Étape par étape, en commençant par la prise de mesure, une robe est créée sur le corps de l'actrice britannique Tilda Swinton, qui a prêté son corps tel un mannequin le temps d'une performance artistique rendant hommage à la couture.

AGENCE FRANCE-PRESSE

«Dessous poitrine», dit l'actrice. «80», répond, en mesurant, Olivier Saillard, directeur du Palais Galliera, musée de la mode de Paris, qui a conçu la mise en scène. «Poitrine». «86». Taille, petite hanche, épaule: tout le corps de Tilda Swinton est mesuré afin de démarrer la création. Un patron est ensuite réalisé, permettant la coupe et l'assemblage.

Tilda Swinton coud, énumère différents cols existants («col américain», «col asymétrique», «col kimono» etc), essaye quantité de manches... Jusqu'à arriver à une robe simple.

La performance Une robe, une seule (Eternity dress, en anglais) est présentée dans le cadre du Festival d'automne, aux Beaux-arts, à Paris du 20 au 24 novembre.

«Avec la banalisation du vêtement, les gens ont perdu de vue que faire un vêtement, même simple, est extrêmement complexe et long», a raconté à l'AFP Olivier Saillard, comparant la création à la sculpture. Il parle de la haute couture, mais aussi du travail de la couturière de quartier et de la mode industrielle.

Cette performance est «un hommage à la couture», dit-il. Tilda Swinton nomme d'ailleurs pour clore la performance une quinzaine de couturiers, de Paul Poiret à Azzedine Alaïa, qui figurait parmi les invités.

«Ne faire qu'une robe, c'était dire qu'il y en avait trop», explique Olivier Saillard, citant les pré-collections, les collections croisière (etc) des marques. «Créer autant banalise l'acte de création», estime-t-il.

Pour préparer la chorégraphie, Olivier Saillard et Tilda Swinton ont passé du temps dans les ateliers de Chloé, observant les gestes et le travail des modélistes.

Il s'agit de la deuxième performance de Tilda Swinton et Olivier Saillard. Il y un an, ils avaient connu un grand succès avec «La garde-robe impossible». L'actrice avait alors redonné vie à une cinquantaine de pièces des archives du musée Galliera, les présentant l'une après l'autre au public.