L'Italien Giorgio Armani a présenté une collection reptilienne à dominante vert pomme et résille noire, et les «people», tant attendus, ont investi les premiers rangs pour fêter les splendeurs de la haute couture au deuxième jour des défilés.

AGENCE FRANCE-PRESSE

Armani en piste pour les oscars

Au défilé Armani, les premiers applaudissements ont été pour l'actrice américaine Jessica Chastain qui a appris, dans la salle du Grand Palais, qu'elle était nominée aux Oscars dans la catégorie du meilleur second rôle pour «La couleur des sentiments».

La spectaculaire rousse au teint clair, 30 ans, riait aux éclats sous les vivats, aux côtés de Cameron Diaz, en simple veste blanche et collant noir, Inès de la Fressange, un appareil photo à la main, ou encore Elsa Zylberstein.

Aura-t-elle repéré la tenue de ses rêves pour fouler le tapis rouge à Los Angeles le mois prochain? Il y avait en tout cas du choix pour les amatrices de vert. Des verts vifs entre l'anis, la chartreuse et la granny smith, qui lui siéraient bien au teint !

Cameron Diaz, nature et abordable, confie à l'AFP avoir apprécié la subtilité de la collection. «Rien n'est évident ou facile. J'ai adoré les imprimés, qui suggèrent un univers reptilien, des écailles, sans en faire trop, sans être littéral», raconte-t-elle avant de retrouver sa voiture.

«En couture, Giorgio s'amuse, il fait des expériences», commente la rédactrice italienne Anna Dello Russo, du Vogue nippon. «Porter son empire, c'est lourd pour lui. Sa ligne couture est son vrai espace de liberté», ajoute-t-elle, situant sa collection dans la continuité de son prêt-à-porter inspiré des sirènes et du monde marin.

L'Italien propose des vestes marquées à la taille, aux épaules légèrement rehaussées, en soie ou croco pour le jour. Les jupes en organza, une matière en soie légère au gonflant naturel, sont drapées en torsade devant.

Il décline des silhouettes vertes recouvertes de résille noire ou bicolore, pour un aspect plus mat ou mordoré. Enfin des robes de bal, ou de tapis rouge, à volants entièrement brodés de paillettes, aux amples jupes évasées en crinoline.

Beth Ditto couture?

La chanteuse américaine Beth Ditto, du groupe Gossip, a fait son baptême du feu en haute couture lundi soir au défilé d'Iris Van Herpen. Très souvent présente aux défilés de prêt-à-porter, la jeune femme extra-large, carré court à la Louise Brooks et nombreux tatouages, a dévoré des yeux les créatures filiformes de la styliste néerlandaise.

Entravées dans des mini-robes aux formes organiques étranges dessinées par des lamelles de plastique translucide, les modèles avancent à pas de geishas sur des chaussures glissantes montées sur crampon.

«C'était mon tout premier défilé couture et je suis sérieusement remuée», a-t-elle confié à l'AFP. «J'ai frissonné pendant tout le spectacle. Ça va être difficile de voir quelque chose qui m'éblouisse autant», a-t-elle ajouté.

Se verrait-elle porter une création de la styliste de 27 ans ? «Si elle veut bien relier sept tenues entre elles, je pourrais les porter toutes à la fois!», a-t-elle plaisanté.