• Accueil > 
  • Vivre > 
  • Mode 
  • > Mode à Londres: ponchos graphiques chez Burberry 

Mode à Londres: ponchos graphiques chez Burberry

Burberry a présenté une collection avec des poncho-couvertures... (Photo SUZANNE PLUNKETT, Reuters)

Agrandir

Burberry a présenté une collection avec des poncho-couvertures graphiques recouvrant les épaules, combinant des carrés et rectangles rouges, noirs, bleus, jaunes, violets et blancs.

Photo SUZANNE PLUNKETT, Reuters

Agence France-Presse
LONDRES

Robes légères, manteaux peints à la main et plaids graphiques: Burberry Prorsum a présenté une collection artisanale et romantique lundi, renouvelant son répertoire lors de ce défilé incontournable de la Fashion Week de Londres.

Accompagné par des musiciens jouant en live, dont la chanteuse Paloma Faith, le défilé du créateur Christopher Bailey proposait un vestiaire où l'accessoire était obligatoire.

Des traits de pinceaux vert, vieux rose, bleu, dessinent des fleurs sur les bottines, les sacs portés à la main, mais aussi les manteaux en daim ou en cuir.

Fines ou épaisses, les ceintures marquent la taille, emprisonnant de longues écharpes dénouées, tombant de part et d'autre du cou sur la poitrine, jusqu'aux mollets.

Parfois les épaules sont recouvertes d'un poncho-couverture graphique, combinant des carrés et rectangles rouges, noirs, bleus, jaunes, violets et blancs.

En dessous, les robes sont légères, en soie, parfois en fines dentelles, complètement transparentes. Les manteaux sont en peau, taupe, vert foncé, ou rose. Les trenchs sont déclinés en version légère et translucide, ou en cuir.

Le défilé, sous un chapiteau géant installé dans Regent's Park comme à l'accoutumée, prenait cependant quelques distances avec les précédentes collections, davantage axées sur les déclinaisons du fameux trench de la marque.

Le défilé s'est tenu sous les yeux de la rédactrice en chef de Vogue USA Anna Wintour, du chanteur de One Direction Harry Styles et des acteurs Bradley Cooper, Mélanie Laurent et Naomie Harris.

En coulisses, entre deux embrassades d'invités, Christopher Bailey, imperturbable dans la cohue de micros et caméras, explique avoir voulu un défilé «assez artistique, très doux, très féminin, artisanal».

«Je voulais qu'il soit très romantique, individualisé - chaque pièce a été faite à la main - et sophistiqué, avec une légère nuance sexy», décrit-il aux journalistes.

«Nous avons fait toutes les couvertures dans la manufacture avec laquelle nous travaillons en Écosse, ces magnifiques ponchos que vous avez vus sont pour certains brodés avec des initiales, j'aime cette personnalisation», ajoute le directeur général de la création de Burberry.

Son inspiration, explique-t-il encore, est venue du Bloomsbury Group, un groupe d'artistes et d'écrivains britanniques du début du XXe siècle, comprenant notamment Virginia Woolf, sa soeur Vanessa Bell, Duncan Grant et Roger Fry.

Natalie Massenet, présidente du British Fashion Council qui organise la Fashion Week, a salué une collection «extraordinaire» et la démarche novatrice du styliste, qui «s'éloigne de ce qu'il a fait pendant ces dernières années».

Partisane de Burberry, la chanteuse Paloma Faith, qui interprétait la chanson «Only Love Can Hurt Like This» issue de son prochain album, n'a évidemment pas pu profiter de la collection.

«Je n'ai rien vu, dit-elle à l'AFP, je me concentrais sur mes paroles plus que sur les vêtements, je la regarderai en ligne!»




Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer