Source ID:; App Source:

Édition de robes: robes, je vous aime

  • Passionnée de mode, amoureuse des robes et bourreau de travail, Julie Pesant porte à bout de bras Édition de robes depuis presque deux ans. (Photo Alain Roberge, La Presse)

    Plein écran

    Passionnée de mode, amoureuse des robes et bourreau de travail, Julie Pesant porte à bout de bras Édition de robes depuis presque deux ans.

    Photo Alain Roberge, La Presse

  • 1 / 5
  •  (Photo Alain Roberge, La Presse)

    Plein écran

    Photo Alain Roberge, La Presse

  • 2 / 5
  •  (Photo Alain Roberge, La Presse)

    Plein écran

    Photo Alain Roberge, La Presse

  • 3 / 5
  •  (Photo Alain Roberge, La Presse)

    Plein écran

    Photo Alain Roberge, La Presse

  • 4 / 5
  •  (Photo Alain Roberge, La Presse)

    Plein écran

    Photo Alain Roberge, La Presse

  • 5 / 5

Les courtes, les longues. Les colorées, mais surtout les noires. Les griffées, les neuves ou les <span>vintage</span>. Julie Pesant est une grande, grande, grande amoureuse des robes. Une passion qu'elle espère partager avec sa griffe Édition de robes et son magasin du Mile End.

«La femme a des combats à mener, et son armure, c'est la robe. Quand on en porte une, on est prête à se battre. On se sent à la hauteur, ce n'est pas compliqué à agencer», explique Julie Pesant.

C'est en robe - bien sûr - qu'elle nous reçoit dans sa boutique du Mile End, ouverte il y a bientôt deux ans. Depuis son ouverture, sa petite maison connaît un succès qu'elle qualifie d'abord de «relatif».

Elle explique: «Ça fonctionne bien, j'ai de bons résultats, mais je travaille très fort. Je porte tous les chapeaux ici, je fais tout. Je suis acheteur, camionneur, je dessine, je transporte les robes, je suis en boutique.»

«Je suis comme une éditrice. Je choisis les robes, je sais ce qu'il se passe dans la mode. Je prends en considération le contexte pour offrir le meilleur produit.

»

Julie Pesant

Bourreau de travail, Julie Pesant n'a en effet pas ménagé ses efforts pour donner vie à son projet, qu'elle porte à bout de bras. «À l'origine, la mission, c'était d'offrir des robes de tous les jours et des robes cocktail», dit-elle.

Ainsi, Édition de robes propose des robes «toutes simples», aux coupes précises et travaillées, qui peuvent se porter tant le jour, au travail, que le soir, dans des soirées. Des classiques, qui ont une durée de vie assez longue et dont le prix se situerait en deçà des 500$.

Collaborations

Un concept qui plaît tant aux femmes d'affaires, aux futures mariées, aux élèves en fin d'études qu'aux artistes: c'est ainsi sur les tapis rouges que l'on a pu voir dernièrement ses créations.

Inspirée à ses débuts par la comédienne Anne-Marie Cadieux, Julie Pesant a en effet récemment habillé Julie Perreault ou encore Magalie Lépine-Blondeau, en plus de faire la garde-robe de Cannes d'Anne Dorval, en collaboration avec le duo de designers montréalais branché UNTTLD.

Cet automne, UNTTLD signera d'ailleurs une collection pour Édition de robes.

«J'aime leur esthétique, ce sont des gars brillants, explique Julie Pesant. Leur vision et leur point de vue m'intriguent.»

Julie Pesant est une véritable passionnée de mode. Et si elle a lancé sa propre griffe à 50 ans passés, c'est parce qu'elle a connu une longue carrière dans le commerce de détail: d'abord chez San Francisco, puis Jacob, où elle était, au moment de sa démission, vice-présidente design, développement de produit et intégrité.

«J'avais pas mal fait le tour du jardin. Je me demandais quelle serait ma prochaine étape. La mode m'a toujours nourrie, mais je n'avais pas le goût d'aller travailler pour d'autres détaillants», dit-elle.

Trouver son âme, et sa niche

Celle qui a fréquenté, grâce à ses voyages à Paris, Londres ou New York, la crème de la crème des magasins, trouve en effet que les centres commerciaux sont de plus en plus remplis de vêtements sans âme.

«Je crois que le détail est malade. Tout est pareil, plus personne n'a une identité spéciale. C'est ce que les gens sentent.»

Julie Pesant

Aussi a-t-elle d'abord songé à ouvrir un Colette québécois, avant de se décider à suivre sa passion pour les robes. Elle a peaufiné pendant un an son plan d'affaires aux côtés de Michel Lepage, ancien vice-président marketing de Jacob.

Car Julie Pesant a peut-être une personnalité créative, elle est aussi dotée d'un sens certain des affaires. Aussi nous montre-t-elle le tableau qui a inspiré la décoration et l'esprit de sa boutique, mais aussi un classeur épais de plusieurs centimètres, dans lequel son plan d'affaires est soigneusement détaillé.

«Pour être entrepreneur, il faut une certaine personnalité», admet-elle fièrement.

Ainsi a-t-elle cherché - et trouvé - sa niche. Aujourd'hui, ses clientes, qu'elle soigne aux petits oignons, lui sont fidèles: certaines reviennent régulièrement, toutes les saisons, pour faire le plein de ses robes.

Soucieuse de l'ADN d'Édition de robes, Julie Pesant a décliné la proposition d'être vendue chez Ogilvy. «Je veux garder le contrôle, j'ai ma niche, pas de pression», dit-elle.

Une niche qu'elle cultive avec soin. Par souci de cohérence, elle travaille d'ailleurs avec les mêmes collaborateurs, notamment la même patronniste et échantillonneuse.

«Je l'appelle l'architecte, dit-elle. Elle s'assure que tous mes standards sont respectés. C'est cohérent, consistant, et garant du succès à long terme. Pour que les clients reviennent, il faut que ce soit cohérent.»

À travers ses créations, Julie Pesant résume son objectif tout simplement. «C'est un hommage à la robe. C'est ma seule mission, simplifier la vie des femmes modernes», dit-elle en souriant.

Visitez le site d'Édition de robes: https://editionsderobes.com




Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer