients potentiels, la nature est ainsi faite... Quand cette illusion de jeunesse et de dynamisme n'est plus possible, que les signes de l'âge commencent à compromettre leur travail, les hommes passent la porte des cliniques esthétiques.

«Les femmes se sentent toujours un peu coupables de dépenser de l'argent pour se sentir belles, mais eux, par contre, n'en sont pas dérangés du tout!», souligne le Dr Ezat Hashim, chirurgien-plasticien à la Clinique de chirurgie plastique de Montréal. «S'ils ont besoin de payer 5000$ pour un traitement, les hommes le feront sans aucune culpabilité. Leur motivation est plus pratique: ils le voient comme un outil professionnel.»

L'envie d'un coup de jeune survient à n'importe quel âge, puisque tous n'évoluent pas de la même façon et, surtout, traversent la vie différemment. Deuils, stress et épreuves peuvent faire vieillir prématurément. Ou une séparation, susciter l'envie de rafraîchir ses traits.

On passe donc à l'action quand on en ressent le besoin, en choisissant bien son moment de l'année. «Chacun doit déterminer à quelle période il peut rester le plus facilement un temps sans soleil, ce qui sera requis après la plupart des interventions», ajoute le Dr Hashim. «Quand on aime s'occuper de son jardin ou jouer au golf, c'est mieux de s'y atteler en hiver. Par contre, si on fait beaucoup de ski, autant prévoir son traitement à la belle saison.»

Au quotidien

Seulement 30% du vieillissement est génétique, les 70% restants étant dus à l'environnement: rayons UV, pollution, vent, froid, sécheresse... Adopter une bonne routine de soins chaque jour peut donc déjà freiner fameusement les attaques du temps! Petit truc: si on n'a pas envie de rester plus longtemps dans la salle de bains, on choisit des produits multifonctionnels, qui régleront un maximum de problèmes de la peau en un minimum de gestes.

En prévention 

Dès la vingtaine, même quand les rides ne sont pas encore installées, on ne fait l'impasse sur aucune de ces quatre étapes: 

  1. On hydrate On ne boit généralement pas assez d'eau pour combler les besoins de la peau. Un soin hydratant aidera à la nourrir. «Optez pour des produits sans alcool, qui dessèche et agresse», conseille David Durand, vice-président et directeur général, Institut Esthederm et Bioderma Canada. «Privilégiez des crèmes après-rasage hydratantes aux actifs apaisants, anti-inflammatoires, sans parfum et hypoallergéniques, ainsi que des soins hydratants énergisants, rénovateurs d'éclat.»
  2. On protège Une crème solaire est indispensable dès qu'on pratique une activité extérieure qui nous expose aux effets néfastes des rayons UV.
  3. On nettoie «Pour éliminer les impuretés qui engorgent la peau, on la lave avec un nettoyant purifiant sans alcool, sans savon, non desséchant et antibactérien», suggère aussi David Durand.
  4. On gomme La peau masculine est plus épaisse. Pour éliminer la couche cornée et éviter la peau terne, on désincruste les pores avec un gommage chaque semaine.
En correction

Quand les rides se multiplient, que des taches apparaissent, que la peau se relâche et se creuse, on passe à l'attaque! «Comme les hommes ne se soucient souvent pas de mettre un écran solaire sur leur visage dans leur jeunesse, les conséquences commencent à se voir à la trentaine», explique Richard L. Pietz, directeur global, développement produit, Jurlique. «Et là, ils s'inquiètent... S'exposer à l'excès et ne pas hydrater suffisamment la peau mènent tout droit aux signes plus sévères de vieillissement. L'utilisation d'un sérum anti-âge visage rectifiera le tir tout en restaurant une barrière cutanée hydratante efficace.»

On applique ensuite matin et soir une crème visage, anti-âge, mais qui cible aussi idéalement les autres problématiques présentes (taches, rougeurs...). Ces gestes n'effaceront pas complètement les traces de vieillissement, mais ils les atténueront et, surtout, empêcheront l'apparition d'autres! «Pour que la routine soit complète, on y ajoute la pose d'un masque repulpant deux fois par semaine», précise David Durand. «C'est l'idéal pour un effet bonne mine immédiat et des rides lissées!»

Autour des yeux

Trois éléments qui chiffonnent le regard et qui peuvent être corrigés.

La paupière tombante 

L'injection de toxine botulique permet dans un premier temps de dégager le regard et d'atténuer l'apparence des paupières tombantes en relevant le sourcil. Mais quand la situation s'aggrave, la plupart des spécialistes en conviennent, l'opération reste la meilleure solution. L'intervention, une blépharoplastie, n'a rien d'effrayant: elle est pratiquée sous simple anesthésie locale, ne dure qu'une heure et demie environ et on rentre à la maison le jour même! «En plus, le résultat est à vie», affirme le Dr Hashim, de la Clinique de chirurgie plastique de Montréal. «Comme la fatigue se marque d'abord aux yeux, cette opération est un très bon investissement!»

Les cernes 

Le sujet complexe par excellence! Il existe de nombreuses sortes de cernes, qui se combinent même parfois ! On choisit donc un dermatologue ou un chirurgien de confiance, qui saura poser le bon diagnostic.

«Sur les cernes pigmentés ou bleutés, les techniques laser permettent de déloger le pigment, de réparer et densifier le derme, ce qui diminuera la transparence, responsable de l'aspect coloré», explique le Dr Tremblay. «S'il s'agit de vaisseaux éclatés sous les yeux, d'autres lasers vasculaires les élimineront. Les cernes creux sont, eux, travaillés avec des injections de comblement pour réparer et tonifier les volumes perdus.» Dans ce dernier cas, la prudence est de mise: si l'injection n'est pas suffisamment précise, le ratage peut rester visible durant trois ans...

Quant aux poches, ces amas disgracieux de graisse sous les yeux, on s'en débarrasse par la chirurgie. «On enlève le gras et l'excédent de peau sous anesthésie locale, c'est une procédure très simple comme aller chez le dentiste!», rassure le Dr Hashim. «Les hommes auront plus d'hématomes, mais ça part plus vite chez eux... Après une semaine à dix jours, on n'y verra plus rien. Et le résultat est là aussi définitif.»

La ride entre les sourcils 

Chanceux, les hommes se retrouvent généralement avec moins de fines ridules autour de la bouche, grâce à leur peau plus épaisse! Par contre, la glabelle (ou ride du lion) leur pose souvent problème: les froncements répétés des sourcils creusent des rides profondes dans l'espace entre les sourcils. Ces lignes prononcées donnent l'air fatigué, stressé, sévère... Rien de très engageant!

«Certains patients ont recours à des injections de toxine botulique dans la glabelle pour estomper ces sillons, parce qu'ils occupent des postes importants dans de grandes entreprises et ne veulent pas donner à leurs interlocuteurs l'impression qu'ils sont en colère ou déprimés», témoigne la Dre Cynthia Stolovitz, fondatrice de la clinique Anti Aging. Les injections ont une durée pharmacologique de 4 à 5 mois, donc elles nécessitent un entretien 2 ou 3 fois par année.

Contrer le relâchement

Quand les traits se creusent aux joues et aux tempes, on peut travailler sur la perte de volume. Cela concerne surtout les sportifs qui s'entraînent beaucoup à l'extérieur, comme les adeptes de la course à pied.

«Ils métabolisent leur acide hyaluronique plus rapidement, donc le volume vient à manquer plus tôt», dit la Dre Stolovitz. «Au début, on comble le derme par des injections de volumisants (filler) comme le Restylane, le Juvéderm ou d'autres acides hyaluroniques. Pour une perte de volume plus importante, on passe à d'autres produits, dont le Radiesse, ou du Sculptra, un biostimulant très intéressant qui augmente le volume de façon plus naturelle et à plus long terme.» Les effets durent souvent de 18 à 24 mois, mais l'horloge biologique continue à tourner... Mieux vaut se rendre chez son médecin une fois par an pour des retouches qui ralentiront le processus.

Quand passer sous le bistouri 

Dans le cas d'un relâchement important du visage, le «vrai» lifting au complet (ou facelift) s'impose. «Chez les patients masculins, on opère sous anesthésie générale, comme ils ne réussissent pas à rester sans bouger durant les trois heures de l'intervention», raconte le Dr Hashim. Pour que le résultat reste net, on devrait repasser sous le bistouri après 8 ou 10 ans. Mais tout dépend de la situation: l'«urgence» ne sera pas la même si on est encore sur le marché du travail ou déjà à la retraite...

Choisir son spécialiste 

Avant chacun de ces traitements, de toute façon, on consulte au moins deux médecins de cliniques esthétiques différentes, pour prendre la décision la plus éclairée possible. On s'informe également sur le praticien choisi en se renseignant auprès du Collège des médecins du Québec pour s'assurer qu'il en fait bien partie. On vérifie aussi s'il a un permis d'exercice pour ce type d'intervention, toujours auprès du Collège ou sur le site de l'Association des spécialistes en chirurgie plastique et esthétique du Québec (ascpeq.org), dont le moteur de recherche reprend tous les membres agréés.

Une fois en bonnes mains, comme ces techniques ont fait leurs preuves, il n'y a par contre pas vraiment lieu de s'inquiéter... Mais si on ne se sent pas encore prêt à passer au laser ou aux injections, on commence déjà par adopter les soins à la maison. Retour sur investissement garanti!

> Consultez le site du Collège des médecins du Québec 

> Consultez le site de l'Association des spécialistes en chirurgie plastique et esthétique du Québec 




Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer