Source ID:; App Source:

Chaussure ou torture?

Un pied mal chaussé est non seulement source... (PHOTO MASTERFILE)

Agrandir

Un pied mal chaussé est non seulement source d'inconfort, mais possiblement à l'origine de problèmes de santé.

PHOTO MASTERFILE

Pour rafraîchir votre garde-robe en cette nouvelle saison, vous partez à la recherche de cet accessoire qui injectera du style dans vos tenues et haussera d'un cran leur indice élégance. Halte ! Avant de succomber à la tentation, voici quelques informations qui gagnent à être connues. Cet escarpin qui vous fait de l'oeil en vitrine n'est peut-être pas aussi inoffensif qu'il en a l'air!

Qui n'a pas un jour craqué pour une irrésistible paire de chaussures qui s'est avérée être une source de douleurs insupportables ? Certains se rappellent peut-être avoir payé cher leur coup de coeur et pas seulement à la caisse...

La priorité devrait aller au confort et à la santé, disent les spécialistes. Un pied mal chaussé est non seulement source d'inconfort, mais possiblement à l'origine de problèmes de santé de toutes sortes, aux pieds, aux hanches, au dos et aux genoux. Pour prévenir un problème à la source, sachez choisir vos souliers : 

CONSEIL No 1  MAGASINEZ AU BON MOMENT

Les pieds enflent au fur et à mesure que la journée avance. Pour vous assurer que vos nouvelles chaussures seront confortables en tout temps, mieux vaut les magasiner au moment où vos pieds sont le plus enflés, soit en fin de journée.

CONSEIL No 2  CHOISISSEZ LA BONNE POINTURE

Le chiffre apparaissant sur la chaussure est un indicateur, mais pas une garantie que la chaussure vous fera comme un gant... ou une chaussette ! D'autant que ce pointage varie d'une marque et d'un modèle à l'autre.

La seule façon de savoir si une chaussure vous convient est encore de l'essayer pour vous assurer qu'elle n'est ni trop petite, ce qui risque de provoquer des ampoules et des durillons, ni trop grande, ce qui peut mener à la tendinite, car pour demeurer stable, le pied doit se cramponner à la chaussure durant la marche.

TEST : une chaussure doit être facile à enfiler. Lorsque le pied est glissé complètement vers l'avant du soulier, un doigt doit pouvoir être inséré aisément entre le talon et le contrefort. « Si c'est possible, on sort la semelle interne du soulier pour obtenir une mesure plus précise », recommande Molly Lacroix-Mille, orthésiste-prothésiste à la clinique du pied Équilibre. L'espace entre le bout de la semelle et l'orteil le plus long devrait être d'environ 12 mm. Dans le cas des enfants, qui sont en pleine croissance, on laisse un jeu en prévoyant un espace de 20 mm.

CONSEIL No 3  RECHERCHEZ LE CONFORT DU PREMIER COUP

Ignorez les arguments du vendeur qui prétend que le modèle convoité se fera un jour à vos pieds. D'ici à ce que ce moment arrive - s'il arrive un jour ! -, vous aurez possiblement gagné des cors aux pieds et Dieu sait quoi encore ! C'est à la chaussure de se mouler sur votre pied et non l'inverse. Assurez-vous que les coutures n'appuient à aucun endroit et qu'il n'y a pas d'autres sources de friction.

CONSEIL No 4  METTEZ CES SOULIERS À L'ÉPREUVE

Prenez le temps nécessaire pour bien tester vos futurs achats en marchant de long en large en magasin. Manipulez-les : le matériel devrait être ni trop rigide, ce qui blesserait le pied, ni trop souple, ce qui offrirait un maintien insuffisant.

TEST :  « Si on est capable de plier un soulier de tous bords, tous côtés, c'est qu'il offre un support insuffisant, prévient la podiatre Anne-Marie Duchaine. Lorsqu'on le replie sur lui-même, le soulier devrait par ailleurs courber à l'avant, là où les orteils fléchissent naturellement. Le reste devrait rester assez ferme. »

CONSEIL No 5  À CHAQUE ACTIVITÉ SA CHAUSSURE

Choisissez le soulier qui correspond à l'activité du moment. Un talon haut, une mule ou une gougoune ne sont pas recommandés pour la marche. Si vous pratiquez un sport, sélectionnez une espadrille conçue pour cette activité.

CONSEIL No 6  SACHEZ EN DISPOSER LE MOMENT VENU

« Une semelle déformée par l'usure sera moins stable à la marche. Si c'est le cas ou si la chaussure n'est plus aussi ferme sur les côtés et au niveau du contrefort, c'est qu'il est temps de s'en départir », mentionne Molly Lacroix-Mille.

CONSEIL No 7 CONNAISSEZ VOS PIEDS

Un pied standard et sans problème n'est pas pour autant compatible avec tous les modèles de chaussures. C'est d'autant plus vrai si on a un pied plat ou creux, ou toute autre affection. Si vous pensez que c'est votre cas, assurez-vous de consulter un podiatre pour identifier vos besoins.

Pour rafraîchir votre garde-robe en cette nouvelle saison,... (PHOTO MASTERFILE) - image 2.0

Agrandir

PHOTO MASTERFILE

Et le talon dans tout ça?

La nouvelle : il n'y a pas de hauteur parfaite ! Ou plutôt une seule hauteur de talon qui convienne pour tous les jours. On conseille de varier les hauteurs pour faire travailler les muscles et les tendons du pied et éviter qu'ils ne deviennent paresseux. Ceci dans la limite du raisonnable, tout de même...

TROP HAUT...

Ce stiletto si charmant risque de créer des problèmes beaucoup moins esthétiques à long terme ! Comme le dénivelé entre la partie avant et la partie arrière de la chaussure est grand, la pression s'exerce principalement sur la partie avant du pied, qui se voit aussi comprimée au bout de la chaussure. Avec le temps, le danger est de développer des hallux valgus (communément appelés « oignons ») ou des orteils marteaux (à force d'être recroquevillés, les orteils se crispent de manière permanente dans cette position).

Les maux de dos et de genoux guettent également l'« échassière », car c'est toute la posture qui est affectée par cette inclinaison peu naturelle : le bassin est projeté vers l'avant, faisant ressortir les fesses. Joli, peut-être... mais pas recommandé !

Par ailleurs, le risque est de ne plus arriver à porter autre chose... « Chez les personnes qui portent des talons à longueur de journée, on observe souvent des problèmes de rétractation musculaire : les muscles des mollets et les tendons rétrécissent, ce qui occasionne des douleurs dès qu'on enfile une chaussure plate », explique la podiatre Anne-Marie Duchaine. Si vos talons vous semblent plus confortables que vos pantoufles, c'est peut-être là qu'il y a anguille sous roche !

TROP PLAT...

Une semelle intérieure plate n'offre pas de support au pied et n'est pas adaptée à la marche, surtout pour un pied plat ou creux. Si la semelle est dure, elle n'offre, de plus, aucun rebond. C'est l'une des causes des fasciites plantaires : à force de heurter le sol, la membrane fibreuse située sur la partie inférieure du pied, et qui recouvre l'os du talon, finit par subir des lésions ou s'étirer, générant ainsi une douleur persistante. Une semelle trop molle pourra cependant avoir le même effet... Veillez à ce que votre semelle offre une bonne résistance sans être trop dure. Marchez avec vos chaussures lors de l'essayage et n'hésitez pas à sautiller - voire sauter - pour vous assurer qu'elle sera adaptée à vos besoins et à vos activités.

LA JUSTE HAUTEUR

Le talon idéal a une hauteur de 3 à 6 cm. La dénivellation de la semelle intérieure, c'est-à-dire la différence de hauteur entre les parties avant et arrière de la semelle, devrait, quant à elle, se situer entre 1,5 et 3 cm. Cette inclinaison est celle dans laquelle le pied sera naturellement le plus à l'aise.

À RETENIR

• Variez les hauteurs de vos chaussures et marchez parfois pieds nus pour faire travailler les muscles de vos pieds.

• Gardez vos tongs à la maison, ou là où vous pourrez économiser vos pas.

• Réservez vos stilettos et escarpins à talons hauts pour les occasions spéciales.

• Si vous tenez à porter des talons très hauts, évitez de les mettre lorsque ce n'est pas nécessaire. « On pourra, par exemple, utiliser une paire de souliers confortables pour marcher jusqu'au bureau », conseille Anne-Marie Duchaine. Une semelle haute, mais compensée, offrira aussi plus de stabilité qu'un talon fin.

• Enfin, sachez qu'aucune semelle ou aucun accessoire orthopédique, comme ces coussinets vendus en pharmacie, ne peut compenser une chaussure inadéquate. Évitez toute tentation en laissant ce genre de soulier là où il est au mieux, c'est-à-dire dans la vitrine du magasin !

SORTEZ VOS RÈGLES À MESURER !

De 0 à 3 cm - (feu vert) Vérifiez si votre semelle offre une bonne résistance et si elle agit comme tampon entre le pied et le sol lors de la marche. Assurez-vous qu'il y ait une dénivellation adéquate entre l'avant et l'arrière du pied (1,5 à 3,5 cm) lorsque vous l'enfilez.

De 3 à 6 cm - (feu vert) C'est la hauteur idéale. Attention, toutefois, au talon fin qui risque de créer un déséquilibre et des pressions trop grandes sur certaines parties du pied.

De 6 à 10 cm - (feu jaune) Pour la santé de vos pieds et de votre dos, veillez à limiter le port de cette chaussure.

De 10 à 12 cm - (feu rouge) Réservez-la pour les occasions spéciales. Mieux, évitez-la tout court !

12 cm et plus (feu noir) Oubliez dès maintenant cette chaussure qui risque de vous faire plus de mal que de bien !




À découvrir sur LaPresse.ca

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer